Charles, Louis, Marie, Eugène Harlé d'Ophove

1790 - 1865

Informations générales
  • Né le 4 février 1790 à Ardres (Pas-de-Calais - France)
  • Décédé le 7 février 1865 à Longchamp (Aube - France)

Mandats à l'Assemblée nationale ou à la Chambre des députés

Régime politique
Monarchie de Juillet - Chambre des députés
Législature
Ire législature
Mandat
Du 23 juin 1830 au 31 mai 1831
Département
Pas-de-Calais
Groupe
Minorité libérale
Régime politique
Monarchie de Juillet - Chambre des députés
Législature
IIe législature
Mandat
Du 5 juillet 1831 au 25 mai 1834
Département
Pas-de-Calais
Groupe
Majorité ministérielle
Régime politique
Monarchie de Juillet - Chambre des députés
Législature
IIIe législature
Mandat
Du 21 juin 1834 au 3 octobre 1837
Département
Pas-de-Calais
Groupe
Majorité ministérielle
Régime politique
Monarchie de Juillet - Chambre des députés
Législature
IVe législature
Mandat
Du 4 novembre 1837 au 2 février 1839
Département
Pas-de-Calais
Groupe
Majorité ministérielle
Régime politique
Monarchie de Juillet - Chambre des députés
Législature
Ve législature
Mandat
Du 2 mars 1839 au 12 juin 1842
Département
Pas-de-Calais
Groupe
Majorité ministérielle
Régime politique
Monarchie de Juillet - Chambre des députés
Législature
VIe législature
Mandat
Du 9 juillet 1842 au 11 juin 1846
Département
Pas-de-Calais
Groupe
Majorité ministérielle

Biographies

Biographie extraite du dictionnaire des parlementaires français de 1789 à 1889 (Adolphe Robert et Gaston Cougny)

Député de 1830 à 1846 et pair de France, né à Ardres (Pas-de-Calais) le 4 février 1790, mort à Longchamp (Aube) le 7 février 1865, « fils de sieur Jean-Marie Harlé d'Ophove, sieur de Bellevue, et de dame Marie-Louise-Eugénie Parent, » il se préparait à l'Ecole polytechnique, à Paris, quand son père le rappela à Arras pour le mettre au courant de l'administration financière ; en 1812, il lui abandonna sa charge de receveur général du Pas-de-Calais.

Harlé d'Ophove remplit ces fonctions avec assez d'autorité, pour en 1816, à 26 ans, faire partie du comité des receveurs constitué à Paris par Louis XVIII pour remédier au désarroi dans lequel était tombé le crédit public. Désapprouvant les tendances du ministère de M. de Villèle, il donna sa démission en 1824, et fut, en 1828, l'un des quatre fondateurs du Propagateur du Pas-de-Calais, organe libéral.

Cette conduite lui valut d'être successivement élu député dans le 3e arrondissement électoral du Pas-de-Calais (Aire), le 23 juin 1830, par 222 voix (433 votant, 486 inscrits), contre 204 au vicomte Dutertre; le 5 juillet 1831, dans le 2e collège du même département (Arras); par 143 voix, (275 votants, 400 inscrits), contre 125 à M. Proyart; le 21 juin 1834, par 215 voix (356 votants, 482 inscrits), contre 87 à M. Corne et 45 à M. Leroux du Châtelet; le 4 novembre 1837, par 201 voix (401 votants, 595 inscrits); le 2 mars 1839, par 336 voix (527 votants); le 9 juillet 1842, par 368 voix (472 votants, 748 inscrits); dans ces diverses législatures, il fit partie du comité des finances et des chemins de fer et proposa une loi sur la négociation des effets publics. Ministériel dévoué, il vota l'indemnité Pritchard, et fut nommé pair de France le 12 juillet 1846.

Les travaux législatifs ne l'empêchèrent point de s'occuper aussi d'agriculture; il obtint, en 1837 et 1838, de hautes récompenses de la Société d'agriculture du Pas-de-Calais; il était membre de la Société de secours mutuels d'Arras.

Il avait épousé, en 1822, Mlle G. Wartelle d'Herlincourt.

Chevalier de la Légion d'honneur.

Date de mise à jour: août 2013

Retour haut de page