Charles Mathey

1794 - 1851

Informations générales
  • Né le 12 septembre 1794 à Thurey (Saône-et-Loire - France)
  • Décédé le 5 février 1851 à Chalon-sur-saône (Saône-et-Loire - )

Mandats à l'Assemblée nationale ou à la Chambre des députés

Régime politique
Monarchie de Juillet - Chambre des députés
Législature
VIIe législature
Mandat
Du 1er août 1846 au 24 février 1848
Département
Saône-et-Loire
Groupe
Gauche
Régime politique
Deuxième République
Législature
Assemblée nationale constituante
Mandat
Du 23 avril 1848 au 26 mai 1849
Département
Saône-et-Loire
Groupe
Gauche

Biographies

Biographie extraite du dictionnaire des parlementaires français de 1789 à 1889 (Adolphe Robert et Gaston Cougny)

Député de 1846 à 1848, représentant du peuple en 1848, né à Thurey (Saône-et-Loire) le 12 septembre 1794, mort à Chalon-sur-Saône (Saône-et-Loire) le 5 février 1851, il fit son droit à Paris.

Etudiant en 1815, il s'enrôla dans le bataillon des Ecoles pour se battre contre les alliés. Notaire à Chalon en 1822 et 1824, conseiller municipal en 1832, conseiller général de Montret puis de Saint-Germain-du-Bois de 1833 à 1839, il se présenta à la députation, dans le 3e collège de Saône-et-Loire (Chalon-ville), aux élections du 1er août 1846, et fut élu par 205 voix (404 votants, 504 inscrits), contre 192 voix à M. Burignot de Varennes ; il prit place à gauche et se fit notamment remarquer par son assiduité aux séances. Il assista, avec 17 autres députés, au banquet réformiste du 12e arrondissement de Paris, et signa la mise en accusation du ministère Guizot.

A la révolution de 1848, le gouvernement provisoire le nomma commissaire en Saône-et-Loire (4 mars) ; le 23 avril suivant, il fut élu représentant à l'Assemblée constituante par son département, le 4e sur 14, avec 126,451 voix (131,092 votants, 136,000 inscrits). Il fit partie du comité de l'intérieur, et vota en général avec la gauche,

- pour le bannissement de la famille d'Orléans,
- contre les poursuites contre Caussidière,
- pour l'abolition de la peine de mort,
- pour l'impôt progressif,
- contre l'incompatibilité des fonctions,
- pour l'amendement Grévy,
- contre la sanction de la Constitution par le peuple,
- pour l'ensemble de la Constitution,
- pour la proposition Rateau,
- contre l'interdiction des clubs,
- contre l'expédition de Rome.

Non réélu à la Législative, il rentra dans la vie privée.


Retour haut de page