Paul, Joseph Ardant

1800 - 1858

Informations générales
  • Né le 22 décembre 1800 à Metz (Moselle - France)
  • Décédé le 25 novembre 1858 à Vincennes (Val-de-Marne - France)

Mandats à l'Assemblée nationale ou à la Chambre des députés

Régime politique
Monarchie de Juillet - Chambre des députés
Législature
Ve législature
Mandat
Du 5 avril 1842 au 12 juin 1842
Département
Moselle
Groupe
Majorité gouvernementale
Régime politique
Monarchie de Juillet - Chambre des députés
Législature
VIe législature
Mandat
Du 9 juillet 1842 au 6 juillet 1846
Département
Moselle
Groupe
Majorité gouvernementale
Régime politique
Monarchie de Juillet - Chambre des députés
Législature
VIIe législature
Mandat
Du 1er août 1846 au 24 février 1848
Département
Moselle
Groupe
Majorité gouvernementale

Biographies

Biographie extraite du dictionnaire des parlementaires français de 1789 à 1889 (Adolphe Robert et Gaston Cougny)

Député de 1842 à 1848, né à Metz (Moselle), le 22 décembre 1800, mort à Vincenne, le 25 novembre 1858, il suivit la carrière militaire, dans l'arme du génie ; il avait le grade de chef de bataillon quand, le 5 avril 1842, il fut, pour la première fois, élu député du 2e collège électoral de la Moselle (Metz), en remplacement de M. Parant, décédé.

Il avait été le candidat de l'opposition. Il le fut encore aux élections générales du 9 juillet 1842, contre M. Pidancet. Mais à partir de cette époque, il se rangea parmi les conservateurs les plus décidés et vota presque toujours avec le gouvernement. Les projets de loi relatifs à la construction et à l'achèvement de plusieurs édifices publics, à la délimitation et à la décoration des abords du Panthéon, aux travaux à exécuter au palais de la Chambre des pairs, l'eurent pour rapporteur. Il prit part, avec une compétence professionnelle incontestable, à la discussion des lois concernant les chemins de fer, les finances, la marine, l'Algérie, l'administration civile.
Nommé lieutenant-colonel à la fin de juin 1845, il fut encore réélu député de Metz, avec 207 voix sur 380 votants et 425 inscrits, le 1er août 1846 : il avait eu cette fois deux concurrents, MM. Lallemand (103 voix), et de Curel (59). La Révolution de Février mit fin à sa carrière parlementaire. Professeur de construction à l'école d'application du génie, à Metz, il passa général de brigade, le 16 mai 1855. Il mourut au Polygone de Vincennes, victime d'un accident.


Retour haut de page