Paul Cherbonneau

1907 - 1997

Informations générales
  • Né le 10 janvier 1907 à Soeurdres (Maine-et-Loire - France)
  • Décédé le 9 février 1997 à Château-gontier (Mayenne - France)

Mandats à l'Assemblée nationale ou à la Chambre des députés

Régime politique
Cinquième République - Assemblée nationale
Législature
IIe législature
Mandat
Du 22 mars 1963 au 2 avril 1967
Département
Maine-et-Loire
Groupe
Union pour la nouvelle République-UDT

Biographies

Biographie de la Ve République

CHERBONNEAU (Paul)
Né le 10 janvier 1907 à Sœurdres (Maine-et-Loire)
Décédé le 9 février 1997 à Château-Gontier (Maine-et-Loire).

Député du Maine-et-Loire de 1963 à 1967

Issu d’une ancienne famille du Maine-et-Loire, Paul Cherbonneau est né le 10 janvier 1907 à Sœurdres. Après une scolarité à l’école publique le conduisant jusqu’au certificat d’études, il effectue 18 mois de service militaire dans l’Armée française du Rhin puis devient, comme son père, exploitant agricole. Il exerce de nombreuses responsabilités professionnelles au sein du syndicat du concours départemental agricole de 1959 à 1974 et, surtout, à la présidence de Mutuelle Assurances de 1931 à 1981. Par ailleurs, Jean Charbonneau est élu conseiller municipal de Sœurdres à partir de 1945, dont il prend la tête de 1959 à 1977.
En 1962, sur les conseils de Jean Foyer, député de la deuxième circonscription du Maine-et-Loire, Jacques Millot, alors député-maire d’Angers et à nouveau candidat de l’Union pour la nouvelle République (UNR) dans la première circonscription, choisit Paul Cherbonneau comme suppléant. Des six candidats en lice à ces élections législatives, seuls deux se maintiennent au second tour : l’indépendant David Prosper (18,8% des voix), le socialiste Roger Quillot (8%), le MRP Marcel Guenault (6,7%) et un candidat local (8,5%) se retirent. Restent candidats le communiste Pierre Sicard qui a totalisé 14,4% des suffrages au soir du premier tour et Jacques Millot qui en a obtenu plus du triple (43,3%). Logiquement, Jacques Millot l’emporte largement sur son adversaire du PCF (71,4% des voix contre 28,6%).
Le 21 mars 1963, le député-maire d’Angers trouve la mort dans un accident de la route. Paul Cherbonneau est appelé à le remplacer à l’Assemblée qui en prend acte le 30 avril. Le nouveau député du Maine-et-Loire s’inscrit au groupe UNR-Union démocratique du travail dès son arrivée à l’hémicycle. Il siège à la Commission des affaires culturelles, familiales et sociales jusqu’à la fin de la législature. Il est nommé membre titulaire de la commission mixte paritaire chargée de proposer un texte sur les dispositions restant en discussion du projet de loi relatif à la protection médicale du travail agricole. Il n’intervient pas en séance publique.
Fidèle gaulliste, il approuve l’autorisation de ratification du traité de l’Elysée (13 juin 1963), le projet de loi relatif à certaines modalités de grève dans les services publics (26 juillet 1963), la révision au Congrès de la Constitution portant sur les dates des sessions parlementaires (20 décembre 1963), la réforme du mode d’élection des conseillers municipaux (17 juin 1964) et la réforme du service national (26 mai 1965).
En 1967, Paul Cherbonneau devient le suppléant d’Edgard Pisani, ministre de l’équipement et maire de Montreuil-Bellay (Maine-et-Loire). La droite apparaît divisée au premier tour des élections : Edgard Pisani, officiellement investi par le comité d’action pour la Vème République, affronte Suzanne Millot, veuve de l’ancien député et gaulliste dissidente. Mais, avec un score de 11%, elle n’inquiète pas le ministre. Celui-ci recueille 33% des voix devant le modéré David Prosper soutenu par le Centre national des indépendants (23%), le communiste Pierre Sicard (16,7%) et Yves Loison, sans étiquette (15,2%). Au second tour, Edgard Pisani est élu à la majorité relative (41% des suffrages exprimés) dans le cadre d’une triangulaire l’opposant à David Prosper (35,4%) et Pierre Sicard (25,5%). Paul Cherbonneau n’aura pas à remplacer Edgard Pisani au cours de cette législature.
L’ancien député du Maine-et-Loire s’éteint à Château-Gontier le 9 février 1997. Il était âgé de 90 ans.

Retour haut de page