Louis, Edouard de Beaufort

1786 - 1849

Informations générales
  • Né le 6 septembre 1786 à Frampas (Haute-Marne - France)
  • Décédé le 21 avril 1849 à Frampas (Haute-Marne - France)

Mandats à l'Assemblée nationale ou à la Chambre des députés

Régime politique
Monarchie de Juillet - Chambre des députés
Législature
IIIe législature
Mandat
Du 15 juillet 1835 au 3 octobre 1837
Département
Haute-Marne
Groupe
Majorité conservatrice
Régime politique
Monarchie de Juillet - Chambre des députés
Législature
IVe législature
Mandat
Du 4 novembre 1837 au 2 février 1839
Département
Haute-Marne
Groupe
Majorité conservatrice
Régime politique
Monarchie de Juillet - Chambre des députés
Législature
Ve législature
Mandat
Du 2 mars 1839 au 12 juin 1842
Département
Haute-Marne
Groupe
Majorité conservatrice

Biographies

Biographie extraite du dictionnaire des parlementaires français de 1789 à 1889 (Adolphe Robert et Gaston Cougny)

Député de 1835 à 1842, né à Frampas (Haute-Marne), le 6 septembre 1786 « du mariage légitime de Messire Jean Baptiste Charles Philippe de Beaufort, chevalier, seigneur en partie de Frampas, Blumeré, Humbercin et autres lieux et de Dame Françoise Henriette de Ségur son épouse », mort à Frampas, le 21 avril 1849, suivit l'état militaire, devint chef de bataillon d'infanterie, puis lieutenant-colonel.

Maire de Frampas, il entra à la Chambre des députés, en remplacement de M. Failly, démissionnaire, le 15 Juillet 1835 : il représentait le 4e collège électoral de la Haute-Marne (Vassy). Il jouissait alors d'une réputation d'indépendance que la plupart de ses votes à l'Assemblée ne vint pas corroborer. Il siégea, en effet au centre, et fit partie de la majorité conservatrice.

Réélu dans la même circonscription, en novembre 1837 et en mars 1839, il se prononça, le 25 janvier 1840, pour le projet de loi tendant à faire attribuer au duc de Nemours une dotation annuelle de 500,000 fr. Il vota également pour le projet de loi du ministère Thiers sur les fortifications et contre l'amendement Lestiboudois qui demandait à la couronne de compléter la législation sur le recensement des propriétés imposables et de garantir tous les droits du Trésor en consacrant le concours régulier de l'autorité municipale. Il se déclara enfin contre les propositions Gauguier, Remilly, Ganneron, tendant à établir l'incompatibilité de certaines fonctions publiques avec le mandat de député, ainsi que contre les diverses propositions de réforme électorale (adjonction des capacités) faites par MM. Mauguin, Pages (de l'Ariège), Ducos, etc.

M. de Beaufort ne fit point partie de la législature de 1842. Il était officier de le Légion d'honneur, du 11 octobre 1812.

Date de mise à jour: octobre 2013

Retour haut de page