François, Marie Briant de Laubrière

1781 - 1863

Informations générales
  • Né le 9 mars 1781 à Quimperlé (Finistère - France)
  • Décédé le 24 octobre 1863 à Hennebont (Finistère - France)

Mandats à l'Assemblée nationale ou à la Chambre des députés

Régime politique
Seconde Restauration - Chambre des députés des départements
Législature
IVe législature
Mandat
Du 24 novembre 1827 au 16 mai 1830
Département
Finistère
Régime politique
Monarchie de Juillet - Chambre des députés
Législature
Ire législature
Mandat
Du 3 juillet 1830 au 20 août 1830
Département
Finistère
Groupe
Majorité ministérielle

Biographies

Biographie extraite du dictionnaire des parlementaires français de 1789 à 1889 (Adolphe Robert et Gaston Cougny)

Député de 1827 à 1830, né à Quimperlé (Finistère), le 9 mars 1781 « fils légitime de Louis André Colomban Briant seigneur de Laubrière capitaine des canoniers gardes côte de la division de Quimperlé et de Dame Jeanne Marie Louise Audonyn », mort à Hennebont (Morbihan), le 24 octobre 1863, il était propriétaire à Quimper et maire de cette ville. Les élections du 24 novembre 1827 l'envoyèrent à la Chambre des députés, où il représenta le département du Finistère dans les rangs des royalistes dévoués à la politique de M. de Villèle.

Réélu par le même collège le 3 juillet 1830, M. Briant de Laubrière resta fidèle au gouvernement de Charles X, et refusa de prêter serment à son successeur. Il adressa, le 18 août 1830, au président de la Chambre une lettre ainsi conçue :

« Paris, 18 août 1830.
« Monsieur le président, Elu député sous l'empire de la Charte de Louis XVIII et sous le règne de Charles X, je n'avais mandat que pour maintenir les institutions déjà existantes, ou pour contribuer à leur donner légalement le développement dont elles étaient susceptibles. Maintenant que je me trouve placé entre la nécessité d'adhérer aux décisions prises jusqu'à ce jour par la Chambre, ou de me démettre de mes fonctions de député, je crois de mon devoir et de ma conscience de prendre ce dernier parti. Je vous prie en conséquence, M. le président, de vouloir bien faire agréer ma démission à la Chambre, en l'assurant que, rendu à la vie privée, je ne cesserai de faire des voeux pour le repos et le bonheur de mon pays.

« J'ai l'honneur d'être, etc..

« BRIANT DE LAUBRIÈRE,

« député du Finistère. »

Date de mise à jour : octobre 2013


Retour haut de page