Charles, Joseph Colomès de Juillan

1799 - 1870

Informations générales
  • Né le 22 septembre 1799 à Tarbes (Hautes-Pyrénées - France)
  • Décédé le 15 avril 1870 à Tarbes (Hautes-Pyrénées - France)

Mandats à l'Assemblée nationale ou à la Chambre des députés

Régime politique
Monarchie de Juillet - Chambre des députés
Législature
IIe législature
Mandat
Du 5 juillet 1831 au 25 mai 1834
Département
Hautes-Pyrénées
Groupe
Gauche
Régime politique
Monarchie de Juillet - Chambre des députés
Législature
IIIe législature
Mandat
Du 21 juin 1834 au 3 octobre 1837
Département
Hautes-Pyrénées
Groupe
Gauche
Régime politique
Monarchie de Juillet - Chambre des députés
Législature
IVe législature
Mandat
Du 4 novembre 1837 au 2 février 1839
Département
Hautes-Pyrénées
Groupe
Gauche
Régime politique
Monarchie de Juillet - Chambre des députés
Législature
Ve législature
Mandat
Du 2 mars 1839 au 12 juin 1842
Département
Hautes-Pyrénées
Groupe
Gauche

Biographies

Biographie extraite du dictionnaire des parlementaires français de 1789 à 1889 (Adolphe Robert et Gaston Cougny)

Député de 1831 à 1842, né à Tarbes (Hautes-Pyrénées), le 22 septembre 1799, mort à Tarbes le 15 avril 1870, il était ancien élève de l'Ecole polytechnique, et ingénieur des ponts-et-chaussées.

Destitué quelques jours avant les ordonnances de Charles X, pour l'indépendance qu'il avait montrée dans les élections, il fut élu comme candidat libéral, le 5 juillet 1831, député du 2e collège des Hautes-Pyrénées (Tarbes). Il siégea dans l'opposition, et s'associa dès le début à la plupart des votes de la gauche, ainsi qu'au fameux compte rendu de 1832.

Réélu le 21 juin 1834, par 91 voix (134 votants, 150 inscrits), contre 43 à M. Baradère, M. Colomès se prononça notamment contre les lois de septembre et de disjonction. Il fut encore réélu le 4 novembre 1837, cette fois comme député d'Argelès, avec 109 voix sur 110 votants et 150 inscrits. Le gouvernement de Louis-Philippe le promut, pendant cette législature, au grade d'ingénieur en chef. Il se trouvait donc soumis à réélection.Toutefois, la Chambre ayant été dissoute, le collège électoral n'eut pas le loisir de se réunir. Il obtint à la Chambre des députés une dernière réélection, le 2 mars 1839.

M. Colomès de Juillan était conseiller-général des Hautes-Pyrénées. Il fut, le 14 mai 1862, admis à la retraite comme ingénieur en chef des ponts-et-chaussées.

Date de mise à jour: mai 2017


Retour haut de page