François, Bertrand Dufour

1765 - 1832

Informations générales
  • Né le 25 janvier 1765 à Souillac (Lot - France)
  • Décédé le 13 octobre 1832 à Lanzac (Lot - France)

Mandats à l'Assemblée nationale ou à la Chambre des députés

Régime politique
Monarchie de Juillet - Chambre des députés
Législature
Ire législature
Mandat
Du 28 octobre 1830 au 31 mai 1831
Département
Lot
Groupe
Majorité ministérielle
Régime politique
Monarchie de Juillet - Chambre des députés
Législature
IIe législature
Mandat
Du 5 juillet 1831 au 13 octobre 1832
Département
Lot
Groupe
Majorité ministérielle

Biographies

Biographie extraite du dictionnaire des parlementaires français de 1789 à 1889 (Adolphe Robert et Gaston Cougny)

Député de 1830 à 1832, né à Souillac (Lot) le 25 janvier 1765 « du légitime mariage de monsieur Pierre Dufour et de demoiselle Catherine Delpech son épouse », mort à Lanzac (Lot) le 13 octobre 1832, il s'enrôla comme volontaire en 1792, et fut rapidement promu lieutenant, adjudant-major, capitaine et chef de bataillon.

À la tête du 2e bataillon du Lot, il montra beaucoup de valeur à la journée de Kaiserslautern : il interrompit le mouvement de retraite pour se retourner vigoureusement contre les Prussiens, et ne reprit sa marche que lorsque l'artillerie fut en sûreté. Dufour refusa alors le grade de général de brigade pour rester avec ses compagnons d'armes. Il se signala encore à Wasserbillich, sur la Sarre, et prit part à tous les combats qui marquèrent la marche de l'aile droite de l'armée de la Moselle sur Mayence.

Chef de la 108e demi-brigade de ligne, le 1er messidor an III, il fut de l'armée du Rhin, de celle de Sambre-et-Meuse, de celle du Nord. À l'armée gallo-batave (an X), il commanda l'avant-garde et s'empara de Wurtzbourg, de Bamberg et de Forkheim.

En l'an XI, il alla à Flessingen, s'y embarqua avec ses troupes à bord de la flottille hollandaise et aborda dans le port d'Ostende, malgré les Anglais.

Membre de la Légion d'honneur le 19 frimaire an XII, officier de cet ordre le 25 prairial suivant, il obtint par la suite le commandement de la place de Presbourg, concourut au succès de la bataille d'Austerlitz, et reçut le grade de général de brigade. Il passa en cette qualité dans le 3e Corps d'armée, puis dans le 4e, seconda les travaux des fortifications de Braunau, sur l'Inn, fut appelé (mars 1807) au quartier général de la grande armée, et rendit d'importants services aux sièges de Dantzig, de Graudentz, sur la Vistule, et de Stralsund.

Envoyé à l'armée d'Espagne le 3 décembre 1807, il rejoignit les troupes françaises à Burgos et fut employé dans la division Gobert. S'étant trouvé compris dans la capitulation du général Dupont, il fut transféré dans l'île de Minorque, et de là en Angleterre.

L'Empire le créa baron le 26 avril 1811. Il se rallia à la première Restauration, reçut de Louis XVIII le titre de commandeur de la Légion d'honneur (27 décembre 1814) et celui de chevalier de Saint-Louis (3 janvier 1815), mais il revint à Napoléon pendant les Cent-Jours, commanda, à la bataille de Fleurus, une brigade du corps de Vandamme, et facilita par la résistance qu'il opposa à l'ennemi la retraite du 3e corps d'armée. Le général Dufour suivit l'armée sur la Loire.

Mis en disponibilité, puis à la retraite (1825), il devint, après l'avènement de Louis-Philippe, député de son département, le Lot, qui le choisit, au grand collège, le 28 octobre 1830, par 209 voix sur 370 votants et 590 inscrits, pour successeur à M. de Lentilhac, dont l'élection avait été annulée.

Il fut réélu, le 5 juillet 1831, par la 5e circonscription du Lot (Martel), avec 100 voix sur 163 votants et 206 inscrits, contre 63 voix au docteur Touron ; mais il mourut l'année d'après, et fut remplacé à la Chambre par M. Touron.

Date de mise à jour : juin 2013


Retour haut de page