Alphonse, Denis de Loynes

1803 - 1876

Informations générales
  • Né le 22 mai 1803 à Paris (Seine - France)
  • Décédé le 28 avril 1876 à Paris (Paris - France)

Mandats à l'Assemblée nationale ou à la Chambre des députés

Régime politique
Monarchie de Juillet - Chambre des députés
Législature
Ve législature
Mandat
Du 2 mars 1839 au 12 avril 1839
Département
Loiret
Groupe
Centre gauche
Régime politique
Monarchie de Juillet - Chambre des députés
Législature
Ve législature
Mandat
Du 11 mai 1839 au 12 juin 1842
Département
Loiret
Groupe
Centre gauche
Régime politique
Monarchie de Juillet - Chambre des députés
Législature
VIe législature
Mandat
Du 9 juillet 1842 au 6 juillet 1846
Département
Loiret
Groupe
Majorité ministérielle
Régime politique
Monarchie de Juillet - Chambre des députés
Législature
VIIe législature
Mandat
Du 1er août 1846 au 24 février 1848
Département
Loiret
Groupe
Majorité ministérielle

Biographies

Biographie extraite du dictionnaire des parlementaires français de 1789 à 1889 (Adolphe Robert et Gaston Cougny)

Député de 1839 à 1848, né à Paris le 22 mai 1803, mort à Paris le 28 avril 1876, conseiller général, chevalier de la Légion d'honneur (1838), sous-préfet de Pithiviers sous Louis-Philippe, conseiller référendaire à la Cour des comptes (de 1846 à 1872), il fut élu, le 2 mars 1839, député du 1er collège du Loiret (Pithiviers), comme candidat de l'opposition modérée, par 267 voix (475 votants).

Comme il n'y avait pas encore six mois que M. de Loynes avait quitté ses fonctions administratives, cette élection fut annulée; mais les électeurs lui confirmèrent son mandat législatif, le 11 mai 1839, par 240 voix (444 votants), contre 96 à M. Lejeune et 57 à M. Dumesnil.

Successivement réélu, le 9 juillet 1842, par 311 voix (466 votants, 547 inscrits), contre 99 à M. Lejeune, et, le 1er août 1846, par 257 voix (505 votants, 551 inscrits), contre 181 à M. Ploix et 67 au comte de Gervillier, il ne tarda pas, quoique élu d'abord comme candidat des gauches, à devenir un fidèle ministériel. Il vota en effet pour l'indemnité Pritchard, contre la proposition relative aux députés fonctionnaires, et combattit la proposition sur les annonces judiciaires et celle de M. Odilon Barrot destinée à mettre un frein à la corruption électorale. La révolution de 1848 rendit M. de Loynes à la vie privée.

Date de mise à jour: août 2014


Retour haut de page