Marc, Antoine Puvis

1776 - 1851

Informations générales
  • Né le 26 octobre 1776 à Cuiseaux (Saône-et-Loire - France)
  • Décédé le 29 juillet 1851 à Paris (Paris - France)

Mandats à l'Assemblée nationale ou à la Chambre des députés

Régime politique
Monarchie de Juillet - Chambre des députés
Législature
Ire législature
Mandat
Du 28 octobre 1830 au 31 mai 1831
Département
Ain
Groupe
Majorité ministérielle

Biographies

Biographie extraite du dictionnaire des parlementaires français de 1789 à 1889 (Adolphe Robert et Gaston Cougny)

Député de 1830 à 1831, né à Cuiseaux (Saône-et-Loire) le 26 octobre 1776, mort à Paris le 29 juillet 1851, d'une ancienne famille de robe, fils de Claude-Louis-Marie Puvis de Chavannes, avocat au parlement et grand messager juré de l'Université, et de Marie-Pierrette Guyot de Prarieux, il entra, en 1707, à l'Ecole polytechnique, puis à l'Ecole de Châlons, d'où il sortit sous-lieutenant d'artillerie.

D'abord employé en Hollande, il passa, sous les ordres de Drouot, en 1803, à l'armée d'Angleterre, et donna sa démission au moment du départ de la grande armée pour le Danube. Il s'occupa alors exclusivement d'agriculture. En 1814, il demanda et obtint que le préfet de l'Ain rendit des arrêtés ordonnant d'abattre les bêtes atteintes d'épizootie ; dès 1816, il préconisa l'emploi de la marne et de la chaux pour les amendements du sol, et, en 1817, proposa la création de greniers d'abondance.

Membre du conseil municipal de Bourg et du conseil général de l'Ain, il fut élu, le 28 octobre 1830, député du grand collège de l'Ain, en remplacement de M. du Buisson de la Boulaye démissionnaire, par 63 voix (121 votants). Il ne se fit pas remarquer à la Chambre où il ne prit part qu'à quelques discussions sur l'économie rurale, et parut se ranger parmi les partisans de la nouvelle monarchie. Il échoua, le 5 juillet 1831, dans le 3e collège de l'Ain (Trévoux), avec 69 voix contre 85 à l'élu M. Bertholon du Polet.

Président du conseil général de l'Ain en 1833, M. Puvis fut nommé correspondant de l'Académie des sciences en 1840, et membre du conseil général de l'agriculture en 1842. Il mourut d'un catarrhe au retour d'un voyage à Londres où il avait été visiter l'Exposition.

On a de lui : Voyage agronomique en Beaujolais, Forez et Limagne (Bourg, 1821); Essai sur la marne (Bourg, 1826); Notice statistique sur le département de l'Ain (1828 et 1829); De l'agriculture du Gâtinais, de la Sologne et du Berri (Paris, 1833); De l'emploi de la chaux en agriculture (Bourg, 1836); Traité des amendements (Paris, 1851); il a en outre collaboré à La Maison rustique du dix-neuvième siècle et au Journal d'agriculture pratique.

Date de mise à jour: novembre 2013


Retour haut de page