Charles, Joseph, Marie, Marius de Salles

1803 - 1858

Informations générales
  • Né le 30 septembre 1803 à Saint-Pierre (Martinique - France)
  • Décédé le 1er novembre 1858 à Mornas (Vaucluse - France)

Mandats à l'Assemblée nationale ou à la Chambre des députés

Régime politique
Monarchie de Juillet - Chambre des députés
Législature
VIIe législature
Mandat
Du 1er août 1846 au 24 février 1848
Département
Loiret

Mandats au Sénat ou à la Chambre des pairs

Sénateur
du 24 juin 1856 au 1er novembre 1858

Biographies

Biographie extraite du dictionnaire des parlementaires français de 1789 à 1889 (Adolphe Robert et Gaston Cougny)

Député de 1846 à 1848, sénateur du second empire, né à Saint-Pierre (Martinique) le 30 septembre 1803, mort à Mornas (Vaucluse) le 1er novembre 1858, il entra à l'Ecole de Saint-Cyr en 1812, passa dans le corps d'état-major en 1824, devint lieutenant trois ans après, fit, l'année suivante, la campagne de Morée, assista, en 1830, à l'expédition d'Alger, où il gagna les épaulettes de capitaine, prit part, en 1832, au siège d'Anvers, et retourna en Algérie en 1837. Chef d'escadron et aide de camp du général Valée, il se battit à l'affaire du col de la Mouzaïa et à la prise de Milianah, (8 juin 1840). L'année suivante, il fut promu colonel et rentra en France.

Elu, le 1er août 1846, député du 5e collège du Loiret (Montargis), par 305 voix (419 votants, 497 inscrits), contre 91 à M. Victor Considérant, candidat de l'opposition démocratique, il prit place parmi les ministériels. Nommé maréchal de camp l'année suivante, il dut se représenter devant ses électeurs, qui lui renouvelèrent son mandat, le 27 novembre 1847, par 276 voix (417 votants), contre 102 à M. Considérant et 35 à M. de Cormenin.

Nommé, après la révolution de février, commandant de la subdivision d'Alger puis de la division de Constantine, il se rallia à la politique du prince Louis-Napoléon, fut promu général de division le 17 mars 1852, commanda, pendant la guerre de Crimée, une des divisions de l'armée d'Orient, et assista aux affaires des 2 et 22 mai; à l'attaque du 8 septembre, il était à la tête du 1er corps.

Nommé sénateur, à son retour de Sébastopol, le 24 juin 1856, il mourut deux ans après, d'une blessure que lui fit, dans un accès de folie religieuse, M. le lieutenant-colonel de Chanaleilles, son frère utérin. Il était conseiller général du Loiret et grand officier de la Légion d'honneur.


Retour haut de page