Daniel, Léon Archimbaud

1856 - 1924

Informations générales
  • Né le 29 avril 1856 à Die (Drôme - France)
  • Décédé le 26 octobre 1924 à Poyols (Drôme - France)

Mandats à l'Assemblée nationale ou à la Chambre des députés

Régime politique
Troisième République - Chambre des députés
Législature
IXe législature
Mandat
Du 1er mars 1908 au 31 mai 1910
Département
Drôme
Groupe
Non inscrit

Biographies

Biographie extraite du dictionnaire des parlementaires français de 1889 à 1940 (Jean Jolly)

Né à Die (Drôme) le 29 avril 1856, mort à Poyols (Drôme) le 26 octobre 1924.

Député de la Drôme de 1908 à 1910.

Ancien receveur-buraliste, propriétaire et marchand de bois, Daniel Archimbaud ne demandait qu'à vaquer à ses affaires et n'avait jamais manifesté d'ambition politique, lorsque des circonstances fortuites vinrent modifier sa façon de vivre habituelle.

Son fils, Léon Archimbaud, qui accomplissait ses études de théologie protestante, se présenta à une élection partielle destinée à pourvoir au remplacement de M. Evesque, Député de la circonscription de Die, décédé. Il fut proclamé élu le 15 septembre 1907 au premier tour de scrutin, ayant littéralement écrasé son concurrent M. Magnan.

Mais cette élection fut annulée le 27 décembre 1907, Léon Archimbaud ayant été déclaré inéligible pour n'avoir pas satisfait complètement à ses obligations militaires.

Par esprit de famille, le père se substitua au fils à l'élection partielle qui suivit et fut élu le 1er mars 1908 par 9.635 voix contre 1.900 au candidat le plus favorisé sur 12.806 votants, au premier tour de scrutin.

Devenu Député quelque peu malgré lui, Daniel Archimbaud ne se fit inscrire à aucun groupe politique. Membre de diverses Commissions, il demanda que la question de l’indemnité parlementaire fût soumise à un référendum (1908) et insista pour le rattachement de la commune de Valdrôme au canton de Luc-en-Diois (1910).

Aux élections générales de 1910, il fut battu au 2e tour de scrutin par M. Long qui obtint 397 voix de plus que lui. Il ne se représenta plus, son fils devait d'ailleurs lui succéder un peu plus tard. Il se retira dans la Drôme et mourut le 26 octobre 1924 à Poyols dans sa maison de famille.


Retour haut de page