Charles Cochet

1867 - 1955

Informations générales
  • Né le 20 juillet 1867 à Saint-léger-des-vignes (Nièvre - France)
  • Décédé le 28 février 1955 à Bourges (Nièvre - France)

Mandats à l'Assemblée nationale ou à la Chambre des députés

Régime politique
Troisième République - Chambre des députés
Législature
XVe législature
Mandat
Du 8 mai 1932 au 31 mai 1936
Département
Cher
Groupe
Parti socialiste

Biographies

Né le 20 juillet 1867 à Saint-Léger-des-Vignes (Nièvre), mort le 28 février 1955 à Bourges (Cher).

Député du Cher de 1932 à 1936

Né à Saint-Léger-des-Vignes, d'un père menuisier, Charles Cochet, après ses études primaires, il entra à l'école normale d'instituteurs de Nevers d'où il sortit en 1884.

Il fut d'abord nommé à Bourges à l'école de la rue Nicolas-Leblanc, où il exerça jusqu'en 1907. Il fut ensuite muté à Massœuvres, hameau de Saint-Florent-sur-Cher, mais n'y resta que peu de temps, et revint à Bourges où il poursuivit sa carrière d'instituteur jusqu'en 1929, date de sa retraite.

En même temps qu'à sa tâche d'enseignement, Cochef se dévoua aux œuvres d'assistance et aux activités culturelles de la ville : il fut administrateur de la Société de protection de l'enfance contre la tuberculose (œuvre Grancher), vice-président du Comité départemental d'hygiène, président de l'Education mutuelle, président du Comité de culture « Les loisirs », vice-président de l'Université populaire de Bourges, administrateur-ordonnateur des hospices.

Quand il eut pris sa retraite d'instituteur, il se lança dans l'action politique. Elu, en mai 1929, conseiller municipal de Bourges sur la liste du cartel et adjoint au maire, il posa sa candidature aux élections générales des 1er et 8 mai 1932 dans la première circonscription de Bourges. Au premier tour de scrutin, il obtint 5.144 voix et était précédé par le député sortant Autrand qui avait recueilli 6.567 suffrages ; mais, au second tour, grâce à l'union des gauches, il l'emporta aisément, ayant obtenu 10.506 voix contre 7.562 à son adversaire, sur 18.933 votants.

Inscrit au groupe socialiste, il fut membre de la Commission de l'armée et de la Commission de l'hygiène. Ses interventions en séance publique furent réservées à des problèmes intéressant sa circonscription. Ainsi, au cours de la discussion du budget de l'exercice 1934, à propos du projet de création de l'école de l'air à Salon-de-Provence, il déposa un amendement demandant que l'école militaire d'aviation d'Avord devienne l'école de l'air et qu'une simple école d'hydraviation soit créée à Salon (1934). Il demanda à interpeller le Gouvernement sur la location aux ouvriers de la guerre des logements de Bigarelles près Bourges et intervint sur le même sujet dans la discussion du budget de l'exercice 1935 (1934). Il développa une interpellation sur les sanctions rigoureuses prises contre les ouvriers du parc d'artillerie de Bourges (1935). Enfin, il déposa une demande d'interpellation sur des décès survenus en février 1935 dans la garnison de Bourges (1935).

Aux élections générales de 1936, il fut devancé de justesse au premier tour de scrutin, par Gatignon, candidat communiste, qui eut 4.288 voix contre 4.193 recueillies par lui-même, sur 19.144 votants : appliquant la discipline du Front populaire, il ne se représenta pas au second tour.

Cependant, il continuait à faire partie du conseil municipal de Bourges auquel il avait été réélu l'année précédente. Sous l'occupation, le 15 mars 1941, il cessa ses fonctions de conseiller municipal, mais, en 1944, le Comité de libération le nomma maire. Aux élections municipales d'avril 1945, il fut une nouvelle fois réélu conseiller municipal, puis confirmé dans ses fonctions de maire qu'il remplit jusqu'en octobre 1947, date à laquelle, âgé de 80 ans, il abandonna volontairement la vie publique. Il devait encore vivre près de huit ans, jusqu'au 28 février 1955, au milieu de ses concitoyens qui, voulant conserver le souvenir de son excellente administration municipale, donnèrent son nom à une rue de Bourges. Il avait, à sa mort, 88 ans.

Cochet était titulaire des palmes académiques et de la médaille d'argent de l'Education physique. Il fut fait chevalier de la Légion d'honneur en 1938 et promu officier en 1948.




Né le 20 juillet 1867 à Saint-Léger-des-Vignes (Nièvre)
Décédé le 28 février 1955 à Bourges (Cher)

Député du Cher de 1932 à 1936

(Voir première partie de la biographie dans le dictionnaire des parlementaires français 1889-1940, tome III, p. 1083, 1084)

Réservé à l'égard de la politique du maréchal Pétain, Charles Cochet est écarté du Conseil municipal de Bourges, en mars 1941. Nommé maire, en 1944, par le Comité de libération, il est réélu à ce poste après les élections municipales d'avril 1945. En octobre 1947, il ne se représente pas et abandonne la vie publique. Il a alors 80 ans.

Il devait mourir huit ans plus tard, au milieu de ses concitoyens qui, voulant conserver le souvenir de son excellente administration municipale, donnèrent son nom à une rue de leur ville.

En 1948, Charles Cochet avait été promu officier dans l'ordre de la Légion d'honneur.



Retour haut de page