Paul Cuny

1872 - 1925

Informations générales
  • Né le 19 novembre 1872 à Gérardmer (Vosges - France)
  • Décédé le 3 juin 1925 à Paris (Paris - France)

Mandats à l'Assemblée nationale ou à la Chambre des députés

Régime politique
Troisième République - Chambre des députés
Législature
Xe législature
Mandat
Du 24 avril 1910 au 31 mai 1914
Département
Vosges
Groupe
Gauche radicale

Biographies

Biographie extraite du dictionnaire des parlementaires français de 1889 à 1940 (Jean Jolly)

Né le 19 novembre 1872 à Gerardmer (Vosges), mort le 3 juin 1925 à Paris.

Député des Vosges de 1910 à 1914.

Manufacturier à Epinal et à Thaon, Paul Cuny était un des plus importants industriels cotonniers des Vosges. Il gérait les filatures de la Vologne, les filatures de Sélestat (Bas-Rhin) et était administrateur délégué du tissage de Roville (Meurthe-et-Moselle) et des établissements textiles de l'Est.

Président de la Société d'assurance mutuelle contre la mortalité du bétail de Thaon-les-Vosges, président du Cycle Thaonnais, président de la Société agricole de l'arrondissement d'Epinal, et président du Comité républicain du commerce et de l'industrie, il se présenta aux élections générales législatives du 24 avril 1910 dans la première circonscription d'Epinal et fut élu au premier tour de scrutin, par 8.151 voix contre 5.609 à M. Camille Krantz, député sortant, ancien Ministre, sur 14.039 votants. Inscrit au groupe de la gauche radicale, il siégea à la Commission du commerce et de l'industrie, et à celle de la législation fiscale. Il déposa deux propositions de loi, la première tendant à établir un minimum de salaire pour tous les travailleurs, la seconde tendant au vote du budget au début et pour la durée de chaque législature. Il rapporta les projets de loi sur le règlement définitif des budgets des exercices 1907, 1908, 1909, 1910 et 1911 pour la section commerce et industrie. Il interpella le Gouvernement : sur la grève du personnel des chemins de fer (1910), sur la manipulation des marchandises du port du Havre (1911) et se fit entendre au cours de la discussion d'une motion tendant à la réduction de l'indemnité parlementaire (1911).

Il ne se représenta pas aux élections générales des 26 avril et 10 mai 1914, reprit la direction de ses affaires et mourut à Paris le 3 juin 1925, âgé seulement de 53 ans.


Retour haut de page