Maurice, Joseph Damour

1873 - 1953

Informations générales
  • Né le 25 mars 1873 à Dax (Landes - France)
  • Décédé le 14 novembre 1953 à Guéthary (Pyrénées-Atlantiques - France)

Mandats à l'Assemblée nationale ou à la Chambre des députés

Régime politique
Troisième République - Chambre des députés
Législature
Xe législature
Mandat
Du 8 mai 1910 au 31 mai 1914
Département
Landes
Groupe
Députés indépendants
Régime politique
Troisième République - Chambre des députés
Législature
XIe législature
Mandat
Du 10 mai 1914 au 7 décembre 1919
Département
Landes
Groupe
Non inscrit

Biographies

Né à Dax (Landes) le 25 mars 1873, mort à Guéthary (Basses-Pyrénées) le 14 novembre 1953.

Député des Landes de 1910 à 1919.

Ancien élève de l'école des Hautes études commerciales, Maurice Damour entra dans la carrière consulaire. Après être resté dix-huit mois l'adjoint du Consul de France à Saint-Sébastien, il devint vice-consul à Santa-Fé. Rentré en France et employé au Ministère des Affaires étrangères, il fut nommé vice-consul à la Nouvelle-Orléans ; il fonda alors l'Alliance franco-louisianaise pour l'enseignement du français. Il publia d'autre part plusieurs études économiques, un « Guide pratique de la vie à l'étranger » (1907) et un « Guide du commerce extérieur de la France ».

Un moment employé de l'Alliance républicaine démocratique, ayant, comme il le disait à ses électeurs en 1910, « mené dès 1902 avec les républicains le bon combat contre la réaction », il n'était pas sans expérience politique lorsqu'aux élections générales des 24 avril et 8 mai 1910 il posa sa candidature dans la première circonscription de Mont-de-Marsan, contre le député sortant, le général Jacquey, inscrit au groupe de l'Action libérale. Largement distancé au premier tour de scrutin, il bénéficia au second du désistement de deux autres candidats et recueillit 7.130 voix sur 14.033 votants, son concurrent ne conservant que 6.574 suffrages. Maurice Damour avait fait, dit-on, sa campagne électorale à bicyclette, ce qui aurait servi sa popularité. En tous cas, il fut réélu aux élections générales des 26 avril et 10 mai 1914, au deuxième tour, avec 6.627 voix sur 13.601 votants, contre 4.151 voix à Whitcomb et 2.184 à Peyrebère.

Entré à la Chambre comme « Républicain démocrate », Maurice Damour ne voulut « s'inféoder » à aucun groupe, pour conserver, comme il l'expliqua à ses électeurs en 1914, « cette complète indépendance qui est la garantie la plus sûre de la dignité des élus ». Pourtant, il affirmait des convictions politiques bien nettes, se posant en partisan de la représentation proportionnelle, de l'impôt sur le revenu, de l'extension des droits des syndicats, du développement du crédit agricole et ouvrier, et en défenseur de l'école laïque; il se targuait d'avoir contribué au «triomphe de la démocratie », et résumait ainsi son programme en 1910 : « ni réaction ni révolution ; le progrès social par étapes rapides mais dans la paix ; la justice par la liberté ».

Membre de la Commission des affaires extérieures et des colonies, il appartint aussi, sous la dixième législature, à la Commission du commerce et de l'industrie et, à deux reprises, à la Commission du budget, puis, sous la onzième législature, aux Commissions de la révision des lois constitutionnelles et de la réorganisation économique, à la Commission chargée d'examiner les pièces concernant la condamnation prononcée contre Malvy, à la Commission d'enquête sur la métallurgie, enfin à la Commission instituée pour examiner les divers traités de paix.

Soucieux des intérêts économiques de la région qu'il représentait, Damour intervint souvent au sujet des essences de térébenthine et aussi, quelquefois, au sujet de l'élevage des chevaux. Mais, ancien élève d'H.E.C et vice-consul, il marqua encore plus d'intérêt pour les questions douanières et commerciales, la politique étrangère, le sort des Français à l'étranger et la situation faite au personnel consulaire auteur, sous la dixième législature, de propositions de loi sur la police de la chasse, le régime douanier des cafés, le contingent de récompenses honorifiques destiné aux Français résidant à l'étranger, rapporteur de cette dernière proposition et d'un projet analogue concernant le personnel civil du Maroc, en outre rapporteur des chapitres des budgets de 1912 et 1913 relatifs à l'Ecole centrale des arts et manufactures, il rapporta également deux projets relatifs à diverses dépenses de représentation diplomatique.

Outre ses interventions sur les térébenthines et les chevaux, ont peut noter celles qui portèrent sur la nomination, la mutation ou le statut des agents consulaires et diplomatiques, sur l'organisation de l'administration centrale du Ministère des Affaires étrangères, sur le fonctionnement de la ligne postale du Sud atlantique, sur la défense des nationaux français établis à l'étranger, ou sur la liquidation de la retraite d'un membre du corps consulaire. Il réclama la publication d'un « livre jaune » sur l'accord franco-allemand de 1911, se préoccupa des conditions dans lesquelles les valeurs étrangères étaient admises à la cote officielle de la Bourse de Paris et demanda, en 1911, à interpeller le Gouvernement sur le rappel du Ministre de France à La Havane et sur le règlement des indemnités dues aux Français victimes de la révolution cubaine de 1895. En 1914, il déposa, seul, un ordre du jour à propos des conclusions de la Commission d'enquête sur l'affaire Rochette ; il y blâmait « l'introduction de la politique dans une affaire d'ordre judiciaire », mais il se rallia à un autre ordre du jour, proche du sien par l'esprit, mais favorable au Gouvernement.

Il vota toutes les lois dont il attendait « plus de justice et plus de bien être pour les travailleurs » - loi modifiant la loi sur les retraites ouvrières, loi sur les sociétés de crédit immobilier et de crédit agricole, loi sur la durée du travail dans les mines, loi sur la réduction à dix heures de la journée de travail dans l'industrie, loi sur les jardins ouvriers, loi sur l'assistance aux familles nombreuses, ainsi que les lois propres à améliorer l'outillage économique de la France - celles, par exemple, qui concernaient les services maritimes postaux. Partisan résolu de l'institution de la représentation proportionnelle, il regretta l'ajournement de cette réforme ; la loi militaire de trois ans n'eut pas son approbation, mais, une fois qu'elle fut votée, il recommanda à tous de l'accepter de bon gré.

Au cours de la onzième législature, il proposa, sans succès, la création d'une Commission centrale de contrôle chargée de centraliser les communications des députés sur l'application des lois ou des décrets (1917) et celle d'une Commission de la paix, qui aurait suivi les négociations conduites par les Gouvernements et y aurait associé le Parlement (1919). Il proposa également (1919) que l'Etat s'inscrivît pour un million de francs à la souscription ouverte pour l'érection, à la Pointe-de-Grave, du monument commémorant le débarquement des troupes américaines en 1917.

Les seuls rapports qu'il ait déposés entre 1914 et 1919, portent sur des opérations électorales ou des pétitions, et il n'intervint que rarement en séance publique, notamment à propos de l'hommage solennel rendu au Président Wilson ou sur le fonctionnement des services diplomatiques et consulaires ; il demanda toutefois à interpeller le Gouvernement sur l'organisation des bureaux de contrôle des passeports à l'étranger. Mais il s'acquitta de plusieurs missions à l'étranger : d'avril à juin 1915, il prononça aux Etats-Unis des conférences sur la France et sur l'Allemagne, puis en octobre 1915, il regagna les Etats-Unis à la tête d'une mission de personnalités économiques.

Aux élections générales du 16 novembre 1919, il fut victime de la représentation proportionnelle, qu'il avait appelée de ses vœux et de ses votes : toujours épris d'indépendance, il se présenta aux suffrages des électeurs, isolé comme il l'avait été à la Chambre ; bien qu'il réunit sur son nom 14.421 voix, le scrutin de liste lui fut fatal. Il attendit, pour se présenter à nouveau, que le scrutin uninominal eût été rétabli, et obtint, aux élections générales du 22 avril 1928, dans la 2e circonscription de Mont-de-Marsan, 3.019 voix au premier tour ; il abandonna, mais tenta encore une fois sa chance, dans la même circonscription, aux élections générales du 1er mai 1932. Il ne recueillit cette fois que 1.236 voix. Il renonça alors définitivement à solliciter les suffrages des électeurs.

Il mourut à 80 ans, le 14 novembre 1953, à Guéthary (Basses-Pyrénées). Il était Officier de la Légion d'honneur, Officier de l'Instruction publique, Officier du Nicham-Iftikar.




Né le 25 mars 1873 à Dax (Landes)
Décédé le 14 novembre 1953 à Guethary (Basses-Pyrénées)

Député des Landes de 1910 à 1919

(Voir première partie de la biographie dans le dictionnaire des parlementaires français 1889-1940, tome IV, p. 1223 et 1224)

N'ayant plus exercé d'activité politique, Maurice-Joseph Damour meurt le 14 novembre 1953 à Guethary (Basses-Pyrénées) à l'âge de 80 ans.



Retour haut de page