Joseph, Pierre, Jules Auber

1867 - 1928

Informations générales
  • Né le 29 avril 1867 à Saint-paul-de-la-réunion (La Réunion - France)
  • Décédé le 5 juin 1928 à Paris (Paris - France)

Mandats à l'Assemblée nationale ou à la Chambre des députés

Régime politique
Troisième République - Chambre des députés
Législature
VIIIe législature
Mandat
Du 11 juin 1905 au 31 mai 1906
Département
La Réunion
Groupe
Radical-socialiste

Mandats au Sénat ou à la Chambre des pairs

Sénateur
du 1er janvier 1920 au 1er janvier 1928

Biographies

Biographie extraite du dictionnaire des parlementaires français de 1889 à 1940 (Jean Jolly)

Né à Saint-Paul (Réunion) le 29 avril 1867, mort à Paris le 5 juin 1928.

Député de la Réunion de 1905 à 1906. Sénateur de la Réunion de 1920 à 1928.

Issu d'une famille créole de la vieille île Bourbon, Joseph Auber fit ses études en France. Successivement interne des hôpitaux de Paris, docteur en médecine, pharmacien de 1re classe, il fut nommé directeur du service de santé et d'hygiène de sa ville natale.

Maire en 1904 de la ville de Saint-Denis, conseiller général et président du conseil général, il fut élu le 11 juin 1905 Député de la 1re circonscription de la Réunion, à une élection partielle, en remplacement de M. Louis Brunet, élu Sénateur. Inscrit au groupe radical-socialiste, il demanda au cours de la discussion du budget des Colonies en 1906, la création d'une section de médecine à l'Ecole coloniale, et plaida en faveur du budget local de la Réunion. Il ne se représenta pas aux élections générales de 1906.

Ce n'est qu'en 1920 qu'il reprit une activité politique en se faisant élire Sénateur de la Réunion à une élection partielle, le 18 janvier, en remplacement de M. Félix Crépin, décédé; il fut réélu au renouvellement normal du 9 janvier 1921. Affilié au groupe de la gauche démocratique, principalement attaché aux intérêts coloniaux, il entreprit en 1920 de démontrer l'urgence de donner un statut aux magistrats coloniaux. Il intervenait l'année suivante dans la discussion du projet de loi sur les services maritimes postaux et demandait qu'on laissât aux colonies plus de liberté dans l'emploi de leurs ressources. Il siégeait notamment à la Commission des douanes et des conventions commerciales, au nom de laquelle il déposa un grand nombre de rapports.

Il mourut dans l'exercice de son mandat, le 5 juin 1928 dans son appartement du boulevard Saint-Michel et fut inhumé au cimetière du Père-Lachaise.

M. Paul Doumer, Président du Sénat prononça son éloge funèbre à la séance du 7 juin 1928.

On lui doit divers travaux scientifiques, notamment sur : L'emploi de la cocaïne en chirurgie; Le traitement de la lèpre; L'épidémie de peste en 1900; Bourbon sanatorium, etc.


Retour haut de page