Joseph Delom-Sorbé

1860 - 1921

Informations générales
  • Né le 12 janvier 1860 à Séméacq-blachon (Basses-Pyrénées - France)
  • Décédé le 17 février 1921 à Séméacq-blachon (Pyrénées-Atlantiques - France)

Mandats à l'Assemblée nationale ou à la Chambre des députés

Régime politique
Troisième République - Chambre des députés
Législature
XIe législature
Mandat
Du 26 avril 1914 au 7 décembre 1919
Département
Basses-Pyrénées
Groupe
Républicains de gauche
Régime politique
Troisième République - Chambre des députés
Législature
XIIe législature
Mandat
Du 16 novembre 1919 au 17 février 1921
Département
Basses-Pyrénées
Groupe
Gauche républicaine démocratique

Biographies

Biographie extraite du dictionnaire des parlementaires français de 1889 à 1940 (Jean Jolly)

Né le 12 janvier 1860 à Séméacq (Basses-Pyrénées), mort le 17 février 1921 à Séméacq.

Député des Basses-Pyrénées de 1914 à 1921.

Fils d'un médecin, Joseph Delom-Sorbé était descendant de Jean Delom-Sorbé, avocat, qui fut élu le 16 mai 1789 député aux Etats généraux du Béarn par le district de Corbières.

Entré au lycée de Pau en 1871, il y fit de brillantes études et obtint de nombreux prix. Après avoir passé la licence de droit, il entreprit des études de médecine et fit une brillante carrière de médecin militaire, la terminant comme médecin-major de première classe et médecin-chef de l'hôpital militaire de Pau.

Il se présente aux élections générales législatives du 26 avril 1914 dans la deuxième circonscription des Basses-Pyrénées, comme membre du groupe de la gauche républicaine et il est élu au premier tour de scrutin, en remplacement de M. de Gontaut-Biron, par 9.508 voix contre 3.180 à M. Boué, sur 13.174 votants. Mais, la guerre étant survenue, il reprend alors l'uniforme comme médecin principal aux armées et prodigue ses soins attentifs aux blessés. Réélu aux élections générales du 16 novembre 1919 sur la liste de concentration républicaine, par 26.946 voix sur 51.963 votants, il s'intéresse surtout aux questions agricoles et aux œuvres de prévoyance, déclarant dans sa profession de foi « vouloir se faire le champion des justes revendications de nos agriculteurs, être favorable aux mutualités ainsi qu'aux œuvres de charité et de prévoyance et être partisan de la suppression de tous les impôts qui grèvent injustement le petit agriculteur pour les remplacer par un impôt progressif sur le revenu ».

Il fit partie des Commissions des boissons, d'assurance et de prévoyance sociale, d'hygiène publique. Il déposa plusieurs propositions de loi tendant à ouvrir au Ministre de l'Intérieur des crédits pour venir en aide aux agriculteurs de son arrondissement victimes de la grêle, présenta un avis, au nom de la Commission de l'hygiène publique, sur le projet de loi relatif à l'examen des ajournés des classes 1913, 1914, 1915, 1916, 1917 et des exemptés des classes 1915, 1916, 1917, un rapport d'élections et un rapport sur des pétitions.

Il mourut en cours de mandat, le 17 février 1921, dans son pays natal de Séméacq (Basses-Pyrénées). A la séance du même jour, le Président Raoul Peret prononça son éloge funèbre en ces termes : « ... Il laisse parmi nous le souvenir d'un homme bienveillant, d'une parfaite courtoisie, et la médecine perd un praticien distingué, qui, durant la guerre, prodigua ses soins attentifs à nos glorieux blessés. » Il n'avait que 61 ans.

Joseph Delom-Sorbé était Chevalier de la Légion d'honneur.


Retour haut de page