Jacques Doriot

1898 - 1945

Informations générales
  • Né le 26 septembre 1898 à Bresles (Oise - France)
  • Décédé le 23 février 1945 à Mengen (Allemagne)

Mandats à l'Assemblée nationale ou à la Chambre des députés

Régime politique
Troisième République - Chambre des députés
Législature
XIIIe législature
Mandat
Du 11 mai 1924 au 31 mai 1928
Département
Seine
Groupe
Communiste
Régime politique
Troisième République - Chambre des députés
Législature
XIVe législature
Mandat
Du 22 avril 1928 au 31 mai 1932
Département
Seine
Groupe
Communiste
Régime politique
Troisième République - Chambre des députés
Législature
XVe législature
Mandat
Du 1er mai 1932 au 31 mai 1936
Département
Seine
Groupe
Communiste
Régime politique
Troisième République - Chambre des députés
Législature
XVIe législature
Mandat
Du 3 mai 1936 au 29 juin 1937
Département
Seine
Groupe
Non inscrit

Fonds d'archives

Le fonds Jacques Doriot, qui représente 1 mètre linéaire, est conservé aux Archives de la préfecture de police de Paris sous la cote Z1. Entré par saisie judiciaire, en 1944 probablement, ce fonds est décrit dans un répertoire numérique détaillé. Couvrant la période 1917-1944, il est constitué de correspondance familiale et d’objets personnels en relation avec sa carrière politique et militaire. Ces documents sont librement communicables. De plus amples renseignements sont disponibles sur le site Internet des Archives de la préfecture de police de Paris.

Biographies

Né le 26 septembre 1898, à Bresles (Oise), mort le 23 février 1945 à Menningen (Pays-de-Bade, Allemagne).

Député de la Seine de 1924 à 1937.

Jacques Doriot est né à Bresles, petit bourg mi-agricole, mi-industriel, de l'Oise, le 26 septembre 1898.

Son père, issu d'une famille d'origine italienne, était ouvrier forgeron dans une usine de réparations de machines agricoles. Il était membre de la Ligue des Droits de l'Homme.

Son certificat d'études obtenu, Jacques Doriot entre à l'école professionnelle de Creil, en 1911. A dix-sept ans, il quitte l'Oise et va vivre en garni à Saint-Denis.

En 1915, il se place en qualité de « petite main ajusteur » aux Forges et ateliers de la Fournaise, devient ajusteur-monteur aux usines de moteurs Aster, chez Sohier à La Courneuve, a la fabrique d'imprimerie Lambert, dans la « plaine ». Son salaire monte de 75 centimes à 3 francs de l'heure. C'est chez Aster qu'il rencontre Marcel Marschall qui sera son adjoint à la mairie de Saint-Denis.

Doriot, trop jeune pour être mobilisé, ouvrier privilégié, commence dès cette époque à s'intéresser au syndicalisme. Il adhère au syndicat des métaux, à la jeunesse socialiste et au Parti socialiste.

En avril 1917, il est mobilisé et rejoint le 128e d'infanterie à Landerneau. Il est au front en septembre avec le 264°. Son régiment est presque anéanti, au Chemin des Dames.

Il combat ensuite sur le front de Lorraine, où il est cité et décoré de la Croix de guerre pour avoir ramené sur son dos un camarade blessé.

L'armistice ouvre pour lui une ère de voyages. Il est envoyé en Orient avec son régiment, puis en Hongrie, dans un régiment de coloniale. Il assiste à la révolution de Bela Kun à Budapest, suivie de la contre-révolution de l'amiral Horthy.

Doriot se retrouve à Fiume dans un bataillon de chasseurs au moment du coup de force de d'Annunzio, dont les « arditi » le firent quelque temps prisonnier. Peu de temps après, il est en Albanie, à Scutari.

Il revient en France en 1920 et il est démobilisé.

Il se remet au travail à son ancienne usine de la Fournaise, puis à la S.O.M.U.A.

Au moment du congrès de Tours, il se montre d'abord hostile à la scission et soutient une « motion de Saint-Denis », favorable à l'union.

C'est au retour d'un congrès tenu en Allemagne qu'il se déclare partisan des thèses soutenues par la IIIe Internationale. Les postes de délégué à la propagande, de secrétaire par intérim et enfin de délégué au troisième congrès de l'Internationale communiste lui sont confiés au printemps 1921 par les jeunesses socialistes.

Doriot restera quatorze mois à Moscou (sauf deux brefs séjours en France). Il est reçu par Lénine. Il travaille à la « Communion des pays latins » dont Trostki est le président. Drieu la Rochelle dans sa brochure « Doriot ou la vie d'un ouvrier français », parue après la fondation du P.P.F. en 1936, assure même qu'il en devint le « familier ». Après la rupture de 1934, Doriot fut souvent accusé de trotskisme par ses anciens camarades de parti.

Doriot revient en France à la fin de 1922, assiste au congrès du Parti à Paris, repart pour l'Allemagne où il passe six mois.

Au printemps de 1923, au congrès de Villeurbanne, il est nommé secrétaire général des jeunesses communistes, dont il portera les effectifs de 3.000 à 15.000 membres. Il est arrêté en décembre 1923 et doit purger une condamnation encourue en 1921 pour un article publié dans Le Conscrit, où il attaquait violemment la politique « allemande » de Raymond Poincaré.

Aux élections générales du 11 mai 1924, il est imposé par ses amis comme second, derrière Vaillant-Couturier, de la liste communiste de la quatrième circonscription de la Seine. Doriot obtient 106.130 voix, 107.948 voix allant à Vaillant-Couturier. La liste communiste avait 9 élus. Le cartel d'union républicaine 5 (avec 101.886 voix à la tête de liste) et le cartel des gauches, mené par Pierre Laval, 5 élus également. Il n'a pas encore 26 ans, c'est le plus jeune député français, et, parmi les 26 députés communistes, un leader en puissance. Dès cette époque, sa personnalité se dessine. Enfant chéri et enfant terrible de l'Internationale, communiste d'un modèle à part, tribun et agitateur plus qu'organisateur ou tacticien, il va être l'homme des actes téméraires et provocants, d'abord contre les gouvernements « bourgeois » qui le feront emprisonner à maintes reprises puis, jusqu'à l'indiscipline et l'exclusion, contre son propre parti.

Doriot entre à la Commission des affaires étrangères.

Son premier discours est consacré à la jeunesse. Mais c'est la guerre du Maroc, le 27 mai 1925, qui va le mettre en vedette. Montant à la tribune, il affirme que les autorités militaires françaises ont armé clandestinement les indigènes du Rif contre l'Espagne, et qu'un groupe financier français aurait obtenu que le sous-sol du Rif lui soit concédé.

Le scandale et le tumulte sont considérables. Tout en se défendant d'avoir adressé un télégramme de félicitations à Abd el-Krim, il déclare : « Mon parti est pour l'évacuation militaire du Maroc ; mon parti est pour la formule le Maroc aux Marocains », et se vante « d'être soldat d'honneur de l'armée rouge ». « C'est par milliers que les soldats français et indigènes tombent par la folie des généraux » et d'inviter les soldats français à fraterniser avec les Rifains. « Ces paroles criminelles sont au-dessous du mépris de la Chambre »répond M. Painlevé, président du Conseil. Et le président de la Chambre, Edouard Herriot : « Ce n'est pas être international que de se montrer toujours anti-français ».

La censure est prononcée contre Doriot à la presque unanimité, les socialistes l'ayant votée. On remarque cependant que dans la suite du débat Doriot et Aristide Briand, Ministre des Affaires étrangères, qui avait commencé sa carrière à l'extrême gauche, dialoguèrent avec une certaine courtoisie. Briand aurait dit : « C'est un homme de gouvernement. Plus tard, il comprendra. » En décembre 1925, six mois après son discours sur l'affaire marocaine, Doriot s'oppose au cours d'une réunion orageuse du Bureau politique au trio Treint-Suzanne Giraud-Pierre Semard qui dirige le Parti communiste. Deux tendances s'opposent, celle de la lutte « classe contre classe » que défend la majorité, celle de l'union avec les socialistes à la base que défendent Doriot et quelques-uns de ses amis.

Doriot est envoyé aussitôt après à Moscou. Il comparaît devant Staline, qui le charge d'une mission en Chine. Il y arrive au moment de la rupture entre Tchang Kaï-Chek et ses allies communistes.

Il rentre en France à la fin de l'année 1926. Raymond Poincaré, après l'échec des cartellistes, est revenu au pouvoir. Doriot, plus que jamais orateur de choc du Parti communiste, critique violemment sa politique. Au Congrès réuni à Versailles le 10 août 1926, pour la création de la Caisse d'amortissement, il s'exprime en termes extrêmement violents. Parlant du Sénat, il déclare : « La suppression de cette assemblée particulièrement rétrograde s'impose ». « La véritable représentation des masses laborieuses ne peut pas se faire dans des assemblées telles que les vôtres dans des assemblées bourgeoises ; elle ne peut se réaliser pleinement que dans les conseils d'ouvriers, de paysans, de soldats et de marins. » Le procès-verbal de la séance note ensuite : « M. Doriot prononce, pour faire appel à la violence, des paroles qui ne figureront pas aux comptes rendus officiels. » Les communistes crient : « Vive la Commune », « Vivent les Soviets » et chantent la « Carmagnole ». La censure avec exclusion temporaire est prononcée contre lui. M. de Selves, président de l'Assemblée, le fait sortir sous l'escorte de quatre soldats en armes et du commandant militaire du Palais du Luxembourg.

A la fin de la législature 1924-1928, Doriot se trouve réduit au silence : condamné d'appel en appel pour délits politiques, il a la prison de la Santé pour domicile.

Comme en 1924, c'est un absent, un prisonnier qui est élu député de Saint-Denis aux élections générales des 22 et 29 avril 1928 (au deuxième tour, par 11.036 voix contre 9.122 à Barthélemy, sur 24.339 inscrits. Au premier tour, Doriot avait obtenu 9.745 voix contre 6.239 à son adversaire).

En 1929 il a de nouveau de graves difficultés avec son parti, qui persiste à adopter la tactique « classe contre classe ».

On peut penser également que la rivalité personnelle qui l'opposait à Maurice Thorez, dont l'étoile montait et qui sera secrétaire général dès 1930, est pour beaucoup dans son attitude. (« Doriot a essayé de faire pression sur le Comité central en refusant d'entrer au nouveau bureau politique, mais il battit en retraite, ses interventions n'ayant pas eu le succès qu'il escomptait » lettre de Maurice Thorez à Jules Humbert Droz, secrétaire de l'Internationale communiste, in L'œil de Moscou à Paris, Julliard, 1964.)

Un long article de Maurice Thorez dans les Cahiers du bolchevisme de janvier 1929 « La situation internationale et le danger de droite dans l'Internationale communiste » accuse Doriot de se rapprocher de la social-démocratie et de minimiser le danger trotskiste.

Doriot ne sera pas exclu. Au IVe Congrès du parti, à Saint-Denis, en avril 1929, il fait l'auto-critique demandée et accepte de soutenir les thèses orthodoxes : front unique à la base, Parti socialiste « ennemi principal ». Pierre Semard prit acte de ses regrets, tout en remarquant que la façon dont ils avaient été exprimés prouvait un certain dédain du parti et de l'Internationale communiste.

Mais peu de temps après, Doriot conquiert la base politique qui lui permettra d'affronter les risques d'une exclusion à laquelle il est sans doute résigné dès cette époque.

Aux élections municipales du 15 mars 1930, il est en effet le candidat du Parti communiste à Saint-Denis. Il est élu au deuxième tour de scrutin avec Barbé qui dirige le P.C.F. et sera éliminé comme « fractionniste » et « policier » en 1931. Cette même année il devient maire. C'est une nouvelle période de sa vie qui commence.

Il se consacre de plus en plus à la vie municipale et renonçant à la lutte ouverte, il prépare dans une demi-retraite le virage vertigineux amorcé depuis quelque temps.

Doriot est réélu député de Saint-Denis le 1er mai 1932 sur un programme qui reste dans la stricte orthodoxie communiste et dont les têtes de chapitres sont : I. Contre la misère - II. Contre la guerre - III. Contre la réaction - IV. Pour un front unique de classe (c'est-à-dire pour l'unité à la base avec les ouvriers socialistes contre leurs dirigeants).

Il est élu au premier tour de scrutin avec 11.967 voix contre 7.946 à son adversaire Barthélemy sur 22.367 votants.

A la Chambre, il se conforme à la discipline de son groupe. Intervenant souvent dans les débats, il interpelle le Gouvernement sur la politique générale, plaide pour les salariés, les victimes de la crise, les grévistes, dépose des propositions de loi en faveur des catégories sociales les plus défavorisées.

Le 12 janvier 1934, à l'approche du 6 février, il est encore le porte-parole de son parti : « devant ces scandales répétés, nous, communistes, nous appelons la classe ouvrière à la lutte pour le pouvoir. C'est elle qui donnera le coup de balai libérateur. »

Mais le 6 février va précipiter la rupture. Le 12 février se constitue à Saint-Denis, au cours de la grève générale, un comité provisoire de 14 membres (2 socialistes, 2 C.G.T., 2 C.G.T.U., 8 communistes), c'est-à-dire, un comité d'unité d'action et non de front unique. Or, le Parti socialiste représente toujours pour le Comité central du P.C. le danger principal.

Doriot est donc entré sans équivoque dans une phase oppositionnelle, il a brisé la discipline du parti.

Son succès écrasant aux élections municipales- du 6 mai 1934 (11.949 voix sur 12.147 suffrages exprimés) ne retarde pas l'échéance. Le 27 juin 1934, c'est l'exclusion, précédée par le refus du soutien de l'Internationale communiste.

« Doriot a fait la démonstration qu'il est devenu un élément étranger à la classe ouvrière et au Parti communiste. Il rejoint le contre-révolutionnaire Trotski. Il roule à l'abîme. »

Le Comité central ayant épuisé tous les moyens de sauver Doriot... « exclut Doriot des rangs du Parti communiste. » En même temps, le Comité central, empruntant à Doriot sa politique unitaire, faisait du fascisme le danger numéro un.

Doriot dès ce moment va attaquer le Parti communiste avec la rancœur de l'exclu. Le 20 février 1936 à la Chambre, parlant au nom du groupe de l'Unité ouvrière dont il est le seul représentant, il dénonce en Maurice Thorez, au cours de la discussion du traité entre la France et l'U.R.S.S., le maître des agitateurs du Parti communiste, et attaque le « machiavélisme des Soviétiques ». Dans son journal l'Emancipation, il écrit : « Le Parti communiste est devenu une société de propagande en faveur d'un régime nationaliste étranger » (14 avril 1936).

Le 3 mai 1936, il n'est réélu que de justesse dans la circonscription de Saint-Denis (11.585 voix au deuxième tour contre 10.887 à Fernand Grenier, sur 25.611 suffrages exprimés). Au premier tour, le 26 avril, Doriot avait obtenu 10.880 voix contre 8.899 voix à son adversaire communiste.

En juin 1936, Doriot fonde le Parti populaire français (P.P.F.).

Bien que ses dirigeants (derrière Doriot, Paul Marion, Barbé, Arrighi) insistent toujours sur la dominante prolétarienne de ses effectifs et leur propre passé communiste, c'est un parti-de type fasciste, c'est-à-dire qu'il est fondé non sur une doctrine mais sur le culte du « chef » (ses partisans de plus en plus n'appelleront plus Doriot que « le chef »). Le slogan du P.P.F. - comme celui de R.E.X., mouvement belge de Léon Degrelle, à qui Doriot s'apparente par plus d'un trait - est : « P.P.F. vaincra ».

Le serment du Parti porte « Au nom du peuple et de la patrie, je jure fidélité et dévouement au Parti populaire français, à son idéal, à son chef - je jure de consacrer toutes mes forces à la lutte contre le communisme et l'égoïsme social ».

Plus que par la doctrine en effet, qui se réclame à la fois de Jeanne d'Arc et des communards et forme une résurgence, contaminée par les expériences mussolinienne et hitlérienne, du « barrésisme », qui rêvait d'unir le social et le national, et déclarait complices les capitalistes et les socialistes, 1 influence du P.P.F. s'explique par la personnalité de son chef. Doriot exerce une étrange fascination sur beaucoup d'intellectuels : Drieu la Rochelle, Alfred Fabre-Luce, Bertand de Jouvenel, et quelques autres qui aiment mieux ne pas s'en souvenir : « Doriot est grand et fort. Tout en lui respire la santé et la plénitude : ses cheveux drus, ses épaules puissantes, son ventre large. » (Drieu la Rochelle, la Vie de Doriot, ou la Vie d'un ouvrier français.)

De Drieu la Rochelle encore, cet éloge qui pourrait s'appliquer à un tribun plus récent : « Doriot a parlé pendant trois heures d'horloge. Il a bien mouillé sa chemise... Doriot est grand, gros et fort ; il sue beaucoup. »

A la Chambre, il attaque avec violence ses anciens camarades de parti. Le 23 mars 1937, treize ans après y être entré, il y parle pour la dernière fois, et réclame une Commission d'enquête pour vérifier l'origine des fonds des partis politiques. « Le Parti communiste a une quarantaine d'hebdomadaires. Aucun ne vit de ses propres moyens. D'où vient l'argent ? »

Mais le 25 mai 1937, Marx Dormoy, ministre de l'Intérieur du Gouvernement du Front populaire, révoque Doriot de ses fonctions de maire de Saint-Denis « pour raisons administratives ».

Doriot relève le défi. Il donne sa démission de conseiller municipal et demande à la population de Saint-Denis un nouveau plébiscite.

Cette fois, il n'obtient que 6.547 voix contre 10.552 à Fernand Grenier, communiste.

Il abandonne aussitôt son mandat de député (le 29 juin 1937). « J'estime que lorsqu'un homme ne représente plus la majorité politique de sa circonscription, il doit l'abandonner. » (La Liberté, 23 juin 1937).

C'est la fin. Il faudra attendre l'occupation nazie pour retrouver Doriot au premier plan.

Dans les mois qui suivent, le P.P.F. en nette perte de vitesse perd goutte à goutte ses adhérents (il en aurait compté aux plus beaux jours près de 100.000). Ses partisans les plus prestigieux (Drieu la Rochelle, Ramon Fernandez, etc...) se détournent.

Au cours des deux années qui précèdent la seconde guerre mondiale, Doriot fait campagne contre le soutien aux républicains espagnols, approuve les accords de Munich, contre le sentiment de certains de ses partisans.

En août 1939, Doriot est mobilisé et laisse à Henri Barbé, puis à Victor Barthélemy la direction du Parti. Le P.P.F. ne réapparaît qu'en juin 1940. Doript, dont l'organe est le Cri du Peuple figure avec Bucard, Darnand, Déat, Deloncle - chacun d'eux se détestant et se jalousant - parmi les têtes de la collaboration parisienne. Tout en épargnant Pétain - « Je suis un homme du Maréchal » est le titre d'une brochure qu'il publie en 1940 - il ne cesse d'attaquer la politique de Vichy jugée « réactionnaire » et trop réticente à l'égard de la collaboration.

Lors de l'entrée en guerre de l'Allemagne contre l'U.R.S.S., Doriot lance l'idée d'une Légion de Volontaires français contre le bolchevisme, qui est créée-le 8 juillet 1941. Lui-même, le 25 juillet, s'engage dans la L.V.F., participe en 1942 au dernier assaut des troupes allemandes contre Moscou.

Pour augmenter le recrutement de la L.V.F., il revient en 1942 et fait une tournée de conférences dans toute la France. Il repart pour le « front de l'Est » en 1943. Il en revient en août de la même année pour assister au défilé des gardes françaises (milices du P.P.F.). Il repart aussitôt sur le front russe pour en revenir définitivement au début de l'année 1944.

Après le débarquement allié, il part avec ses principaux militants pour la Lorraine, d'où il gagne l'Allemagne.

L'ancien interlocuteur de Lénine, de Trotski, de Staline, rencontre Hitler en décembre 1944. « Doriot, lui dit Hitler, je vous sais soldat courageux ; vous êtes aussi, je pense un homme politique véritablement révolutionnaire ; je veux croire en votre réussite. » Et il le charge de former un gouvernement de collaboration franco-allemande, qui prend, le 6 janvier 1945, le nom de « Comité de libération française ». C'est donc seulement à l'extrême fin de sa vie, et sous ces espèces dérisoires, que Doriot aura conquis le pouvoir.

Car il est tué, à 47 ans, le 23 février 1945, par les balles d'un avion anglais (ou allemand, selon le P.P.F. Ivan-Sicard), en se rendant à Mengen, près de Sigmaringen, pour y rencontrer Déat.

Jean-Hérold Paquis, qui devait être condamné à mort et exécuté à l'automne suivant, a évoqué le climat d'extraordinaire accablement de son enterrement.

« Un clairon des gardes françaises pleure le salut aux Morts, la foule défile devant la tombe ouverte, où le drapeau tricolore mettait de la lumière. Darnand et Luchaire s'éloignent ensemble. On ne lisait rien dans leurs yeux impassibles. De Brinon, Déat, étaient visiblement émus. Marion était passé, pleurant.

«... En quittant le cimetière de Mengen, je savais que l'aventure était finie, qu'avec la mort de Doriot, le parti était mort, et je pouvais croire à ce signe mystérieux de la Providence.»




Né le 26 septembre 1898 à Bresles (Oise)
Décédé le 23 février 1945 à Mengen (Allemagne)

Député de la Seine de 1924 à 1937

(Voir première partie de la biographie dans le dictionnaire des parlementaires français 1889-1940, tome IV, p. 1464 à 1467)

Jacques Doriot meurt le 23 février 1945 à Mengen (Allemagne).



Retour haut de page