Gustave Dutailly

1847 - 1906

Informations générales
  • Né le 2 août 1847 à Meuvy (Haute-Marne - France)
  • Décédé le 4 février 1906 à Paris (Paris - France)

Mandats à l'Assemblée nationale ou à la Chambre des députés

Régime politique
Troisième République - Chambre des députés
Législature
IIIe législature
Mandat
Du 4 septembre 1881 au 14 octobre 1885
Département
Haute-Marne
Groupe
Extrême-gauche
Régime politique
Troisième République - Chambre des députés
Législature
IVe législature
Mandat
Du 4 octobre 1885 au 14 octobre 1889
Département
Haute-Marne
Groupe
Gauche
Régime politique
Troisième République - Chambre des députés
Législature
VIIe législature
Mandat
Du 8 mai 1898 au 31 mai 1902
Département
Haute-Marne
Groupe
Gauche démocratique

Biographies

Député de 1881 à 1889, né à Meuvy (Haute-Marne) le 2 août 1846, il fit de brillantes études scientifiques, qu'il poussa jusqu'au doctorat, et entra dans l'enseignement supérieur.

En 1879, il fut chargé du cours de botanique à la Faculté des sciences de Lyon. Titulaire de la même chaire en 1880, directeur du jardin botanique et des serres de Lyon, il manifesta en politique des opinions avancées qui le désignèrent, lors des élections législatives de 1881, aux suffrages des radicaux de l'arrondissement de Chaumont.

M. Dutailly fut élu député de cette circonscription au second tour de scrutin, le 4 septembre, par 10,008 voix (20,107 votants et 24,474 inscrits), contre 9,673 voix à M. de Beurges, conservateur, ancien représentant. Il s'inscrivit à l'extrême-gauche de la Chambre et vota presque toujours avec ce groupe contre la politique opportuniste que représentèrent au pouvoir les ministères Ferry et Gambetta. Il se déclara notamment : contre les crédits demandés pour l'expédition du Tonkin, pour la revision intégrale de la constitution, etc.

Porté, le 4 octobre 1885, sur la liste républicaine unique de la Haute-Marne, dite liste « de concentration », il fut élu par ce département, le 3e sur 4, avec 32,915 voix (63,737 votants et 75,013 inscrits). Lors de la formation du bureau de la Chambre nouvelle, 378 voix sur 475 votants appelèrent M. Dutailly à y prendre place comme secrétaire. Il remplit les mêmes fonctions dans le conseil général de la Haute-Marne, où il représentait le canton de Clermont. M. Dutailly continua dans la législature 1885-89 à voter avec les républicains radicaux :

- contre les cabinets Rouvier et Tirard,
- pour la révision,
- pour le ministère Floquet,

et en dernier lieu :

- contre le rétablissement du scrutin d'arrondissement (11 février 1889),
- pour l'ajournement indéfini de la révision de la constitution,
- pour les poursuites contre trois députés membres de la Ligue des patriotes,
- pour le projet de loi Lisbonne, restrictif de la liberté de la presse,
- pour les poursuites contre le général Boulanger.

On cite de lui divers Mémoires sur des questions de botanique et un ouvrage estimé intitulé : De quelques phénomènes déterminés par l'apparition tardive d'éléments nouveaux dans les tiges et les racines des dicotylédones (1880).


Né le 2 août 1847 à Meuvy (Haute-Marne), mort le 4 février 1906 à Paris (7e).

Député de la Haute-Marne de 1881 à 1889 et de 1898 à 1902. (Voir première partie de la biographie dans ROBERT ET COUGNY, Dictionnaire des Parlementaires, t. II, p. 535).

Les élections générales législatives du 22 septembre 1889 se soldèrent par un échec pour Gustave Dutailly : il fut en effet battu dès le premier tour de scrutin dans la circonscription de Chaumont par Bourlon de Rouvre qui fut élu avec 10.107 voix sur 18.987 votants, alors qu'il n'en obtenait lui-même que 8.295. Il en fut de même en 1893 : au premier tour de scrutin cependant, le 20 août, il était arrivé à égalité avec son rival puisqu'ils avaient totalisé l'un et l'autre 6.043 voix sur 18.634 votants, deux autres candidats se partageant les 6.000 voix restantes ; au second tour, le 3 septembre, Bourlon de Rouvre l'emportait, de peu il est vrai, avec 9.922 voix contre 9.358 à Dutailly, sur 19.470 votants. Quatre ans plus tard, il prenait sa revanche, dès le premier tour de scrutin, le 8 mai 1898 en totalisant 9.983 voix sur 19.664 votants, contre 9.402 à Bourlon de Rouvre qui, par contre, allait l'emporter de justesse en 1902. En tête au premier tour de scrutin, le 27 avril 1902, avec 9.838 voix contre 9.557 à Dutailly sur 20.063 votants, Bourlon de Rouvre allait, au second tour, le 11 mai, passer avec 24 voix de plus seulement que Dutailly qui totalisait 10.138 voix sur 20.459 votants alors que lui-même en comptait 10.162.

Dans la septième législature, l'œuvre parlementaire de Dutailly fut aussi discrète qu'elle l'avait été durant les troisième et quatrième législatures. Inscrit au groupe de la gauche démocratique, il appartint à diverses Commissions spéciales, dont celle des colonies (1898) ; il rédigea en 1900 et 1902 un certain nombre de rapports sur des pétitions. Cet ancien professeur à la Faculté des sciences de Lyon mourut à Paris (7e) le 4 février 1906, à l'âge de 60 ans.

Outre les ouvrages déjà cités dans le Dictionnaire des Parlementaires de ROBERT ET COUGNY, on lui doit quelques autres brochures : Du style géniculé chez certains Geum (1900) ; Nouvelles recherches sur les Geum et leurs hybrides (1904) ; Les glandes et la fécondité des Haloragées et des Cératophyllées (1905).


Retour haut de page