Arabi El Goni

1920 - 1973

Informations générales
  • Né le 1er janvier 1920 à Abeché (Tchad)
  • Décédé le 22 octobre 1973 à N'djamena (Tchad)

Mandats à l'Assemblée nationale ou à la Chambre des députés

Régime politique
Quatrième République - Assemblée nationale
Législature
IIIe législature
Mandat
Du 2 janvier 1956 au 8 décembre 1958
Département
Tchad
Groupe
Républicains sociaux
Régime politique
Cinquième République - Assemblée nationale
Législature
Ire législature
Mandat
Du 9 décembre 1958 au 15 juillet 1959
Département
Tchad

Biographies

Biographie extraite du dictionnaire des parlementaires français de 1940 à 1958 (La documentation française)


Né en octobre 1920 à Abéché (Tchad)

Décédé le 22 octobre 1973 à N'Djamena (Tchad)

Député du Tchad de 1956 à 1958

Arabi El goni est né en octobre 1920 à Abéché (Département du Gauddaï, Tchad), fils de Faki Goni et de Madine. D'abord interprète auxiliaire, il sera ensuite commis des services administratifs et financiers.

Il se dirige vers l'action proprement politique au lendemain de la Seconde guerre mondiale. Elu en 1946 conseiller général du Tchad, plus tard membre du Grand Conseil de l'Afrique équatoriale française et de l'Assemblée territoriale du Tchad, Arabi El Goni se consacre dès lors surtout à la défense des intérêts de la zone musulmane, et tout particulièrement des éleveurs.

A la suite de la chute du Gouvernement Edgar Faure (29 novembre 1955), l'Assemblée nationale est dissoute (2 décembre) et des élections législatives anticipées doivent être organisées (2 janvier 1956). Arabi El Goni conduit la liste d'Action sociale tchadienne devant le collège des citoyens de statut personnel du Tchad. Son programme, inspiré des idées du Général de Gaulle, vise au développement harmonieux du Tchad au sein de l'Union française. Il déclare notamment : « Nous voulons (...) qu'on en finisse avec le passé, et qu'une véritable union puisse s'établir au Tchad entre tous les éléments de la population, qu'ils soient fonctionnaires, militaires, chefs coutumiers, commerçants, employés, travailleurs dans l'entreprise, paysans, éleveurs etc... ».

Avec 105 258 voix sur 294 654 suffrages exprimés pour 551 545 inscrits, la liste d'Action sociale tchadienne se place en seconde position derrière la liste d'Union tchadienne conduite par Gabriel Lisette, et emporte l'un des deux sièges à pourvoir, pris à la liste du Bloc tchadien de Bechir Sow Mohammed. Inscrit au groupe des Républicains sociaux, le nouveau député du Tchad est nommé membre de la commission des pensions, mais il n'intervient jamais dans les débats et ne dépose aucun texte. Favorable au plan de développement de l'énergie atomique (2 juillet 1957), il se prononce contre la ratification des traités instituant la CEE et l'Euratom (9 juillet) et s'abstient volontairement lors des scrutins des 28 et 31 janvier 1958 sur les institutions de l'Algérie. Opposé au projet de loi déclarant l'état d'urgence sur le territoire métropolitain (16 mai 1958), il vote contre la résolution tendant à décider la révision de certains articles de la Constitution (27 mai) et ne prend pas part au scrutin du 1" juin sur la confiance, sur le programme et sur la politique du Général de Gaulle Le lendemain, Arabi El Goni vote pour les pleins pouvoirs et pour la révision constitutionnelle.

Marié et père de sept enfants, Arabi El Goni était chevalier de la Légion d'honneur ainsi que de l'Etoile noire du Bénin.



Retour haut de page