Jules Forni

1838 - 1901

Informations générales
  • Né le 17 septembre 1838 à Lyon (Rhône-et-Loire - France)
  • Décédé le 11 avril 1901 à Paris (Paris - France)

Mandats à l'Assemblée nationale ou à la Chambre des députés

Régime politique
Troisième République - Chambre des députés
Législature
VIe législature
Mandat
Du 24 janvier 1897 au 31 mai 1898
Département
Savoie
Groupe
Républicains
Régime politique
Troisième République - Chambre des députés
Législature
VIIe législature
Mandat
Du 8 mai 1898 au 11 avril 1901
Département
Savoie
Groupe
Républicain

Biographies

Biographie extraite du dictionnaire des parlementaires français de 1889 à 1940 (Jean Jolly)

Né le 17 septembre 1838 à Lyon (Rhône), mort le 11 avril 1901 à Paris.

Député de la Savoie de 1897 à 1901.

Issu d'une famille originaire de Beaufort (Savoie), Jules Forni naquit à Lyon le 17 septembre 1838. Il fit ses études de droit à Paris, s'inscrivit au barreau de cette ville, prit part à l'action de l'opposition républicaine contre le Second Empire et fut membre du comité démocratique antiplébiscitaire en 1870. Durant la guerre de 1870-1871, il servit comme simple soldat et participa aux combats du Raincy, du Bourget, de Drancy et de Bobigny. Il devint ensuite avocat du ministère des travaux publics, conseil judiciaire du ministère du commerce, membre du comité consultatif de l'administration de l'assistance publique et président de la société philanthropique savoisienne de Paris.

A la suite du décès de M. Berthet, il fut élu député de la circonscription d'Albertville (Savoie) à l'élection partielle du 24 janvier 1897, par 3.630 voix contre 3.375 à M. Dénarié sur 7.091 votants et 9.250 inscrits. Réélu aux élections générales du 8 mai 1898 par 4.130 voix contre 3.638 à M. Dénarié sur 7.833 votants et 9.433 inscrits, il fut membre des commissions de l'agriculture et de la législation criminelle et de la commission chargée d'examiner le projet de loi relatif au rétablissement du scrutin de liste. Il établit en 1898 le rapport sur la proposition de loi de Jules Guesde qui demandait la suppression de l'interdiction des candidatures multiples et conclut en faveur du maintien de cette interdiction. Lors du vote du budget de 1898, il demanda le renforcement de la garnison d'Albertville afin de compenser la suppression de la maison centrale et un dégrèvement, qu'il obtint, de l'impôt sur la propriété non bâtie. Il fut rapporteur, en 1899, du projet concernant les limites de la zone franche en Savoie et, en 1900, de la proposition de M. Vizier tendant à créer des caisses d'assurance mutuelle agricole.

Il mourut à Paris le 11 avril 1901. Il était âgé de 63 ans.

Auteur d'une Histoire de la réunion de la Savoie à la France en 1792.


Retour haut de page