Edouard Fuchs

1896 - 1992

Informations générales
  • Né le 11 février 1896 à Mulhouse (Haut-Rhin - France)
  • Décédé le 2 janvier 1992 à Riedisheim (Haut-Rhin - France)

Mandats à l'Assemblée nationale ou à la Chambre des députés

Régime politique
Troisième République - Chambre des députés
Législature
XVIe législature
Mandat
Du 3 mai 1936 au 31 mai 1942 *
Département
Haut-Rhin
Groupe
Indépendants d'action populaire

* : Un décret de juillet 1939 a prorogé jusqu'au 31 mai 1942 le mandat des députés élus en mai 1936

Biographies

Né le 11 janvier 1896 à Mulhouse (Haut-Rhin).

Député du Haut-Rhin de 1936 à 1942.

Né à Mulhouse, en Alsace annexée, Edouard Fuchs était le cinquième enfant d'une famille ouvrière. Il fréquenta d'abord l'Ecole des Frères de Mulhouse avant de se familiariser, aux cours du soir, avec la comptabilité, la correspondance et les langues, tout en étant apprenti dans une usine de textile puis employé de bureau dans une banque.

Le 21 septembre 1914, il est mobilisé par les autorités militaires allemandes, fait son service en Allemagne, puis campagne en Roumanie ; c'est alors qu'il saisit, le 1er septembre 1917, l'occasion de déserter sur le front roumain. Il achèvera l'année 1917 et passera le début de l'année 1918 en camps de prisonniers de guerre en Roumanie et en Russie avant d'être rapatrié en France à la suite d'un périple qui le mène de Mourmansk au Havre par Newcastle et Southampton. Le 22 avril 1918, il peut enfin s'engager dans l'armée française et part en Afrique du Nord. Il est démobilisé à Mulhouse l'année suivante et entre dans l'administration des contributions indirectes, puis il se consacre à la comptabilité dans la banque, le commerce et l'industrie. Secrétaire départemental de la Ligue des catholiques d'Alsace de 1926 à 1930, puis de l'Union populaire républicaine nationale d'Alsace (parti chrétien-social), c'est sous le patronage de ce parti qu'il se présente aux élections générales législatives de 1936, dans la 2e circonscription de Mulhouse (Mulhouse-campagne). Il est élu le 3 mai, au scrutin de ballottage, avec 14.007 voix sur 23.334 votants contre 8.317 au socialiste Eisenring ; au premier tour, le 26 avril, Edouard Fuchs était déjà en tête avec 9.656 voix sur 23.846 votants, suivi par Eisenring avec 5.156 bulletins, par le républicain de gauche Becher 4.446, et par le communiste Kayser 3.477.

Inscrit au groupe des indépendants d'action populaire, il appartint aux commissions de l'Alsace et de la Lorraine, de l'hygiène et, enfin, des travaux publics et moyens de communication.

Parlementaire actif, Edouard Fuchs se fit, par ses propositions de loi, le défenseur de la famille et fit voter la constitution du port de Strasbourg en port autonome (loi du 14 juin 1939).

A la tribune de la Chambre, où ses interventions furent nombreuses, le comptable qu'il était évoluait avec aisance dans le maquis de la fiscalité, soutenant, outre les intérêts de la famille, ceux de l'Alsace-Lorraine et de l'agriculture. Les problèmes de l'administration communale et ceux de la fonction publique seront aussi l'objet de ses soins. La lourde menace qui pèse sur sa petite patrie face au Rhin lui fait préférer à la « nation armée » la « nation industrialisée », plus apte selon lui à mener à bien la défense de la France.

Réfugié en 1940 avec sa famille à Agen, il vota le 10 juillet, à Vichy, les pouvoirs constituant demandés par le maréchal Pétain.



Né le 11 janvier 1896 à Mulhouse (Haut-Rhin)

Décédé le 2 janvier 1992 à Riedisheim (Haut-Rhin)

Député du Haut-Rhin de 1936 à 1942

(voir première partie de la biographie dans le dictionnaire des parlementaires français 1889-1940, tome V, p. 1752)

De retour en Alsace à la fin de l'été 1940, Edouard Fuchs occupe alors un poste d'employé de bureau à la société alsacienne de construction mécanique. Père de quatre enfants, il n'en manifeste pas moins ses sentiments francophiles ce qui lui vaut - ainsi que sa famille- d'être déporté en Allemagne le 9 janvier 1943. Il y passera plus de deux ans.

Libéré par les troupes françaises, il regagne Mulhouse et a la satisfaction de se voir relevé de l'inéligibilité qui le frappait en raison de son vote du 10 juillet 1940, favorable au projet de révision constitutionnelle, par le jury d'honneur le 6 juillet 1945.

Elu conseiller général de Habsheim en septembre 1945, Edouard Fuchs abandonne ce mandat au renouvellement de 1951 et ne se présente pas aux élections législatives.

Secrétaire général et éditorialiste de la revue l'Alsace illustrée, l'ancien député du Haut-Rhin déploie une importante activité dans le secteur social : il préside la caisse d'assurance maladie de sa ville ainsi que la caisse d'allocations familiales du Haut-Rhin et siège au conseil d'administration de l'hôpital de Mulhouse. Ayant fréquenté l'école des frères de Mulhouse, il en dirige l'association des anciens élèves.

En 1958, Edouard Fuchs est fait chevalier du mérite social puis chevalier de la Légion d'honneur.



Retour haut de page