Valéry Giscard d'Estaing

1926 -

Président de la République du 19 mai 1974 au 19 mai 1981

Informations générales
  • Né le 2 février 1926 à Coblence (Allemagne)

Mandats à l'Assemblée nationale ou à la Chambre des députés

Régime politique
Quatrième République - Assemblée nationale
Législature
IIIe législature
Mandat
Du 2 janvier 1956 au 8 décembre 1958
Département
Puy-de-Dôme
Groupe
Indépendants et paysans d'action sociale
Régime politique
Cinquième République - Assemblée nationale
Législature
Ire législature
Mandat
Du 23 novembre 1958 au 8 février 1959
Département
Puy-de-Dôme
Groupe
Indépendants et paysans d'action sociale
Régime politique
Cinquième République - Assemblée nationale
Législature
IIe législature
Mandat
Du 18 novembre 1962 au 6 janvier 1963
Département
Puy-de-Dôme
Groupe
Républicains indépendants
Régime politique
Cinquième République - Assemblée nationale
Législature
IIIe législature
Mandat
Du 5 mars 1967 au 30 mai 1968
Département
Puy-de-Dôme
Groupe
Républicains indépendants
Régime politique
Cinquième République - Assemblée nationale
Législature
IVe législature
Mandat
Du 23 juin 1968 au 22 juillet 1969
Département
Puy-de-Dôme
Groupe
Républicains indépendants
Régime politique
Cinquième République - Assemblée nationale
Législature
Ve législature
Mandat
Du 4 mars 1973 au 5 mai 1973
Département
Puy-de-Dôme
Groupe
Républicains indépendants
Régime politique
Cinquième République - Assemblée nationale
Législature
VIIe législature
Mandat
Du 23 septembre 1984 au 1er avril 1986
Département
Puy-de-Dôme
Groupe
Union pour la démocratie française
Régime politique
Cinquième République - Assemblée nationale
Législature
VIIIe législature
Mandat
Du 16 mars 1986 au 14 mai 1988
Département
Puy-de-Dôme
Groupe
Union pour la démocratie française
Régime politique
Cinquième République - Assemblée nationale
Législature
IXe législature
Mandat
Du 5 juin 1988 au 3 novembre 1989
Département
Puy-de-Dôme
Groupe
Union pour la démocratie française
Régime politique
Cinquième République - Assemblée nationale
Législature
Xe législature
Mandat
Du 21 mars 1993 au 21 avril 1997
Département
Puy-de-Dôme
Groupe
Union pour la démocratie française et du centre
Régime politique
Cinquième République - Assemblée nationale
Législature
XIe législature
Mandat
Du 1er juin 1997 au 18 juin 2002
Département
Puy-de-Dôme
Groupe
Union pour la démocratie française

Fonds d'archives

Le fonds d’archives de la présidence de la République sous Valéry Giscard d’Estaing (mai 1974-mai 1981) se trouve aux Archives Nationales sous la cote 5 AG 3.
Il s’agit du premier fonds d’archives présidentielles à avoir été constitué à l’Élysée de manière systématique et raisonnée, et à représenter ainsi un ensemble complet et homogène : le chef de cabinet du Président Giscard d’Estaing s’est attaché, avec une archiviste des Archives nationales, à la conservation systématique des archives présidentielles.
Considérant « les archives de la présidence de la République comme appartement à la nation », le Président Giscard d’Estaing a signé avec le ministre de la Culture un contrat de dépôt des archives présidentielles, le 25 octobre 1979.
Le fonds est librement communicable à l’exception de certains documents soumis à des délais spéciaux de communicabilité. Une dérogation peut être octroyée par le Service interministériel des archives de France qui statue, après accord du Président Giscard d’Estaing qui garde un droit d’accès permanent à ce fonds. À l’expiration d’un délai de 60 ans, le fonds deviendra propriété de l’État.
Le fonds est constitué des dossiers provenant du secrétariat particulier de la présidence, du secrétariat général de la présidence, et des dossiers des services de l’Élysée.

Il est impératif de se reporter aux sources complémentaires, exhaustives, de l’inventaire du fonds 5 AG 3. Une mention particulière doit être faite des fonds suivants :
- Le fonds500 AJ (anciennement 500AP) couvre les périodes de ses ministères et de ses campagnes présidentielles (1969-1981). Les articles 500 AJ 1 à 264 concernent la période de ses deux ministères de l’Économie et des Finances (1962-1966, 1969-1974). Les dossiers 500 AJ 104 à 264 ont trait plus précisément à l’action de ses conseillers. Viennent ensuite les archives des campagnes des élections présidentielles de 1974 (500 AJ 265 à 272) et de 1981 (500 AJ 273 à 317).
- Le fonds 95AJ rassemble les archives de Philippe Sauzay, chef de cabinet du Président Giscard d’Estaing de 1974 à 1978, puis directeur de cabinet de 1981 à 1988.

Aux archives de l’Assemblée nationale, le fonds photographique, coté 2007-095, permet de retrouver Valéry Giscard d’Estaing président de la République, invité à l’hôtel de Lassay (1977-1978), puis député et président de la commission des Affaires étrangères (des années 1980 aux années 2000). Valéry Giscard d’Estaing a remis une lettre de démission de son mandat de député le 3 novembre 1989 ; celle-ci est conservée sous la cote 1 P 172.

Enfin, plus de six cents vidéos sont accessibles en ligne sur le site de l’INA.

Biographies

Biographie extraite du dictionnaire des parlementaires français de 1940 à 1958 (La documentation française)


Né le 2 février 1926 à Coblence (Allemagne)

Député du Puy-de-Dôme de 1956 à 1958

Valéry Giscard d'Estaing est né le 2 février 1926 à Coblence (Allemagne) où son père, Edmond Giscard d'Estaing, inspecteur des finances, exerçait les fonctions de directeur des finances au Haut-commissariat de France en Rhénanie.

Engagé volontaire, il sert au 2e dragons d'avril à octobre 1945 et fait l'objet d'une citation à l'ordre du corps d'armée comportant l'attribution de la Croix de guerre avec étoile de vermeil.

Ancien élève de l'Ecole polytechnique (promotion 1944) et de l'Ecole nationale d'administration (promotion Europe, 1951), il entre en 1952 à l'inspection des finances. Adjoint à l'inspection générale des finances dès le 1er janvier 1952, il devient inspecteur des finances le 16 février 1954.

Au cours de l'année 1955, Valéry Giscard d'Estaing est successivement membre du comité restreint chargé d'enquêter sur les obstacles à la libération des échanges dans certains secteurs de l'économie (janvier), attaché au cabinet d'Edgar Faure, président du Conseil (mars) et directeur-adjoint de ce cabinet (22 juin -12 décembre).

C'est alors que commence une carrière politique à laquelle le prédestine son ascendance dans la ligne maternelle. Son arrière-grand-père, Agénor Bardoux (1829-1897), membre de l'Institut, fut en effet sénateur et ministre de l'instruction publique sous la présidence de Mac-Mahon (1877-1879). Son grand-père, Jacques Bardoux (1874-1959), également membre de l'Institut (voir dictionnaire des parlementaires français 1889-1940, tome II, p. 458 et 459 et 1940-1958, tome II, p. 252 à 254), sénateur du Puy-de-Dôme de 1938 à 1944, membre de la première et de la seconde Assemblée nationale constituante, fut également député de ce département de 1946 à 1955, sous l'étiquette des Indépendants et paysans.

Jacques Bardoux n'étant pas candidat aux élections du 2 janvier 1956, Valéry Giscard d'Estaing se présente en deuxième position sur la liste d'Union des indépendants et paysans conduite par Joseph Dixmier, député sortant.



Dix listes sont en présence dans le département du Puy-de-Dôme pour sept sièges à pourvoir. Des apparentements ont été conclus entre, d'une part, les listes MRP et Indépendants-paysans, d'autre part, la liste d'Union et de fraternité française présentée par Pierre Poujade, une liste d'Action civique de défense des consommateurs et des intérêts familiaux, et une liste de Défense des intérêts agricoles et viticoles. Les autres listes sont celles du PCF, de la SFIO, de Défense paysanne et d'action populaire, du Parti radical-socialiste et des Républicains sociaux.

Sur 235 489 suffrages exprimés, les deux apparentements n'obtiennent respectivement que 49 092 et 43 535 voix. Les sièges sont donc répartis à la représentation proportionnelle.

Arrivée en tête avec 50 210 voix, la liste du PCF a deux élus. Celle de la SFIO (41 872 voix) obtient un siège. La liste d'Union des indépendants et paysans (36 095 suffrages) en remporte deux, compte tenu du score obtenu par la liste MRP qui lui était apparentée (12 997 voix). Les deux autres sièges de la circonscription sont attribués à la liste poujadiste (32 232 voix) qui bénéficie des suffrages obtenus par la liste de Défense des intérêts agricoles et viticoles (7 296 voix) et la liste d'Action civique de défense des consommateurs et des intérêts familiaux (4 007 voix). Les listes Radicale-socialiste (20 563 voix), de Défense paysanne et d'action populaire (19 850 voix) et des Républicains sociaux (8 207 voix) n'ont pas d'élu.

Valéry Giscard d'Estaing siège, tout naturellement, à la Commission des finances en qualité de membre suppléant. Il est, en outre, nommé membre de la Commission du suffrage universel, des lois constitutionnelles, du règlement et des pétitions.

De l'intense activité parlementaire qu'il déploie, il y a lieu de retenir surtout sa participation constante aux débats sur les grands problèmes qui se posent à la nation au cours de cette brève législature.

Ses interpellations sur le Marché commun européen témoignent de son souci de voir clairement posées toutes les questions que soulèvent la construction européenne et ses incidences sur l'économie française : nécessité d'une législation anti-trust, fixation du tarif extérieur commun, échanges avec les pays extérieurs au marché commun, mesures à prendre pour abaisser les prix français.

A l'occasion de la discussion, au mois de mars 1958, des conclusions d'un rapport relatif à la révision constitutionnelle, il intervient fréquemment pour souligner la nécessité d'opérer une véritable réforme constitutionnelle inspirée par des motifs de politique générale et le souci de modifier les mœurs parlementaires.

Il prend part à la discussion d'un projet de loi portant reconduction des lois prises successivement depuis le 16 mars 1956 relatives aux mesures exceptionnelles en Algérie (20 mai 1958).

Ne perdant pas de vue pour autant les questions intéressant son département, il intervient le 14 juin 1956, lors de la discussion du budget de l'éducation nationale, à propos de la transformation de l'école libre de droit de Clermont-Ferrand en faculté d'Etat.

Valéry Giscard d'Estaing vote la confiance au gouvernement du général de Gaulle le 1er juin 1958 et se prononce, le lendemain, pour l'adoption du projet de loi relatif aux pleins pouvoirs.

Il exerce aussi des responsabilités dans son département en tant que conseiller municipal de Chanonat et conseiller général du canton de Rochefort-Montagne.

En novembre 1956, il fait partie de la délégation française aux XIIe et XIIIe sessions de l'Assemblée générale des Nations unies à New York.

Réélu député dans la 2e circonscription du Puy-de-Dôme aux élections de novembre 1958, Valéry Giscard d'Estaing conserve ce mandat lors des renouvellements de 1962, 1967, 1968 et 1973. Ministre des finances du général de Gaulle et de Georges Pompidou, il succède à celui-ci à la Présidence de la République en mai 1974. Le 10 mai 1981, François Mitterrand, son concurrent de 1974, le distance. Valéry Giscard d'Estaing revient alors « à la base » : conseiller général de Chamalières en 1982, il retrouve son siège de député en 1984, mandat qui lui sera renouvelé lors des scrutins de 1986, 1988, 1993 et 1997.

Marié à Anne-Aymone Sauvage de Brantès (petite-fille d'Eugène Schneider, le maître de forges du Creusot), Valéry Giscard d'Estaing est père de quatre enfants.



Retour haut de page