Louis Jouhanneau

1885 - 1973

Informations générales
  • Né le 6 octobre 1885 à Nohant-vicq (Indre - France)
  • Décédé le 20 octobre 1973 à Tours (Indre-et-Loire - France)

Mandats à l'Assemblée nationale ou à la Chambre des députés

Régime politique
Cinquième République - Assemblée nationale
Législature
Ire législature
Mandat
Du 30 novembre 1958 au 9 octobre 1962
Département
Indre-et-Loire
Groupe
Union pour la nouvelle République

Biographies

Biographie de la Ve République

JOUHANNEAU (Louis)
Né le 6 octobre 1885 à Nohant-Vic (Indre)
Décédé le 20 octobre 1973 à Tours (Indre-et-Loire)

Député de l’Indre-et-Loire de 1958 à 1962

Fils d’un ouvrier agricole berrichon, Louis Jouhanneau suit des études primaires à Nohant-Vic et part en 1905 pour le service militaire. Employé des chemins de fer à partir de 1910, il s’installe en Touraine après guerre et occupe la fonction de chef surveillant. Marié à Mlle Suzanne Budan, il est père de trois enfants. Il est contrôleur technique principal lorsqu’il prend sa retraite en 1943.
Élu conseiller municipal de Saint-Symphorien en 1929, il accède à la fonction d’adjoint au maire sous les couleurs du RPF en 1947 et devient maire en 1953. Devenu conseiller national des Républicains sociaux, il se présente aux élections cantonales d’avril 1955 dans le canton de Tours-Nord, avant de retirer sa candidature en faveur du député MRP Joannès Dupraz, élu, au détriment du candidat des Républicains sociaux.
Il est choisi pour défendre les couleurs de la jeune UNR dans la deuxième circonscription de l’Indre-et-Loire (Tours-Nord, Langeais, Château-Renault) pour les législatives de novembre 1958. Il mène campagne sur la fidélité au général De Gaulle, dans la continuité du référendum victorieux, confiant dans les nouvelles institutions pour « assurer la paix en Algérie » et l’essor économique du pays et du nord de la Touraine. Après une intense campagne de terrain, il arrive premier des sept candidats au premier tour, avec 25,8 % des suffrages exprimés. Le dimanche suivant, il est celui des quatre candidats encore en lice (un communiste, un socialiste et un membre du parti paysan d’union sociale) qui augmente le plus son score, avec 46,8 % des suffrages exprimés. Il contribue ainsi à la vague gaulliste, qui remporte les quatre sièges du département.
Siégeant sur les bancs du groupe de l’UNR, il est membre de la Commission des affaires culturelles, familiales et sociales. Il n’intervient pas en séance et vote en conformité avec les consignes de son groupe tout au long de son mandat. Localement, il soutient la politique du Général en menant campagne à l’occasion des référendums successifs (janvier 1961, avril et octobre 1962).
Louis Jouhanneau s’estime trop âgé pour se représenter aux législatives de 1962. Il reste maire de Saint-Symphorien jusqu’à la fusion avec la commune de Tous en 1964, qui lui confère le statut d’adjoint spécial au sein du conseil municipal tourangeau, puis se retire de la vie politique.
Il est décédé à Tours le 20 octobre 1973.
Il était chevalier de la Légion d’honneur,

Retour haut de page