Louis de La Trémoïlle

1863 - 1921

Informations générales
  • Né le 28 mars 1863 à Paris (Seine - France)
  • Décédé le 18 juin 1921 à Paris (Paris - France)

Mandats à l'Assemblée nationale ou à la Chambre des députés

Régime politique
Troisième République - Chambre des députés
Législature
IXe législature
Mandat
Du 6 mai 1906 au 31 mai 1910
Département
Gironde
Groupe
Gauche démocratique
Régime politique
Troisième République - Chambre des députés
Législature
Xe législature
Mandat
Du 24 avril 1910 au 31 mai 1914
Département
Gironde
Groupe
Gauche démocratique
Régime politique
Troisième République - Chambre des députés
Législature
XIe législature
Mandat
Du 26 avril 1914 au 7 décembre 1919
Département
Gironde
Groupe
Républicains de gauche

Biographies

Biographie extraite du dictionnaire des parlementaires français de 1889 à 1940 (Jean Jolly)

Né le 28 mars 1863 à Paris, mort le 18 juin 1921 à Paris.

Député de la Gironde de 1906 à 1919.

Fils du dixième duc de La Trémoïlle et de Thouars, membre de l'Institut, Louis de La Trémoïlle se fixe en Gironde à la suite de son mariage avec Mlle Pillet-Will qui lui apporte la propriété d'un des plus grands crus bordelais, le château Margaux.

Il fait ses premiers pas dans la vie publique en entrant au conseil municipal de Margaux dont il devient maire en 1904 et au conseil d'arrondissement ; peu d'années après, il est conseiller général.

Il se présente à la députation lors des élections générales de 1906 et il est élu dans la 4e circonscription de Bordeaux dès le premier tour, avec 8.815 voix sur 17.639 votants contre 7.090 au député sortant Videau ; il est réélu en 1910 par 12.038 voix sur 15.993 votants et en 1914 par 10.406 voix sur 14.257 votants.

Républicain de gauche - il est inscrit à la gauche démocratique - Louis de La Trémoïlle se consacrera surtout à la Chambre à défendre les intérêts de sa région ; c'est dire que son activité connaîtra trois pôles essentiels : le vignoble bordelais, l'ostréiculture arcachonnaise et la forêt landaise.

Il appartiendra, pendant ces trois législatures, aux commissions des boissons, du commerce et de l'industrie, et des douanes. Il déposera au titre de cette dernière près de 75 rapports, dont plus d'une soixantaine durant la législature de 1914 consacrés aux problèmes du commerce extérieur de temps de guerre et au blocus.

Soutenant les ministères républicains (Briand-Barthou, Briand-Girard, Briand, Monis, Caillaux), il vota les mesures concernant l'appellation d'origine des vins, la loi militaire de trois ans, mais se prononça contre la représentation proportionnelle et le scrutin de liste.

Les événements devaient lui donner raison : lors du renouvellement du 16 novembre 1919, la liste d'union républicaine (Dignac-Mandel) passa tout entière avec plus de 80.000 voix de moyenne, alors qu'inscrit sur la liste républicaine, il recueillait personnellement 30.975 suffrages sur 159.336 votants.

Il vendit en 1920 le château Margaux à la Société viticole qui l'exploite désormais et mourut l'année suivante à Paris, à l'âge de 58 ans.

Il était l'avant-dernier duc de La Trémoïlle.


Retour haut de page