Edmond Bartissol

1841 - 1916

Informations générales
  • Né le 20 décembre 1841 à Portel (Aude - France)
  • Décédé le 16 août 1916 à Paris (Paris - France)

Mandats à l'Assemblée nationale ou à la Chambre des députés

Régime politique
Troisième République - Chambre des députés
Législature
Ve législature
Mandat
Du 6 octobre 1889 au 14 octobre 1893
Département
Pyrénées-Orientales
Groupe
Républicains modérés
Régime politique
Troisième République - Chambre des députés
Législature
VIIe législature
Mandat
Du 22 mai 1898 au 5 décembre 1898
Département
Aude
Groupe
Républicains modérés
Régime politique
Troisième République - Chambre des députés
Législature
VIIIe législature
Mandat
Du 27 avril 1902 au 31 mai 1906
Département
Pyrénées-Orientales
Groupe
Républicains progressistes
Régime politique
Troisième République - Chambre des députés
Législature
IXe législature
Mandat
Du 6 mai 1906 au 31 mai 1910
Département
Pyrénées-Orientales
Groupe
Républicains progressistes

Biographies

Biographie extraite du dictionnaire des parlementaires français de 1889 à 1940 (Jean Jolly)

Né le 20 décembre 1841 à Portel (Aude), mort le 16 août 1916 à Paris (16e).

Député des Pyrénées-Orientales de 1889 à 1893.

Député de l'Aude en 1898 (Invalidé). Député des Pyrénées-Orientales de 1902 à 1910.

Après d'excellentes études à Perpignan, Edmond, Bartissol fit ses débuts d'ingénieur des travaux publics dans sa province natale : Collioure, Argelès, Port-Vendres l'accueillirent successivement. En 1866, il quittait la France pour participer à la grande entreprise du percement de l'isthme de Suez. C'était le début d'une carrière qui devait être jalonnée de réalisations Importantes. Après avoir collaboré avec Ferdinand de Lesseps, Edmond Bartissol revint en France en janvier 1870, fit son service dans le 260e bataillon de la garde nationale, combattit au siège de Paris. Puis il se rendit en Autriche où il étudia l'organisation des chemins de fer. Après 1874, sur l'invitation des Gouvernements espagnol et portugais, il dirigea dans la péninsule divers travaux : construction de lignes de chemins de fer en Espagne, aménagement du port de Leixoes au Portugal, construction du métro de Lisbonne. Commandeur du Christ du Portugal (1878) et de la Conception de Portugal (1882), Bartissol reçoit la Légion d'Honneur en 1887. Dans son arrondissement de Céret, il est devenu un notable, et lorsque s'ouvre la campagne des élections des 22 septembre et 6 octobre 1889, on le presse de poser sa candidature. Il est élu au second tour de scrutin par 3.723 voix sur 9.820 votants.

A la Chambre, il figure parmi les républicains modérés, opposé aux initiatives qui pourraient jeter le désordre et l'inquiétude dans les affaires, avocat ardent de la stabilité gouvernementale. Membre de plusieurs Commissions, dont celle du Budget pour l'exercice 1891, il dépose des propositions de loi sur le déclassement des routes nationales et sur le percement du canal des Deux Mers, présente un rapport sur les travaux du canal d'irrigation et de submersion de Ribaute (Aude), prend part à la discussion du Budget, demande une réduction des crédits et avances accordés aux compagnies de chemins de fer.

Battu par Jules Pams au premier tour de scrutin des élections législatives du 20 août 1893, Bartissol se représente comme républicain progressiste à Narbonne, les 8 et 22 mai 1898. Il est élu de justesse au second tour de scrutin, par 6.233 voix contre 6.174 à son concurrent socialiste M. Ferroul. Le faible écart des voix incite ce dernier à demander l'invalidation : il fournit à l'appui de sa thèse de nombreux témoignages affirmant que les électeurs ont voté sous la pression de la force armée, qu'ils ont été influencés par des promesses et des offres d'argent, que le dépouillement, dans de nombreux bureaux, s'est déroulé de façon irrégulière. On a relevé de faux émargements, et l'enquête prouve que certaines feuilles ont été refaites après coup. Un vif débat a lieu le 5 décembre 1898 à la Chambre. L'élection de Bartissol est finalement annulée par 280 voix contre 241.

Quatre ans plus tard, aux élections des 27 avril et 11 mai 1902, Bartissol,- qui, entre temps, est devenu maire de Fleury-Mérogis (Seine-et-Oise) - se porte candidat dans la première circonscription de Perpignan, dans les Pyrénées-Orientales. Il est élu au premier tour par 7.394 voix sur 12.701 votants et sera réélu sans difficulté le 6 mai 1906 au premier tour de scrutin. Mais il ne joue plus au Parlement qu'un rôle effacé. De 1902 à 1906, il s'occupe surtout des problèmes viticoles, dépose une proposition de loi sur la répression des fraudes et participe au débat qui s'ensuit, demande à interpeller le Gouvernement sur la crise viticole. Après 1906, membre de la Commission des usines hydrauliques et de la Commission des jeux, il dépose une proposition de loi pour la construction d'un canal de dérivation de la Seine à Paris. Aux élections générales des 24 avril et 8 mai 1910, il se fait battre par Frédéric Manaut au deuxième tour de scrutin, et meurt à Paris le 16 août 1916.


Retour haut de page