Frédéric Manaut

1868 - 1944

Informations générales
  • Né le 8 mai 1868 à Reus (Espagne)
  • Décédé le 14 mars 1944 à Toulon (Var - France)

Mandats à l'Assemblée nationale ou à la Chambre des députés

Régime politique
Troisième République - Chambre des députés
Législature
Xe législature
Mandat
Du 8 mai 1910 au 31 mai 1914
Département
Pyrénées-Orientales
Groupe
Républicains radicaux-socialistes

Biographies

Biographie extraite du dictionnaire des parlementaires français de 1889 à 1940 (Jean Jolly)

Né le 8 mai 1868 à Reus (Espagne),
Décédé le14 mars 1944 à Toulon (Var)

Député des Pyrénées-Orientales de 1910 à 1914.

Né à Reus (Espagne), de parents français, Frédéric Manaut était ingénieur des arts et manufactures, conseiller du commerce extérieur et président du Conseil général des Pyrénées-Orientales lorsqu'il se présenta à la députation dans la 1re circonscription de ce département (Perpignan) aux élections législatives du 24 avril 1910. Dans sa profession de foi, il expose en ces termes les motifs de sa candidature : s'il se présente c'est qu'il lui semble possible de « faire un peu de bien à la viticulture et au pays ». Il annonce qu'il votera en toutes circonstances « avec le parti radical-socialiste auquel j'appartiens ». Il se déclare favorable aux grandes réformes préconisées par ce parti, notamment l'impôt progressif sur le revenu et l'impôt progressif sur les successions, mais en les faisant précéder d'une profonde réflexion, « afin de ne porter atteinte ni à la liberté du commerce ou du travail, ni aux sources fécondes de la richesse nationale ».

Au premier tour, Frédéric Manaut obtient 4.106 voix sur 12.649 votants. Il fut élu au second tour, avec 5.772 suffrages, contre 5.234 à son principal adversaire Deslinières. A la Chambre, F. Manaut s'inscrit au groupe républicain radical-socialiste fort à l'époque de 149 membres. Il fut membre de la commission du commerce et de l'industrie. Le groupe des expositions et manifestations extérieures du commerce et de l'industrie (350 membres) en fit son secrétaire général. Pendant la législature, l'activité de F. Manaut fut orientée surtout vers les problèmes de l'industrie et du commerce, auxquels il consacra de nombreux rapports : rapport sur le projet de loi portant approbation de la convention franco-japonaise, signée à Tokyo, pour la protection réciproque en Chine, des marques de fabrique, brevets, dessins et droits d'auteur ; sur le projet de loi relatif aux récompenses à décerner à l'occasion des expositions de Bruxelles, Buenos Aires, Quito, Copenhague, Francfort et Nancy ; sur la proposition de loi, relative aux récompenses industrielles. Il prit part également à plusieurs reprises à la discussion sur le budget du ministre de l'Industrie. Lors de la discussion du projet de loi tendant à réduire à dix heures la durée du travail dans les établissements industriels, il déposa un amendement tendant à permettre, par dérogation, de prolonger le travail des ouvriers jusqu'à douze heures par jour pendant cent jours par an. Cet amendement avait pour but de ne pas mettre les industriels français en situation d'infériorité par rapport à leurs concurrents étrangers.

F. Manaut ne se représenta pas aux élections du 26 avril 1914. Son successeur fut Léon Nérel, ancien maire de Perpignan, membre de la gauche démocratique.

Son fils, René Manaut, fut lui aussi député des Pyrénées-Orientales et ministre.


Retour haut de page