Pierre, Félix Mathé

1834 - 1911

Informations générales
  • Né le 20 décembre 1834 à Moulins (Allier - France)
  • Décédé le 27 août 1911 à Moulins (Allier - France)

Mandats à l'Assemblée nationale ou à la Chambre des députés

Régime politique
Troisième République - Chambre des députés
Législature
IVe législature
Mandat
Du 4 octobre 1885 au 14 octobre 1889
Département
Allier
Groupe
Union républicaine
Régime politique
Troisième République - Chambre des députés
Législature
Ve législature
Mandat
Du 22 septembre 1889 au 14 octobre 1893
Département
Allier
Groupe
Républicain
Régime politique
Troisième République - Chambre des députés
Législature
VIe législature
Mandat
Du 20 août 1893 au 31 mai 1898
Département
Allier
Groupe
Républicain

Biographies

Député depuis 1885, né à Moulins (Allier) le 20 décembre 1834, neveu de M. Antoine Amédée Félix Mathé (Voy. ce nom) qui avait été représentant en 1848-1849, il resta étranger à la politique sous l'Empire, et s'occupa, lors de la guerre franco-allemande, de l'organisation de la défense dans son département.

Elu conseiller municipal de Moulins en 1881, il fut porté, aux élections du 4 octobre 1885, sur la liste républicaine de l'Allier, et fut élu député, le 2e sur 6, par 51,441 voix, sur 94,228 votants et 120,068 inscrits. Il prit place à la gauche radicale, et vota le plus souvent avec ce groupe, notamment, dans la dernière session:

- contre le rétablissement du scrutin d'arrondissement (11 février 1889),
- contre l'ajournement indéfini de la révision de la Constitution,
- pour les poursuites contre trois députés membres de la Ligue des patriotes,
- contre le projet de loi Lisbonne restrictif de la liberté de la presse,
- pour les poursuites contre le général Boulanger.

Date de mise à jour: février 2018



Né le 20 décembre 1834 à Moulins (Allier), mort le 27 août 1911 à Moulins.

Député de l'Allier de 1885 à 1898. (Voir première partie de la biographie dans ROBERT ET COUGNY, Dictionnaire des Parlementaires, t. IV, p. 308.)

En 1889, c'est dès le premier tour de scrutin que Félix Mathé fut réélu député de l'Allier, dans la 1re circonscription de Moulins, tandis que son frère, Henri Mathé, était réélu, lui, député de la Seine. Le 22 septembre, sous l'étiquette républicaine, il l'emporte par 6.344 voix contre 5.213 à Corne, conservateur, et 376 à Lischer de Chevrière, boulangiste, sur 15.007 suffrages.

Son programme électoral se présentait sous la forme de 17 articles qui stipulaient notamment : la révision de la Constitution dans un sens démocratique, la séparation de l'Eglise et de l'Etat, la réforme de la magistrature, la limitation de la durée du travail, c'est-à-dire un programme politiquement et socialement assez avancé.

A la Chambre, Félix Mathé est membre de diverses commissions, notamment de la commission d'enquête sur l'affaire de Panama créée en 1892.

Il se représente aux élections de 1893 et est à nouveau réélu député de la 1re circonscription de Moulins, au premier tour, le 20 août 1893. Il obtient 5.837 voix alors que son principal adversaire, Blandin, avocat, modéré, en recueille 4.578 pour 11.246 votants. Son programme électoral qui le présente comme candidat du congrès républicain est toujours en 17 articles et ressemble étrangement à celui des élections précédentes, ce qui semblait prouver que la 5e législature n'avait pas vu se réaliser les idées de Félix Mathé.

Cette stabilité de ses engagements explique sans doute aussi celle de son activité parlementaire : membre de diverses commissions, il fit encore partie de la commission d'enquête sur l'affaire de Panama.

Félix Mathé ne s'était pas représenté aux élections de 1898. Il mourut le 27 août 1911 à Moulins, à l'âge de 77 ans.

Date de mise à jour: février 2018

Retour haut de page