Pierre, Cyprien Mathé

1882 - 1956

Informations générales
  • Né le 1er août 1882 à Gery (Nièvre - France)
  • Décédé le 3 juin 1956 à Paris (Paris - France)

Mandats à l'Assemblée nationale ou à la Chambre des députés

Régime politique
Troisième République - Chambre des députés
Législature
XVIe législature
Mandat
Du 3 mai 1936 au 31 mai 1942 *
Département
Côte-d'Or
Groupe
Agraire indépendant

* : Un décret de juillet 1939 a prorogé jusqu'au 31 mai 1942 le mandat des députés élus en mai 1936

Biographies

Né le 1er août 1882 à Givry (Nièvre).

Député de la Côte D’Or de 1936 à 1942.

Agriculteur, membre de la chambre d'agriculture de la Côte D’Or depuis sa fondation, conseiller général de ce même département depuis 1933, Pierre Mathé pouvait prétendre à le représenter à la Chambre des députés. Il échoue une première fois aux élections générales de 1932, mais en obtenant un bon résultat puisqu'il arrive en seconde position derrière le candidat élu, Gruet, radical.

Aux élections législatives de 1936, Gruet ne se représente pas. Mathé a pour principal adversaire Guérin, socialiste. Arrivé en tête au premier tour, Pierre Mathé l'emporte au second, le 3 mai, malgré le désistement des autres candidats de la gauche en faveur de Guérin, avec 7.977 voix contre 7.639 à son concurrent, pour 15.968 votants. Il devient ainsi député de la 2e circonscription de Dijon.

Il s'était présenté sous l'étiquette U.R.D., c'est-à-dire celle de la fédération républicaine, mais désigné en fait par les sections du parti agraire et paysan français. Ce parti, fondé en 1928, n'avait que peu d'audience sur le plan national. Attaché aux fondements libéraux de la société, il était favorable à un renforcement du pouvoir exécutif, mais soucieux surtout d'améliorer le sort des agriculteurs, « les parents pauvres de la nation », ainsi que celui des petits artisans ruraux, des petits rentiers, des petits fonctionnaires et des petits commerçants. Comme le montrera la suite de la carrière de Pierre Mathé, il s'agissait donc d'un parti qui, sur l'échiquier politique, se situait incontestablement à droite.

C'est pour faire triompher ces idées que se constitua dans la Chambre de 1936 un groupe agraire indépendant qui comprenait 9 membres et 3 apparentés. Mathé sera porté à sa présidence dès sa création. Agriculteur lui-même et président du groupe agraire indépendant, Mathé devait faire partie tout naturellement de la commission de l'agriculture ; il intervint fréquemment sur les problèmes agricoles et déposa plusieurs textes les concernant. Il s'inquiète successivement de la mévente des produits agricoles, des statuts de l'office du blé, de l'exode rural, de la situation du marché des céréales et, en 1940, des mesures de ravitaillement. Il participera aussi à la discussion des projets sur les procédures de conciliation et d'arbitrage et sur les conventions collectives de travail. Outre la commission de l'agriculture, il est également membre de la commission des postes, télégraphes et téléphones.

Le 10 juillet 1940, à Vichy, il vote les pouvoirs constituants au maréchal Pétain.




Né le 1er août 1882 à Giry (Nièvre)
Décédé le 3 juin 1956 à Paris

Député de la Côte d'Or de 1936 à 1942

(Voir première partie de la biographie dans le Dictionnaire des parlementaires français 1889-1940, Tome VII, p. 2403, 2404)

Pendant l'Occupation, Pierre Mathé devient président du Conseil départemental et, sur le plan national, il continuera de s'occuper des questions agricoles. Nommé commissaire général à l'agriculture le 1er avril 1944, il accueille le maréchal Pétain à Dijon, le 27 mai 1944. Trois mois plus tard, le 17 août, il quitte Paris pour l'Allemagne avec le gouvernement de Vichy. Convaincu d'indignité nationale et condamné à 5 ans de dégradation nationale par la Haute Cour de justice, le 27 mai 1948, il lui est fait remise de sa peine, le 16 octobre 1950, par décret du Président de la République.

Retiré de la vie politique, Pierre Mathé meurt à Paris dans le XVIIe arrondissement, le 3 juin 1956, à l'âge de 73 ans.



Retour haut de page