Guy de Montjou

1888 - 1935

Informations générales
  • Né le 5 août 1888 à Saumur (Maine-et-Loire - France)
  • Décédé le 24 novembre 1935 à Paris (Paris - France)

Mandats à l'Assemblée nationale ou à la Chambre des députés

Régime politique
Troisième République - Chambre des députés
Législature
XIIe législature
Mandat
Du 16 novembre 1919 au 31 mai 1924
Département
Mayenne
Groupe
Action républicaine et sociale
Régime politique
Troisième République - Chambre des députés
Législature
XIIIe législature
Mandat
Du 11 mai 1924 au 31 mai 1928
Département
Mayenne
Groupe
Union républicaine démocratique

Biographies

Biographie extraite du dictionnaire des parlementaires français de 1889 à 1940 (Jean Jolly)

Né le 5 août 1888 à Saumur (Maine-et-Loire), mort le 24 novembre 1935 à Paris (15e).

Député de la Mayenne de 1919 à 1928.

Né dans une famille qui comptait de nombreux magistrats, diplomates et officiers, Guy de Montjou, neveu d'Edgard de Montjou, député de la Vienne, entre à Saint-Cyr en 1906. A sa sortie de l'Ecole, il sert dans l'aviation jusqu'en 1913, date à laquelle il donne sa démission. Revenu à l'aviation pendant la guerre de 1914-1918, il est fait officier de la Légion d'honneur et décoré de la croix de guerre. Docteur en droit, il joint à son activité d'avocat au barreau de Mayenne celle de journaliste : il est rédacteur au Journal des Débats et directeur de La vie maritime et la navigation aérienne.

Il entre au Conseil général de la Mayenne en 1919 et se présente aux élections législatives de la même année. Il est élu sur la liste d'union nationale et républicaine avec 28.235 voix contre 25.550 au candidat le mieux placé de la liste adverse.

A la Chambre, il siège à la commission de l'armée et dépose deux propositions de loi concernant, l'une le chèque, la seconde les baux à loyer. Il prend part à de nombreux débats en séance publique et intervient en particulier sur les questions militaires et diplomatiques : construction de navires de guerre, aéronautique et transport aérien, recrutement de l'armée, traité de Washington, etc... Enfin, il interpelle le gouvernement sur la modification apportée au service de l'aéronautique.

A la consultation de 1924, Guy de Montjou est réélu sur la liste du cartel d'union nationale et républicaine qui l'emporte sur celle du bloc ouvrier et paysan. Il obtient personnellement 39.001 voix sur 58.325 votants.

Au Palais Bourbon, il continue de siéger à la commission de l'armée et entre à celle de la marine militaire. Il s'inscrit au groupe d'union républicaine et démocratique. Au cours de cette législature, il présente une proposition de loi tendant à étendre à l'armée de mer les dispositions relatives aux sursis fixées par la loi militaire en vigueur.

Auteur de différents rapports, il défend notamment le projet de loi sur l'avancement dans l'arme de l'aéronautique. Il se fait aussi entendre à l'occasion de la ratification du traité de Lausanne et interpelle le gouvernement sur les inconvénients économiques que présente pour la Grande-Bretagne l'occupation de la Ruhr. Il exprime encore ses préoccupations en ce qui concerne les bruits relatifs à la livraison aux Soviets de la flotte confiée à la France par le général Wrangel et le règlement de la question du Riff.

Au renouvellement de 1928, qui voit le rétablissement du scrutin uninominal, il est battu par Chabrun, son colistier de 1924.

Guy de Montjou est mort à Paris, à l'âge de 47 ans, le 24 novembre 1935.


Retour haut de page