Albert Nivert

1844 -

Informations générales
  • Né le 21 octobre 1844 à Saint-romain-sur-vienne (Vienne - France)
  • Décédé à une date inconnue

Mandats à l'Assemblée nationale ou à la Chambre des députés

Régime politique
Troisième République - Chambre des députés
Législature
Ve législature
Mandat
Du 22 septembre 1889 au 14 octobre 1893
Département
Vienne
Régime politique
Troisième République - Chambre des députés
Législature
VIe législature
Mandat
Du 20 août 1893 au 19 décembre 1895
Département
Vienne

Biographies

Biographie extraite du dictionnaire des parlementaires français de 1889 à 1940 (Jean Jolly)

Né le 21 octobre 1844 à Saint Romain sur Vienne (Vienne), date et lieu de décès non connus.

Député de la Vienne de 18,89 à 1895.

Fils d'un banquier de Châtellerault, Albert Nivert servit en 1870 comme volontaire et fut élu capitaine des mobilisés de la Vienne. Pendant dix ans, il a été capitaine de l'armée territoriale. Il se présente aux élections générales du 4 octobre 1885 sur la liste républicaine de la Vienne, mais ce fut la liste conservatrice qui fut élue. En 1886, il devient conseiller général de ce département et adjoint au maire du XVIIe arrondissement de Paris.

Albert Nivert, qui a beaucoup voyagé, s'est attaché à l'étude des questions coloniales qu'il traita pendant plusieurs années, en collaboration avec Schoelcher et Gerville-Réache dans Le Moniteur des colonies, dont il devint plus tard le rédacteur en chef.

En 1886, il est promu officier de la Légion d'honneur, comme membre du comité exécuteur de l'exposition d'Anvers. En outre, il est membre de la commission d'organisation de l'exposition coloniale française.

Il se présente, dans la circonscription de Châtellerault, aux élections générales du 22 septembre 1889, qui ont lieu au scrutin uninominal et est élu au premier tour par 8.086 voix sur 16.238 votants, contre 7.211 voix à Creuzé et 698 à Garnier.

Nivert se représente aux élections du 20 avril 1893, qui ont lieu au scrutin uninominal, et il est élu par 7.816 voix sur 14.527 votants, contre 3.374 voix à Krebs, 1.562 à Arteau et 618 à Poulet. Membre de la commission des chemins de fer et de la commission de l'armée, il s'intéressa au tarif des douanes et droits de mutation des biens de mainmorte.

Il donne sa démission de député en 1895.


Retour haut de page