Auguste Pageot

1884 - 1962

Informations générales
  • Né le 22 juillet 1884 à Nantes (Loire-Inférieure - France)
  • Décédé le 19 novembre 1962 à Nantes (Loire-Atlantique - France)

Mandats à l'Assemblée nationale ou à la Chambre des députés

Régime politique
Troisième République - Chambre des députés
Législature
XVIe législature
Mandat
Du 3 mai 1936 au 31 mai 1942 *
Département
Loire-Inférieure
Groupe
Socialiste

* : Un décret de juillet 1939 a prorogé jusqu'au 31 mai 1942 le mandat des députés élus en mai 1936

Biographies

Biographie extraite du dictionnaire des parlementaires français de 1889 à 1940 (Jean Jolly)

Né le 22 juillet 1884 à Nantes (Loire-Inférieure).

Député de la Loire-Inférieure de 1936 à 1942.

Auguste Pageot fit carrière dans l'administration des P.T.T. où il acquit le grade de contrôleur. Franc-maçon, il devint en 1911 secrétaire de la loge Paix et Union et Mars et les Arts réunis de l'Orient de Nantes. La même année il publia, du reste, une brochure relatant l'histoire de la franc-maçonnerie dans son département. Elu conseiller municipal de Nantes le 7 décembre 1919, son mandat lui fut régulièrement renouvelé et il devint maire de Nantes le 18 mai 1935, puis conseiller général du 2e canton de cette ville le 21 juin 1935.

Il se présenta aux élections législatives de 1936 comme socialiste S.F.I.O. dans la 1re circonscription de Nantes. Il arriva en tête au premier tour avec 10.470 voix contre 9.413 à Merlant et, respectivement, 746, 599 et 461 aux trois autres candidats : Ancelle, Le Guiader et Padel. Resté face à face avec Merlant, républicain U.R.D., député sortant, il l'emporta au second tour, le 3 mai, par 11.859 voix contre 10.079, pour 22.138 votants.

Il fit partie des commissions parlementaires du commerce et de l'industrie, de la marine marchande et des P.T.T. Ses interventions à la Chambre portèrent uniquement sur les conditions de travail des postiers, qu'il s'efforça d'améliorer. Parallèlement, il était nommé en 1937 membre du Conseil supérieur de la marine marchande.

Le 10 juillet 1940, il vota pour le projet de loi constitutionnelle qui mit fin à la IIIe République.


Retour haut de page