Henri, Pierre Patenôtre-Desnoyers

1883 - 1958

Informations générales
  • Né le 3 février 1883 à Charenton-le-pont (Val-de-Marne - France)
  • Décédé le 21 février 1958 à Montmorency (Val-d'Oise - France)

Mandats à l'Assemblée nationale ou à la Chambre des députés

Régime politique
Troisième République - Chambre des députés
Législature
XIVe législature
Mandat
Du 29 avril 1928 au 31 mai 1932
Département
Seine-et-Oise
Groupe
Républicains de gauche
Régime politique
Troisième République - Chambre des députés
Législature
XVe législature
Mandat
Du 8 mai 1932 au 31 mai 1936
Département
Seine-et-Oise
Groupe
Députés du centre républicain

Biographies

Biographie extraite du dictionnaire des parlementaires français de 1889 à 1940 (Jean Jolly)

Né le 3 février 1883 à Charenton-le-Pont (Seine).

Député de Seine-et-Oise de 1928 à 1936.

Industriel, maire d'Enghien-les-Bains, Henri Patenôtre-Desnoyers fut député de Seine-et-Oise de 1928 à 1936.

Il se présenta pour la première fois aux élections générales en 1928 et fut élu au second tour, le 29 avril, par 8.038 voix contre 7.005 à Démirleau, 4.866 à Fournier et 3.256 à Clément.

Il fut réélu aux élections de 1932, au second tour, le 8 mai, par 13.922 voix contre 7.585 à Thonon et 3.288 à Fournier.

A la Chambre, il appartint successivement au groupe des républicains de gauche, puis au centre républicain, et fut membre de la commission des finances.

Son appartenance à cette commission et sa compétence en matière administrative et financière l'amenèrent à jouer un rôle actif dans les débats budgétaires : il fut régulièrement rapporteur du budget de la Légion d'honneur et rapporteur pour avis des projets de loi successifs relatifs à la fixation des contingents de croix de la Légion d'honneur et autres décorations. En dehors de ce domaine particulier, il intervint chaque année dans la discussion de nombreux budgets et projets ou propositions ayant des incidences financières.

Mais il se fit surtout, et en toute occasion, le défenseur des intérêts de la région parisienne.

C'est ainsi qu'il déposa une proposition de loi tendant au renforcement et à la réorganisation de la police de Seine-et-Oise (1930) ; une autre concernant les autorisations d'ouverture ou de reprise des jeux dans les casinos de stations thermales situées à moins de 100 km de Paris (1930). Il finit par obtenir la réouverture du casino d'Enghien.

Il fut rapporteur pour avis, au nom de la commission des finances, d'un projet de loi tendant à autoriser l'établissement d'un plan d'aménagement de la région parisienne (1930), puis rapporteur du projet tendant à engager les dépenses nécessaires pour la préparation de ce plan (1933). Il participa à de nombreux débats ayant des incidences sur la situation de la région parisienne et de ses habitants : programme de construction d'H.B.M. (1928) ; part de l'Etat dans les travaux. de constructions scolaires (1931) ; impositions départementales et communales (1931) ; baux à loyer (1931); trains de banlieue (1933); vote et éligibilité des femmes aux élections municipales (1935) ; projet de loi concernant l'exécution de grands travaux pour lutter contre le chômage : routes départementales, chemins vicinaux, désenclavement des communes (1934) ; projets et propositions relatifs au perfectionnement de l'outillage national ; subventions au profit des de parlements et des communes pour des travaux d'assainissement (1933), etc...

Il demanda à plusieurs reprises à interpeller le gouvernement, notamment sur la carence des pouvoirs publics quant à l'application de la législation concernant les travaux d'assainissement de la région parisienne (1935), et participa à la discussion d'interpellations sur la protection de la main-d'œuvre française (1930), sur le chômage (1931), sur la politique générale du gouvernement (1936).

Il se présenta à nouveau aux élections de 1936, mais fut battu par Ch. Thonon, socialiste, qui l'emporta au second tour, le 3 mai, par 16.276 voix contre 14.790.

Henri Patenôtre-Desnoyers est chevalier de la Légion d'honneur et Croix de guerre 1914-1918.