Gilbert Planche

1866 - 1924

Informations générales
  • Né le 4 juin 1866 à Tarare (Rhône-et-Loire - France)
  • Décédé le 24 mai 1924 à Gap (Hautes-Alpes - France)

Mandats à l'Assemblée nationale ou à la Chambre des députés

Régime politique
Troisième République - Chambre des députés
Législature
XIe législature
Mandat
Du 10 mai 1914 au 7 décembre 1919
Département
Hautes-Alpes
Groupe
Parti républicain radical et radical socialiste
Régime politique
Troisième République - Chambre des députés
Législature
XIIe législature
Mandat
Du 8 mai 1921 au 31 mai 1924
Département
Hautes-Alpes
Groupe
Parti radical et radical socialiste
Régime politique
Troisième République - Chambre des députés
Législature
XIIIe législature
Mandat
Du 11 mai 1924 au 24 mai 1924
Département
Hautes-Alpes
Groupe
Radical et radical-socialiste

Biographies

Biographie extraite du dictionnaire des parlementaires français de 1889 à 1940 (Jean Jolly)

Né le 4 juin 1866 à Tarare (Rhône), mort le 24 mai 1924 à Gap (Hautes-Alpes).

Député des Hautes-Alpes de 1914 à 1919 et de 1921 à 1924.

Gilbert Planche, qui a le tempérament d'un homme d'action, se lance très tôt dans la vie active. Il s'intéresse essentiellement aux chemins de fer locaux qui se construisent partout en France et dans les colonies françaises ainsi qu'à l'énergie électrique qui commence à faire son apparition dans le domaine industriel.

Dès le début de ce siècle, Gilbert Planche accède à la responsabilité de nombreuses sociétés et réalise des travaux considérables tant dans le sud de la France que dans les colonies françaises d'Afrique. A l'âge de 45 ans, il se trouve à la tête d'importantes affaires industrielles.

En Afrique, il construit une partie de la ligne de Cotonou au Niger et la ligne de Brazzaville à Mindouli.

Il est directeur de la Compagnie minière du Congo français, qui met sur pied l'exploitation des mines de cuivre de cette colonie.

En France, il est président, gérant ou administrateur de sociétés de tramways ou chemins de fer d'intérêt local dans l'Ardèche, la Corrèze, le Rhône, la Saône-et-Loire, le Lot.

En tant qu'entrepreneur de travaux publics, Gilbert Planche construit de nombreuses usines hydro-électriques et électro-métallurgiques en Savoie et dans les Hautes-Alpes, parmi lesquelles on peut citer celles de La Praz, Notre-Dame de Briançon et du Massif de Pelvoux.

Il commence sa vie politique en faisant acte de candidature aux élections cantonales de 1907 à L'Argentière (Hautes-Alpes). Elu le 28 juillet, son mandat lui sera constamment renouvelé jusqu'à sa mort par les électeurs de ce canton où il avait créé de nombreuses activités industrielles, apportant ainsi l'aisance à cette petite région où à peu près tous les habitants étaient ses obligés. Au sein du Conseil général, il est élu vice-président et président de la commission départementale.

En 1910, Gilbert Planche se présente pour la première fois à la députation dans l'arrondissement de Briançon. Arrivé en deuxième position au premier tour de scrutin, il se désiste en faveur de M. Merle, député sortant socialiste, mieux placé, qui sera pourtant battu par M. Toy-Riont.

En 1912, lors du renouvellement sénatorial, il se présente en compagnie de M. Euzière, ancien député, président du Conseil général. Ils sont battus par leurs concurrents, MM. Blanc, député, et Vagnat, sénateur sortant, candidats de l'union républicaine.

Ces échecs ne le découragent pas et, en mai 1914, il est de nouveau candidat à la députation à Briançon. Il l'emporte au second tour de scrutin avec 3.134 voix contre 1.756 à M. Cabannes, son adversaire de droite.

Il appartient aux commissions suivantes : travail, comptes définitifs et économies, marchés, énergie hydraulique. Au nom de ces commissions, il dépose plusieurs rapports, dont un très important, sur les marchés conclus par l'Etat depuis le début de la guerre. En outre, il est élu par la Chambre membre du conseil supérieur du travail.

En novembre 1919, il est candidat sur la liste d'union républicaine, radicale et socialiste, avec MM. Peytral, député sortant, et Soulié. Ils sont battus par la liste de concorde républicaine conduite par le troisième député sortant du département, M. Bonniard.

Son éloignement de la Chambre ne sera pas long. En mai 1921, il est réélu député à la faveur d'une élection partielle provoquée par la démission de M. Bonniard, élu sénateur. Sa santé devient, dès lors, assez mauvaise et il ne prend pratiquement aucune part à l'activité législative.

Le 11 mai 1924, il est néanmoins candidat sur la liste du cartel des gauches, qui remporte les trois sièges du département.

Au lendemain de sa réélection, il est contraint de s'aliter et meurt quelques jours plus tard, le 24 mai. Il était chevalier de la Légion d'honneur, du 1er mars 1911.

Date de mise à jour: juillet 2014