Pierre, Jacques, Alphonse Poisson

1870 - 1909

Informations générales
  • Né le 2 août 1870 à Toulouse (Haute-Garonne - France)
  • Décédé le 24 janvier 1909 à Toulouse (Haute-Garonne - France)

Mandats à l'Assemblée nationale ou à la Chambre des députés

Régime politique
Troisième République - Chambre des députés
Législature
VIIIe législature
Mandat
Du 11 mai 1902 au 31 mai 1906
Département
Gard
Groupe
Républicain radical-socialiste
Régime politique
Troisième République - Chambre des députés
Législature
IXe législature
Mandat
Du 20 mai 1906 au 24 janvier 1909
Département
Gard
Groupe
Gauche radicale-socialiste

Biographies

Biographie extraite du dictionnaire des parlementaires français de 1889 à 1940 (Jean Jolly)

Né le 2 août 1870 à Toulouse (Haute-Garonne), mort le 24 janvier 1909 à Toulouse.

Député du Gard de 1902 à 1909.

Professeur de l'Université, Pierre Poisson s'oriente de bonne heure vers la politique.

Adjoint au maire d'Uzès, il se présente aux élections de 1902 comme candidat républicain radical-socialiste, se réclamant du programme défini par Brisson, Bourgeois, Camille Pelletan et Doumergue, député de la circonscription voisine de Nîmes.

Il inscrit dans son programme l'abrogation de la loi Falloux et l'établissement de l'impôt progressif sur le revenu. Elu au second tour par 10.990 voix sur 20.615 votants contre 9.554 à son adversaire immédiat Pascal, il devient député à 31 ans.

Aux élections de 1906, il sollicite le renouvellement de son mandat, toujours dans la circonscription d'Uzès, et est réélu, également au second tour, par 10.841 voix sur 20.296 votants, battant le duc d'Uzès.

Sa profession l'amène à faire partie de la commission de l'enseignement, dans laquelle il siège aussi durant son second mandat. Il intervient fréquemment dans la discussion du budget de l'Instruction publique.

Il contribue à l'adoption des réformes préconisées par l'union des républicains de gauche : réduction à deux ans de la durée du service militaire, laïcisation de l'enseignement, séparation des Eglises et de l'Etat.

Il fait également partie de la commission du règlement et de la commission d'examen des projets de reconstruction d'une salle des séances de la Chambre des députés.

Il collabore à plusieurs revues et journaux de sa circonscription.

Mais sa mort, survenue le 24 janvier 1909, l'empêche d'achever son second mandat.


Retour haut de page