André, Didier, François Albert

1911 - 1976

Informations générales
  • Né le 19 février 1911 à Paris (Seine - France)
  • Décédé le 15 juin 1976 à Paris (Paris - France)

Mandats à l'Assemblée nationale ou à la Chambre des députés

Régime politique
Troisième République - Chambre des députés
Législature
XVIe législature
Mandat
Du 3 mai 1936 au 31 mai 1942 *
Département
Deux-Sèvres
Groupe
Parti Camille Pelletan

* : Un décret de juillet 1939 a prorogé jusqu'au 31 mai 1942 le mandat des députés élus en mai 1936

Biographies

Né le 19 février 1911 à Paris.

Député des Deux-Sèvres de 1936 à 1942.

M. André Albert, fils du précédent, fit ses études à Paris où il obtint ses licences de droit et de lettres.

En 1932 il entra en qualité d'Attaché au Cabinet de M. Raymond Patenôtre, alors Sous-Secrétaire d'Etat de l'Economie nationale. En même temps, il commença une carrière de journaliste comme collaborateur de l’oeuvre et du Petit Journal.

En 1936 il se présenta - comme membre du parti Camille Pelletan - aux élections générales, dans la circonscription de Melle (Deux-Sèvres) que son père avait représentée jusqu'à sa mort en 1933 .

Elu député (au deuxième tour) le 3 mai, avec 10.427 voix sur 15.286 suffrages exprimés, M. André Albert fut nommé membre de la Commission de l'Algérie, des Colonies et des pays de protectorat ; de la Commission des postes, télégraphes et téléphones ; de la Commission de l'enseignement et des Beaux-Arts ; de la Commission du suffrage universel ; et de la Commission de la marine marchande.

En 1938 il fut élu Secrétaire de la Chambre des Députés, après avoir été Secrétaire d'âge Il déposa des propositions de loi notamment sur : les allocations familiales agricoles (1937) ; la nationalisation des industries de guerre (1937) ; ainsi qu'un certain nombre de demandes d'interpellations concernant: l'action illégale des Croix de feu (1936) ; la situation en Europe centrale (1938); le problème espagnol (1939); l'organisation de la propagande française (1940) ; les événements de Norvège (1940).

Il participa aux discussions concernant : la lutte contre la spéculation (1937) ; le budget général de l'exercice 1938 ; le budget général de l'exercice 1939 ; l'institution de la représentation proportionnelle pour l'élection des députés (1939).

Il ne se représenta pas aux élections qui suivirent la libération et reprit son activité de journaliste. Chef du service politique de Paris-Presse de 1947 à 1950, il collabore depuis cette date à l'Aurore.




Né le 19 février 1911 à Paris

Décédé le 15 juin 1976 à Paris

Député des Deux-Sèvres de 1936 à 1942

(Voir la première partie de la biographie dans le dictionnaire des parlementaires français 1889-1940, tome I, pp. 350-351).

Malgré son vote en faveur des pleins pouvoirs, le 10 juillet 1940, André Albert est relevé de l'inéligibilité par décision du jury d'honneur, le 31 décembre 1945. En effet, évadé de France en juin 1943 pour rejoindre les Forces françaises libres, il a pris part aux campagnes de France, d'Italie et d'Allemagne. Il sera cité à l'ordre de son unité pour sa conduite courageuse devant l'ennemi.

Toutefois, après la Libération, il abandonne la carrière politique et opte définitivement pour le journalisme parlementaire. Chef du service politique de Paris-Presse de 1947 à 1950, il collabore, en qualité de chroniqueur politique, à l'Aurore et à diverses publications françaises et étrangères.


Retour haut de page