Paul Thellier

1899 - 1944

Mort pour la France

Informations générales
  • Né le 29 octobre 1899 à Tangry (Pas-de-Calais - France)
  • Décédé le 29 août 1944 à Roubaix (Nord - France)

Mandats à l'Assemblée nationale ou à la Chambre des députés

Régime politique
Troisième République - Chambre des députés
Législature
XVe législature
Mandat
Du 4 février 1934 au 31 mai 1936
Département
Pas-de-Calais
Groupe
Républicains de gauche
Régime politique
Troisième République - Chambre des députés
Législature
XVIe législature
Mandat
Du 26 avril 1936 au 31 mai 1942 *
Département
Pas-de-Calais
Groupe
Alliance des républicains de gauche et des radicaux indépendants

* : Un décret de juillet 1939 a prorogé jusqu'au 31 mai 1942 le mandat des députés élus en mai 1936

Biographies

Né le 29 octobre 1899 à Tangry (Pas-de-Calais).

Député du Pas-de-Calais de 1934 à 1942. Ministre de l'Agriculture du 24 janvier au 4 juin 1936 et du 21 mars au 16 juin 1940.

Après avoir acquis ses grades universitaires, Paul Thellier embrasse la profession d'avocat et s'inscrit en 1921 au barreau de Lille. Il y fait preuve d'une combativité et de dons oratoires que remarquera Maître Torrès plaidant à Lille dans un procès où il est son adversaire. Ces dispositions naturelles, jointes à son goût de l'action et à sa puissance de travail l'inclinent à s'exercer aux jeux de la politique. Il participe, souvent avec passion, aux réunions publiques contradictoires où il affronte les représentants du parti socialiste et ne tarde pas à acquérir, son aspect physique aidant- il était de grande taille et roux - une solide réputation de tribun.

C'est contre un représentant de ce parti, Léandre Dupré, adjoint au maire de Roubaix, qu'il tente sa chance, sans trop d'espoir, aux élections générales de 1932, dans la 8e circonscription de Lille.

Il est battu honorablement, recueillant 9.795 voix contre 13.739 à Léandre Dupré. Deux ans plus tard, la démission du docteur Salmon, député, élu sénateur, rend vacant le siège de l'arrondissement agricole de Saint-Pol. Paul Thellier, qui a le double avantage d'être un enfant du pays et de la même famille politique que le démissionnaire, se présente sous l'étiquette de républicain de gauche. Il est élu le 28 janvier 1934 « sous le signe de l'amitié » selon ses propres termes, au second tour de scrutin, par 9.998 voix contre 7.762 à son concurrent le plus proche, Bernard, ancien député socialiste.

Aux élections générales de 1936, il accroîtra son avance, recueillant 12.726 voix et n'en laissant plus que 4.789 au même adversaire. Il est vrai que Paul Thellier, inconnu du grand public en 1932, avait depuis fait son chemin. Inscrit à la Chambre au groupe des républicains indépendants, il fait partie de la commission des douanes et des conventions commerciales, de la commission du travail. Il dépose plusieurs propositions de loi et de résolution relatives à l'économie agricole : protection du marché français du blé, culture du tabac, maintien de la protection accordée aux cultures du lin et du chanvre. Il demande à interpeller le gouvernement sur le chômage partiel des ouvriers des charbonnages et sur la garantie de leur rémunération à accorder aux mineurs. Il soutient plusieurs amendements dans la discussion du projet de loi relatif à l'organisation et à la défense du marché du blé.

Le 30 mars 1935, intervenant contre la question préalable opposée au projet de loi de pouvoirs spéciaux en matière économique et financière, sollicités par Pierre Etienne Flandin, président du Conseil, il prend fait et cause pour les victimes de la spéculation, ceux qui travaillent : épargnants, fonctionnaires, ouvriers ; il réclame la suspension des forfaits en matière de bénéfices commerciaux, la revalorisation des produits agricoles, une juste rémunération des travailleurs de la terre et se déclare prêt à soutenir le gouvernement si celui-ci est décidé à abattre la spéculation, à sauvegarder l'intégrité de la monnaie, à ne pas « sacrifier la liberté à la puissance de l'argent roi et s'il affirme sa politique sociale ». Plus remarqué est le discours qu'il prononce le 29 novembre 1935 dans la discussion d'interpellations sur la politique financière, à vrai dire sur la politique générale du gouvernement de Pierre Laval. Il réclame une fois encore c la revalorisation nécessaire, légitime et immédiate des produits agricoles et la défense plus active de la production nationale ».

Il soutient le gouvernement Pierre Laval contre le Front populaire. Cependant, inquiet de la menace que fait peser sur la paix l'Allemagne hitlérienne, il regrette la politique de sanctions économiques appliquée à l'égard de l'Italie engagée dans la guerre éthiopienne. Le 27 décembre 1935, développant son interpellation sur la politique extérieure du gouvernement, il préconise la limitation de cette guerre au niveau d'une guerre coloniale. « En présence de la politique impériale de l'Angleterre, ayons donc une politique française immuable dont le souci primordial soit de sauvegarder, dans le cadre de la Société des nations, le bloc de l'occident et de réconcilier le front de Stresa tant que le problème allemand n'aura pas trouvé une solution ».

Quand, après la chute du ministère Laval, Albert Sarraut forme son 2e cabinet, le 24 janvier 1936, il attribue à Paul Thellier le ministère de l'Agriculture.

Le 26 mars 1936, répondant aux auteurs d'interpellations sur la politique agricole du gouvernement, il rappelle les origines de la crise que traverse alors l'agriculture : les manipulations monétaires d'abord, qui ont permis aux pays étrangers d'inonder de leurs produits notre marché demeuré libre, puis l'excédent des récoltes de blé et de vin notamment. Il justifie ainsi la politique du gouvernement consistant à lutter contre la concurrence étrangère par l'élévation des droits de douane sur le vin, le bois, la viande, et la résorption des excédents : dénaturation du blé, arrachage des vignes, organisation du marché.

Il est entendu dans la discussion d'une proposition de loi relative au paiement des dettes agricoles.

Revenu à son banc de député après les élections de 1936 qui assurent la victoire du Front populaire, il participe activement aux travaux parlementaires où sont traitées les questions économiques et spécialement agricoles.

Il a l'occasion, le 12 janvier 1939, développant son interpellation sur la politique extérieure du gouvernement, de brosser un tableau assurément très sombre de la situation internationale après l'Anschluss et les accords de Munich et conclut en demandant au gouvernement, au nom de la jeunesse, de prendre des initiatives solennelles « d'assigner l'Europe à la barre de la paix ».

La guerre venue, Paul Thellier retourne au ministère de l'Agriculture, dans le cabinet constitué par Paul Raynaud le 21 mars 1940 et démissionne le 16 juin dans les conditions que l'on sait.

Le 10 juillet 1940, il vote les pouvoirs constituants au maréchal Pétain.


THELLIER (Paul, Alexandre, Joseph)
Né le 29 octobre 1899 à Tangry (Pas-de-Calais)
Décédé le 29 août 1944 aux environs de Roubaix (Nord)

Député du Pas-de-Calais de 1934 à 1942
Ministre de l’agriculture du 24 janvier au 4 juin 1936 et du 21 mars au 16 juin 1940

(Voir première partie de la biographie dans le Dictionnaire des parlementaires français, 1889 à 1940, tome VIII, p. 3070,3071)

Le 10 juillet 1940, Paul Thellier vote les pleins pouvoirs au maréchal Pétain. Durant l’Occupation, Paul Thelllier se consacre essentiellement à sa profession d’avocat. C’est dans l’exercice de cette activité qu’il est arrêté, à Lille, le 28 août 1944, par des agents de la « brigade des anges », réseau d’agents créé par l’armée allemande pour se renseigner sur la composition des troupes alliées.
Blessé à la poitrine en ayant tenté de s’enfuir, il est emmené pour être conduit à l’hôpital Saint-Sauveur en compagnie de son médecin, mais à proximité de l’hôpital, sur injonction de malfaiteurs, le médecin dut descendre du véhicule. Paul Thellier est alors emmené dans un local de la Gestapo, où il retrouva, pour quelques minutes, son ami M. Bonnerville, conseiller de préfecture. Il est de nouveau emmené en voiture vers la frontière belge.
Le lendemain, les gendarmes belges découvrent à proximité de Templeuve, le cadavre de Paul Thellier dans une voiture carbonisée.
Les hommes responsables de son enlèvement et de son assassinat sont condamnés, le 10 octobre 1944 par la Cour martiale de Lille, à la peine de mort pour trois d’entre eux et aux travaux forcés à perpétuité pour le dernier.
Par jugement du 21 mai 1947, Paul Thellier est déclaré « victime des événements de guerre ». Il avait 44 ans.

Retour haut de page