Georges Weill

1882 - 1970

Informations générales
  • Né le 17 septembre 1882 à Strasbourg (Bas-Rhin - France)
  • Décédé le 10 janvier 1970 à Paris (Paris - France)

Mandats à l'Assemblée nationale ou à la Chambre des députés

Régime politique
Troisième République - Chambre des députés
Législature
XIIIe législature
Mandat
Du 11 mai 1924 au 31 mai 1928
Département
Bas-Rhin
Groupe
Parti socialiste
Régime politique
Troisième République - Chambre des députés
Législature
XVe législature
Mandat
Du 8 mai 1932 au 31 mai 1936
Département
Bas-Rhin
Groupe
Parti socialiste

Biographies

Biographie extraite du dictionnaire des parlementaires français de 1889 à 1940 (Jean Jolly)

Né le 17 septembre 1882 à Strasbourg (Bas-Rhin).

Député du Bas-Rhin de 1924 à 1928 et de 1932 à 1936.

Georges Weill fait ses études au lycée de Strasbourg, à la Sorbonne et à l'Université de Strasbourg où il obtient le diplôme de docteur ès sciences économiques et politiques. Socialiste, il est élu, en janvier 1912, député de Metz au Reichstag. Au début de la guerre de 1914-1918, sa prétendue disparition est signalée plusieurs fois dans la presse allemande. Il garde le silence pour préserver la vie de sa famille demeurée à Strasbourg. Dès le 5 août 1914, il s'était engagé dans l'armée française et en fait la déclaration le 20 octobre 1914 ; déchu de la nationalité allemande, il est exclu du Reichstag en 1915.

Après les hostilités, en décembre 1919, Georges Weill est conseiller général du Bas-Rhin puis membre du Conseil consultatif d'Alsace et de Lorraine, vice-président de la ligue républicaine.

Il se présente aux élections législatives en 1924, sur la liste socialiste il est élu en seconde position sur cette liste, obtenant 39.499 voix.

En 1928, il est battu dans la 2e circonscription de Strasbourg, ne réunissant que 6.013 voix contre 7.140 à Jean Mourer qui est élu. Il se présente de nouveau en 1932, dans la 1re circonscription et il est élu au second tour, par 8.382 voix contre 6.189 à Garcin et 4.838 à Schall.

A la Chambre, inscrit au groupe socialiste, membre de la commission des Affaires étrangères et de la commission d'Alsace-Lorraine dont il devient vice-président, il est l'auteur de nombreuses propositions de loi et rapports ayant trait à l'adaptation à la législation française de l'Alsace-Lorraine. Il intervient dans plusieurs débats de politique étrangère portant sur les rapports entre la France et l'Allemagne.

Il collabore à de nombreux journaux et revues socialistes et économiques et publie des études sur le syndicalisme, la navigation fluviale et la législation municipale.


Retour haut de page