Jules Lemire

1853 - 1928

Informations générales
  • Né le 23 avril 1853 à Vieux-berquin (Nord - France)
  • Décédé le 7 mars 1928 à Hazebrouck (Nord - France)

Mandats à l'Assemblée nationale ou à la Chambre des députés

Régime politique
Troisième République - Chambre des députés
Législature
VIe législature
Mandat
Du 3 septembre 1893 au 31 mai 1898
Département
Nord
Régime politique
Troisième République - Chambre des députés
Législature
VIIe législature
Mandat
Du 8 mai 1898 au 31 mai 1902
Département
Nord
Régime politique
Troisième République - Chambre des députés
Législature
VIIIe législature
Mandat
Du 27 avril 1902 au 31 mai 1906
Département
Nord
Groupe
Non inscrit
Régime politique
Troisième République - Chambre des députés
Législature
IXe législature
Mandat
Du 6 mai 1906 au 31 mai 1910
Département
Nord
Groupe
Non inscrit
Régime politique
Troisième République - Chambre des députés
Législature
Xe législature
Mandat
Du 8 mai 1910 au 31 mai 1914
Département
Nord
Groupe
Députés indépendants
Régime politique
Troisième République - Chambre des députés
Législature
XIe législature
Mandat
Du 26 avril 1914 au 7 décembre 1919
Département
Nord
Groupe
Non inscrit
Régime politique
Troisième République - Chambre des députés
Législature
XIIe législature
Mandat
Du 16 novembre 1919 au 31 mai 1924
Département
Nord
Groupe
Républicains de gauche
Régime politique
Troisième République - Chambre des députés
Législature
XIIIe législature
Mandat
Du 11 mai 1924 au 7 mars 1928
Département
Nord
Groupe
Gauche radicale

Fonds d'archives

Un fonds d’archives Lemire-Arbelet a été déposé en 1998 aux Archives municipales d’Hazebrouck. Ses archives, cotés 1 S 1, se composent de documents ayant un lien avec ses activités parlementaires, municipales et personnelles. Elles couvrent les années 1863 à 1928 et représentent 200 mètres linéaires.
Par ailleurs, la maison-musée de l'abbé Lemire est gérée par l'association Mémoire de l'abbé. On y trouve également quelques documents d'archives.

Biographies

Biographie extraite du dictionnaire des parlementaires français de 1889 à 1940 (Jean Jolly)

Né le 23 avril 1853 à Vieux-Berquin (Nord), mort le 7 mars 1928 à Hazebrouck (Nord).
Député du Nord de 1893 à 1928.

Issu d'une famille de cultivateurs, Jules Lemire fréquente d'abord l'école de son village, puis fait ses études secondaires au collège Saint-François d'Assise à Hazebrouck. Devenu bachelier ès lettres et ès sciences, il entre au séminaire de Cambrai et est ordonné prêtre en 1878. Il est alors nommé professeur de rhétorique au collège où il a fait ses études classiques. La construction d'un second collège, dont il dirige les travaux, le met en relation avec la classe ouvrière. L'amélioration du sort des travailleurs et des humbles inspirera désormais toute son action de prêtre et d'homme politique. Aux élections législatives de 1893, il se présente comme candidat « socialiste chrétien » dans la 1re circonscription d'Hazebrouck. Il l'emporte au second tour par 6.754 voix contre 5 660 à Outters, républicain, sur 12 638 votants.

Le 9 décembre 1893, il est assez gravement blessé lors de l'attentat de l'anarchiste Vaillant.

Député, l'abbé Lemire déploie une activité prodigieuse. Il dépose plusieurs propositions de loi concernant notamment la liberté d'association, l'organisation d'un bien de famille insaisissable, le duel, le repos hebdomadaire. Il obtient la modification des formalités du mariage en vue de faciliter les unions légales. Il est également l'auteur de rapports sur : l'assistance médicale gratuite, l'incompatibilité entre le mandat législatif et les fonctions de directeur ou d'administrateur de compagnies ayant des concessions de l'Etat, des départements ou des communes.

Au cours de ses très nombreuses interventions en séance publique, il aborde les sujets les plus divers :
- fermeture de la bourse du travail ;
- maintien de l'ambassade de France auprès du Vatican ;
- recrutement de l'armée ;
- réforme de l'impôt sur les boissons ;
- régime fiscal des successions ;
- surmenage des enfants dans les écoles ;
- réparation des édifices diocésains ;
- introduction d'épreuves agricoles dans le certificat d'études ;
- suppression du pari mutuel sur les champs de courses ;
- sociétés de secours mutuel ;
- travail des enfants, des filles mineures et des femmes dans les établissements industriels ;
- nomination des sénateurs au suffrage universel ;
- permission agricole en faveur des militaires ;
- chômage ;
- privilège de la Banque de France ;
- suppression des taxes d'octroi sur les boissons hygiéniques ;
- attitude du grand rabbin de France lors des procès en relation avec l'affaire Dreyfus ;
- aide aux familles nombreuses.


Il prend part à la discussion des interpellations :
- de Jaurès sur l'attitude du gouvernement en face « des capitalistes et des prêtres qui ont subventionné la propagande par le fait » ;
- le conflit de Carmaux ;
- de Jules Guesde sur les délibérations du conseil municipal de Roubaix tendant à établir un service pharmaceutique à prix de revient et un bureau de consultations judiciaires gratuites ;
- de Rabier sur l'ingérence de la politique cléricale dans l'armée.

En 1897, il crée la ligue française du coin de terre et du foyer et se fait l'apôtre des jardins ouvriers. La même année, il est nommé secrétaire général de la Démocratie chrétienne.

Au renouvellement de 1898, il est réélu au premier tour avec 8 751 voix sur 11 818 votants. Il devient membre des commissions de l'agriculture, de l'enseignement et des associations.

Parmi les nouvelles propositions de loi dont il prend l'initiative, il convient de retenir celle concernant l'assurance obligatoire contre l'invalidité et la vieillesse. Il obtient du gouvernement l'exécution, lors de l'exposition de 1900, d'une maison type pour l'ouvrier français.

La Chambre se range à son avis en se prononçant pour la création d'un ministère du travail et l'institution d' « allocations de famille » au bénéfice des travailleurs ayant plus de trois enfants. En 1901, il vote contre la loi d'association. Au cours de l'examen du budget de 1902, il plaide avec succès pour le maintien des aumôniers et des religieuses dans les hôpitaux militaires.

Le scrutin de 1902 lui est encore très favorable puisqu'il recueille 9 709 voix contre 71 à son adversaire malheureux, sur 12 402 votants.

Au cours de cette législature, il dépose de nouvelles propositions de loi visant, pour l'essentiel les syndicats professionnels et la création d'un casier d'état-civil.

Ses discours les plus chaleureux sont prononcés au cours des débats sur la suppression de l'enseignement congréganiste (1904) ; la séparation des Eglises et de l'Etat ; les caisses de retraites ouvrières (1905).

Malgré l'opposition de son évêque, mais avec l'assentiment du Saint-Siège, il se porte de nouveau candidat à la consultation générale de 1906. Sa réélection est un triomphe. Il rassemble au premier tour 9 227 voix contre 864 à Cambié, sur 13 042 votants.

À la Chambre, son activité demeure inlassable.

Il conserve son siège au renouvellement de 1910, obtenant au second tour 8 874 voix contre 4 819 à Marguerin du Metz.

Devenu membre des commissions du travail et du suffrage universel, il demande l'interdiction du cumul des mandats nationaux et des mandats locaux et le vote familial. Il rapporte plusieurs projets ou propositions à caractère social sur le travail de nuit des enfants dans les usines à feu continu ; l'emploi dans l'industrie de ceux qui ont moins de treize ans ; le repos des femmes en couches, etc..

En décembre 1913, Mgr Charost, évêque de Lille, le met en demeure de supprimer son journal Le Cri des Flandres et de ne pas se représenter aux élections de 1914. L'abbé Lemire refuse et une manifestation à lieu à la Chambre sur son nom : une majorité de gauche l'élit vice-président, fonction dont il se démet peu de temps après. Il est alors interdit par son évêque. C'est grâce à l'intervention du Pape à qui il a adressé une supplique qu'il obtiendra, en 1916, la levée des sanctions prononcées contre lui et contre son journal.

Ce nouveau conflit avec ses supérieurs ne nuit en rien à sa carrière politique. En 1914, à la veille des hostilités, il est élu maire d'Hazebrouck et retourne siéger au Palais Bourbon, après avoir obtenu 7 970 suffrages contre 5 931 à Degroote.

En 1919, il est élu sur la liste de la fédération républicaine conduite par Loucheur. Il s'inscrit au groupe des républicains de gauche et siège à la commission de l'administration générale et à celle de l'enseignement et des beaux-arts. En 1924, réélu sur la liste de la fédération républicaine du Nord, il adhère au groupe de la gauche radicale.

Il intervient encore plusieurs fois avant de mourir, le 7 mars 1928. Il avait 75 ans.

L'abbé Lemire a laissé plusieurs études historiques et sociales :
- L'abbé Dehaene et la Flandre,
- Le Cardinal Manning et son action sociale,
- Le catholicisme en Australie,
- Le congrès de Reims,
- Que feront les religieuses ?,
- Le travail de nuit des enfants dans les usines...


Il était chanoine honoraire d'Aix et de Bourges et chevalier de la Légion d'honneur.

Retour haut de page