Paul, Eugène, Augustin Dariste dit d'Ariste

1845 - 1924

Informations générales
  • Né le 13 octobre 1845 à Pau (Basses-Pyrénées - France)
  • Décédé le 19 juin 1924 à Lescar (Pyrénées-Atlantiques - France)

Mandats à l'Assemblée nationale ou à la Chambre des députés

Régime politique
Troisième République - Chambre des députés
Législature
Ire législature
Mandat
Du 20 février 1876 au 25 juin 1877
Département
Basses-Pyrénées
Groupe
Appel au peuple
Régime politique
Troisième République - Chambre des députés
Législature
IIe législature
Mandat
Du 14 octobre 1877 au 14 octobre 1881
Département
Basses-Pyrénées
Groupe
Appel au peuple
Régime politique
Troisième République - Chambre des députés
Législature
IVe législature
Mandat
Du 4 octobre 1885 au 14 octobre 1889
Département
Basses-Pyrénées
Groupe
Union des Droites

Biographies

Député de 1876 à 1881 et de 1885 à 1889, né à Pau (Basses-Pyrénées), le 13 octobre 1845, fils de Jean-Baptiste Dariste qui avait été représentant en 1848-1849, il étudia le droit, et fut officier de mobiles pendant la guerre de 1870.

Il exerçait la profession d'avocat, - « avocat amateur au barreau de Paris, » dit un biographe, - et était administrateur du chemin de fer du Nord, lorsque la 2e circonscription de Pau l'élut député, le 20 février 1876, par 8 858 voix (14 534 votants et 17 369 inscrits), contre M. Rivarès, 5 573 voix. Il avait déclaré « que son concours le plus loyalement sincère » était acquis au gouvernement du maréchal de Mac-Mahon, et s'était prononcé pour l'appel au peuple, en cas de révision de la Constitution. M. Dariste siégea dans le groupe bonapartiste, et vota contre les 363.

Candidat officiel le 14 octobre 1877, il obtint sa réélection par 10 519 voix (14 683 votants, 17 237 inscrits), contre 4 055 voix à M. Gustave Fould, républicain, et, reprenant sa place dans la minorité, fit de l'opposition aux ministères Dufaure et Ferry, et vota contre l'amnistie, contre l'article 7, et contre l'application des décrets aux congrégations religieuses.

Le 21 août 1881, M. Dariste échoua avec 6 045 voix contre son concurrent républicain, M. Cassou, qui fut élu par 7 732 suffrages.

M. Dariste prit sa revanche aux élections du 4 octobre 1885 ; il fut nommé député des Basses-Pyrénées, le 1er sur 8, par 46 836 voix (86 573 votants et 106 345 inscrits) ; il siégea, comme précédemment, à droite, combattit les divers ministères de gauche qui se succédèrent au pouvoir, et se prononça, en dernier lieu :

- contre le rétablissement du scrutin d'arrondissement (11 février 1889),
- pour l'ajournement indéfini de la révision de la Constitution,
- contre les poursuites contre trois députés membres de la Ligue des patriotes,
- contre le projet de loi Lisbonne restrictif de la liberté de la presse,
- contre les poursuites contre le général Boulanger.


Né le 13 octobre 1845 à Pau (Basses-Pyrénées), mort le 19 juin 1924 à Lescar (Basses-Pyrénées).

Député des Basses-Pyrénées de 1876 à 1881 et de 1885 à 1889.

(Voir première partie de la biographie dans ROBERT ET COUGNY, Dictionnaire des Parlementaires, t. II, p. 259).

Aux élections générales législatives du 22 septembre 1889, Paul d'Ariste fut battu par le docteur Quintaa, par 7.751 suffrages contre 6.409, sur 14.289 votants, au premier tour de scrutin.

Il ne tenta de reconquérir son siège qu'aux élections générales des 29 avril et 11 mai 1902. Mais, bien qu'arrivé en tête au premier tour, il échoua d'extrême justesse au second, obtenant 7.205 voix contre 7.434 à M. d'Iriart d'Etchepare, sur 14.768 votants.

Il conserva cependant jusqu'en 1919 la mairie de Lescar où il s'était installé en 1876.

Il mourut le 19 juin 1924, à 79 ans, dans son château du Bilaa, quelques heures après un accident d'automobile. Les obsèques furent célébrées le 23 juin dans l'ancienne cathédrale de Lescar. L'absoute fut donnée par l'évêque de Bayonne.

Il était Grand-Croix de Saint-Grégoire-le-Grand, Commandeur de l'Ordre royal de Wasa, grand-officier de l'Ordre du Nicham, grand-officier de l'Ordre royal du Cambodge.


Retour haut de page