Georges Arnoult

1832 - 1887

Informations générales
  • Né le 9 juin 1832 à Pont-l'abbé (Finistère - France)
  • Décédé le 7 mai 1887 à Quimper (Finistère - France)

Mandats à l'Assemblée nationale ou à la Chambre des députés

Régime politique
Troisième République - Chambre des députés
Législature
Ire législature
Mandat
Du 20 février 1876 au 25 juin 1877
Département
Finistère
Groupe
Centre gauche
Régime politique
Troisième République - Chambre des députés
Législature
IIe législature
Mandat
Du 14 octobre 1877 au 27 octobre 1881
Département
Finistère
Groupe
Centre gauche
Régime politique
Troisième République - Chambre des députés
Législature
IIIe législature
Mandat
Du 21 août 1881 au 9 novembre 1885
Département
Finistère
Groupe
Centre gauche

Biographies

Biographie extraite du dictionnaire des parlementaires français de 1789 à 1889 (Adolphe Robert et Gaston Cougny)

député de 1876 à 1885, né à Pont-l'Abbé (Finistère), le 9 juin 1832, mort à Quimper (Finistère), le 7 mai 1887. Propriétaire à Pont-l'Abbé et président du comice agricole, M. Arnoult fut élu pour la première fois député par la 2e circonscription de Quimper, comme républicain conservateur, avec 7,832 voix sur 12,417 votants et 17,855 inscrits, contre M. Boloré, 4,586 voix. Inscrit au centre gauche, il vota pour les nouveaux projets de loi sur la collation des grades et sur l'élection des maires, se prononça contre l'acte du 16 mai et fut des 363. A ce titre, il obtint de ses électeurs (14 octobre 1877) le renouvellement de son mandat, avec 9,364 voix sur 14,356 votants et 18,795 Inscrits, contre M. de Lécluse (5,001 voix.) Avec les modérés de la gauche, il s'abstint dans plusieurs délibérations et vota, en faveur du ministère Dufaure, pour l'élection de M. Grévy, comme président de la République, pour l'invalidation de l'élection Blanqui, contre l'amnistie plénière, etc. Réélu le 21 août 1881, par 7,705 voix contre 5,868 au candidat monarchiste, M. de Fretay, M. Arnoult, qui s'était déclaré le « candidat constitutionnel de l'ordre et de la paix, » se prononça dans la législature de 1881-85 pour les divers crédits demandés pour l'expédition du Tonkin, pour le maintien de l'ambassadeur près du pape, pour le maintien du budget des cultes et contre l'élection du Sénat, par le suffrage universel. Il échoua dans son département, lors des dernières élections générales (4 octobre 1885) ainsi que toute la liste républicaine, sur laquelle il figurait; il avait obtenu 57,076 voix au scrutin de liste.


Retour haut de page