Michel Mallevergne

1804 - 1877

Informations générales
  • Né le 9 mai 1804 à Juillac (Corrèze - France)
  • Décédé le 16 décembre 1877 à Paris (Paris - France)

Mandats à l'Assemblée nationale ou à la Chambre des députés

Régime politique
Assemblée Nationale
Législature
Mandat
Du 8 février 1871 au 7 mars 1876
Département
Haute-Vienne
Groupe
Centre droit

Biographies

Biographie extraite du dictionnaire des parlementaires français de 1789 à 1889 (Adolphe Robert et Gaston Cougny)

Représentant en 1871, né à Juillac (Corrèze) le 9 mai 1804, mort à Paris le 16 décembre 1877, il fit ses études à Limoges et son droit à Paris, puis revint à Limoges exercer la profession d'avocat.

Il y fonda, avec M. de Peyramont, un journal libéral qui fit une vive opposition au ministère Polignac. Rallié au gouvernement de 1830, il devint, cette même année, substitut du procureur général à Limoges et épousa, peu après, la nièce de Vergniaud, l'orateur de la Gironde. Président de chambre en 1847, il donna sa démission lorsqu'on suspendit l'inamovibilité de la magistrature, et ne reprit ses fonctions que lorsque l'inamovibilité fut rétablie. Il se mêla peu de politique sous le second Empire.

Elu, le 8 février 1871, représentant de la Haute-Vienne à l'Assemblée nationale, le 2e sur 7, par 43,786 voix (62,174 votants, 87,375 inscrits), il siégea au centre droit et se prononça:

- pour la paix,
- pour l'abrogation des lois d'exil,
- pour la pétition des évêques,
- pour le pouvoir constituant de l'Assemblée,
- contre le service militaire de trois ans,
- pour la démission de Thiers,
- pour le septennat,
- pour le ministère de Broglie,
- pour les lois constitutionnelles.

Admis à la retraite, comme président de chambre, le 31 juillet 1873, il ne fit pas partie d'autres assemblées.