Jean-François, Rose, Fabien Sacase

1808 - 1884

Informations générales
  • Né le 19 janvier 1808 à Saint-béat (Haute-Garonne - France)
  • Décédé le 13 juillet 1884 à Toulouse (Haute-Garonne - France)

Mandats à l'Assemblée nationale ou à la Chambre des députés

Régime politique
Assemblée Nationale
Législature
Mandat
Du 8 février 1871 au 7 mars 1876
Département
Haute-Garonne
Groupe
Centre droit

Mandats au Sénat ou à la Chambre des pairs

Sénateur
du 30 janvier 1876 au 4 janvier 1879

Biographies

Biographie extraite du dictionnaire des parlementaires français de 1789 à 1889 (Adolphe Robert et Gaston Cougny)

Représentant en 1871, sénateur de 1876 à 1879, né à Saint-Béat (Haute-Garonne) le 19 janvier 1808, mort à Toulouse (Haute-Garonne) le 13 juillet 1884, il entra en 1849 dans la magistrature, comme juge au tribunal civil de Bordeaux, devint conseiller à la cour d'Amiens (1850), puis à la cour de Toulouse (1852), et président de chambre à cette dernière cour le 15 janvier 1868.

Conseiller général de Saint-Béat depuis 1865, et président de ce conseil, il fut élu, le 8 février 1871, représentant de la Haute-Garonne à l'Assemblée nationale, le 7e sur 10, par 68,546 voix (122,845 votants, 145,055 inscrits). Il prit place au centre droit, se fit inscrire à la réunion des Réservoirs, présida le groupe Clerq, fut rapporteur du projet de loi contre l'Internationale, et du projet de loi sur le taux de l'intérêt de l'argent, membre de la commission des grâces et de la commission d'enquête sur la situation des classes ouvrières. Il vota:

- pour la paix,
- pour l'abrogation des lois d'exil,
- pour la pétition des évêques,
- contre le service de trois ans,
- pour la démission de Thiers,
- pour le septennat,
- pour le ministère de Broglie,
- contre l'amendement Wallon,
- contre les lois constitutionnelles.

Mis à la retraite le 22 juin 1875, avec le titre de président de chambre honoraire, il fut élu, le 30 janvier 1876, comme candidat bonapartiste, sénateur de la Haute-Garonne, par 368 voix (669 votants), Il prit place à droite et vota pour la dissolution demandée, le 23 juin 1877, par le ministère de Broglie.

Il échoua ensuite, au renouvellement triennal du 5 janvier 1879, avec 292 voix sur 671 votants.

Membre de l'Académie des Jeux floraux, secrétaire perpétuel de l'Académie de législation de Toulouse, M. Sacase a publié : De la folie considérée dans ses rapports avec la capacité civile (1851), et d'intéressants mémoires sur Le parlement de Toulouse. Chevalier de la Légion d'honneur (1857).

Date de mise à jour: septembre 2017


Retour haut de page