Jérôme Galloni d'Istria

1815 - 1890

Informations générales
  • Né le 20 janvier 1815 à Olmeto (Corse-du-Sud - France)
  • Décédé le 14 avril 1890 à Olmeto (Corse-du-Sud - France)

Mandats à l'Assemblée nationale ou à la Chambre des députés

Régime politique
Assemblée Nationale
Législature
Mandat
Du 8 février 1871 au 7 mars 1876
Département
Corse
Groupe
Appel au peuple

Mandats au Sénat ou à la Chambre des pairs

Sénateur
du 30 janvier 1876 au 24 janvier 1885

Biographies

Biographie extraite du dictionnaire des parlementaires français de 1789 à 1889 (Adolphe Robert et Gaston Cougny)

Représentant en 1871, sénateur de 1876 à 1885, né à Olmeto (Corse) le 20 janvier 1815, mort à Olmeto le 14 avril 1890, il resta jusqu'en 1848 étranger à la politique. A cette époque il fut nommé conseiller de préfecture à Ajaccio ; il devint ensuite secrétaire général de cette préfecture, puis sous-préfet à Bastia. Il servit l'Empire en cette qualité jusqu'au 4 septembre 1870. Il donna alors sa démission.

Impérialiste ardent, il fut élu, le 8 février 1871, représentant de la Corse à l'Assemblée nationale, le 4e sur 5, par 20,069 voix (42,637 votants, 74,498 inscrits). Il se rendit à Bordeaux et prit place dans le petit groupe bonapartiste. Au cours de la discussion sur les préliminaires de paix, comme on lisait à la tribune le projet de traité avec la Prusse, M. Bamberger, député républicain de la Moselle, s'écria « qu'un seul homme, Napoléon III, devrait être capable de signer une pareille convention ». Un membre se leva alors et dit : « Jamais Napoléon III n'aurait signé un traité honteux ! » Sommé de se faire connaître, l'interrupteur jeta son nom avec défi : c'était M. Galloni d'Istria. Ses paroles soulevèrent un violent orage et donnèrent lieu au célèbre vote de déchéance de la dynastie impériale, à l'unanimité moins cinq voix. Toutefois, M. Galloni d'Istria se rallia à l'adoption du traité de paix. Il se prononça encore pour les prières publiques, etc., fit une opposition constante au gouvernement de Thiers, sans paraître d'ailleurs à la tribune, et se distingua surtout par la fréquence et la vivacité de ses interruptions. Il vota pour la démission de Thiers au 24 mai, et, partisan de l'appel au peuple, protesta contre la Constitution de 1875.

Aux élections sénatoriales du 30 janvier 1876 en Corse, M. Galloni d'Istria fut porté candidat bonapartiste avec M. Valéry, directeur d'une Compagnie de paquebots. L'appui des chefs du parti impérialiste, MM. Rouher, Abbatucci, etc., assura le succès de cette liste : M. Galloni d'Istria fut élu sénateur par 284 voix sur 476 votants. Il siégea à la Chambre haute dans le groupe de l'Appel au peuple, vota pour la dissolution de la Chambre des députés (1877), soutint le gouvernement du Seize-Mai, combattit ensuite le ministère parlementaire de Dufaure et ceux qui suivirent, et vota constamment avec la droite :

- contre l'article 7,
- contre l'application des lois aux congrégations non autorisées,
- contre les lois nouvelles sur la presse et le droit de réunion,
- contre la réforme judiciaire,
- contre le divorce.

Il ne fut pas réélu au renouvellement triennal du 25 janvier 1885. Conseiller général du canton d'Olmeto, il avait été mis à la retraite comme sous-préfet le 29 août 1873. Chevalier de la Légion d'honneur.

Retour haut de page