Emile, Joseph Rigaud

1814 - 1890

Informations générales
  • Né le 27 mars 1814 à Pourrières (Var - France)
  • Décédé le 19 mars 1890 à Aix-en-provence (Bouches-du-Rhône - France)

Mandats à l'Assemblée nationale ou à la Chambre des députés

Régime politique
Second Empire - Corps législatif
Législature
Ire législature
Mandat
Du 29 février 1852 au 29 mai 1857
Département
Bouches-du-Rhône
Groupe
Majorité dynastique
Régime politique
Second Empire - Corps législatif
Législature
IIe législature
Mandat
Du 21 juin 1857 au 13 janvier 1863
Département
Bouches-du-Rhône
Groupe
Majorité dynastique

Biographies

Biographie extraite du dictionnaire des parlementaires français de 1789 à 1889 (Adolphe Robert et Gaston Cougny)

Député au Corps législatif de 1852 à 1863, né à Pourrières (Var) le 27 mars 1814, mort au château de la Mignarde, Aix-en-Provence (Bouches-du-Rhône) le 19 mars 1890, il se fit inscrire au barreau d'Aix, devint, après la révolution de 1848, maire de cette ville, se rallia à la politique du prince Louis-Napoléon et fut décoré après le coup d'Etat du 2 décembre.

Candidat du gouvernement au Corps législatif, il fut élu député de la 2e circonscription des Bouches-du-Rhône, le 29 février 1852, par 13,753 voix (15,875 votants, 35,361 inscrits), contre 1,104 à M. de Thorame, et fut réélu, le 22 juin 1857, par 16,037 voix (17,888 votants, 34,995 inscrits), contre 1,286 à M. Carnot et 374 à M. T. Delord. Il soutint la politique du gouvernement, défendit (1858) le projet de loi sur les titres de noblesse, et déclara que « le souverain ayant le droit de conférer la noblesse, le premier venu ne pouvait se conférer à lui-même ce qui doit émaner de la prérogative du souverain. L'Empire n'est pas un gouvernement démocratique; la France, en plaçant à sa tête un prince, un prétendant, l'héritier d'une dynastie, n'a point fait acte de démocratie ».

Nommé, en 1862, premier président à la cour d'Aix, M. Rigaud ne se représenta pas aux élections législatives de 1863, resta un des membres les plus actifs du parti bonapartiste dans le Midi, et fut révoqué de ses fonctions en 1883, lors de la réforme de la magistrature. On a de lui une traduction française de Mireille de Mistral. Il a été fait Commandeur de la Légion d'honneur le 23 septembre 1869.

Date de mise à jour: juillet 2016


Retour haut de page