Louis, Jules Chagot

1801 - 1877

Informations générales
  • Né le 29 mars 1801 à Paris (Seine - France)
  • Décédé le 30 avril 1877 à Paris (Paris - France)

Mandats à l'Assemblée nationale ou à la Chambre des députés

Régime politique
Second Empire - Corps législatif
Législature
IIIe législature
Mandat
Du 31 mai 1863 au 27 avril 1869
Département
Saône-et-Loire
Groupe
Majorité dynastique
Régime politique
Second Empire - Corps législatif
Législature
IVe législature
Mandat
Du 23 mai 1869 au 4 septembre 1870
Département
Saône-et-Loire
Groupe
Centre droit

Biographies

Biographie extraite du dictionnaire des parlementaires français de 1789 à 1889 (Adolphe Robert et Gaston Cougny)

Député au Corps législatif de 1863 à 1870, né à Paris le 29 mars 1801, mort à Paris, le 30 avril 1877, il suivit la carrière de l'industrie.

Après avoir dirigé, de 1828 à 1830 la cristallerie de Montcenis, de 1835 à 1836 l'usine du Creusot, il constitua pour l'exploitation de la houillère de Blanzy (Saône-et-Loire), dont sa famille était devenue propriétaire, une société dont il ne tarda pas à devenir le seul gérant. La houillère de Blanzy occupa jusqu'à 4,700 ouvriers.

Conseiller général de Saône-et-Loire depuis 1852, pour le canton du Mont-Saint-Vincent, il se fit élire le 1er juin 1863, député de la 2e circonscription de ce département au Corps législatif, par 17,907 voix (26,144 votants, 34,641 inscrits), contre MM. Daron, 7,291 voix, et Lépine, 901. M. Chagot siégea à droite, soutint le gouvernement, et prit plusieurs fois la parole sur des questions économiques, sur l'amélioration de la navigation des fleuves, rivières et canaux, et sur le développement des transports par eau à bon marché.

Il fut réélu le 24 mai 1869, par 14,491 voix (28,845 votants, 36,638 inscrits) contre MM. Daron 8,575 voix, Boysset 4,408, et le comte d'Estampes 1,276.

Le quatre Septembre rendit M. Jules Chagot à la vie privée. Chevalier de la Légion d'honneur en 1855 et officier le 14 août 1866, il mourut en avril 1877, sans enfants. Un de ses frères, également décédé, a laissé un fils, M. Léonce Chagot, directeur actuel des mines de Blanzy, et dont le nom a été très souvent mêlé aux débats soulevés dans la presse, au Parlement et devant les tribunaux, par la grève de Montceau-les-Mines (1882) et les divers incidents auxquels elle a donné lieu.

Date de mise à jour: décembre 2016