Louis, Antoine Garnier-Pagès

1803 - 1878

Informations générales
  • Né le 10 juillet 1803 à Marseille (Bouches-du-Rhône - France)
  • Décédé le 30 octobre 1878 à Paris (Paris - France)

Mandats à l'Assemblée nationale ou à la Chambre des députés

Régime politique
Monarchie de Juillet - Chambre des députés
Législature
VIe législature
Mandat
Du 9 juillet 1842 au 6 juillet 1846
Département
Eure
Groupe
Gauche
Régime politique
Monarchie de Juillet - Chambre des députés
Législature
VIIe législature
Mandat
Du 1er août 1846 au 24 février 1848
Département
Eure
Groupe
Gauche
Régime politique
Deuxième République
Législature
Assemblée nationale constituante
Mandat
Du 23 avril 1848 au 26 mai 1849
Département
Seine
Groupe
Républicain modéré
Régime politique
Second Empire - Corps législatif
Législature
IIIe législature
Mandat
Du 20 mars 1864 au 27 avril 1869
Département
Seine
Groupe
Gauche
Régime politique
Second Empire - Corps législatif
Législature
IVe législature
Mandat
Du 6 juin 1869 au 4 septembre 1870
Département
Seine
Groupe
Gauche

Biographies

Biographie extraite du dictionnaire des parlementaires français de 1789 à 1889 (Adolphe Robert et Gaston Cougny)

Député de 1842 à 1848, membre du gouvernement provisoire, ministre, représentant en 1848, député au Corps législatif de 1864 à 1870, membre du gouvernement de la Défense nationale, né à Marseille (Bouches-du-Rhône) le 16 février 1803, mort à Paris le 30 octobre 1878, il était le frère utérin d'Étienne Garnier-Pagès (1801-1841), député de 1831 à 1834 et de 1835 à 1841.

Son père, Simon Pagès, était un ancien professeur de rhétorique du collège de Sorèze, devenu maître de pension à Marseille. Courtier de commerce à Paris, M. Garnier-Pagès prit part à la révolution de Juillet et se battit sur les barricades du quartier Saint-Avoye. Puis il reprit ses occupations commerciales jusqu'au jour où la mort de son frère, que les républicains parlementaires considéraient comme leur chef, le fit entrer dans la politique.

Le 9 juillet 1842, il fut élu député par le 2e collège de l'Eure (Verneuil), avec 281 voix sur 475 votants et 598 inscrits. Il prit place sur les bancs de la gauche, et vota avec l'opposition ; mais il se montra moins jaloux de ressaisir le rôle actif de son aîné dans les discussions politiques, que de traiter, à la Chambre, les questions d'affaires et de finances.

Il concourut à l'élaboration de la loi sur les sucres, en proposant le nivellement du droit sur le sucre indigène et sur le sucre colonial par l'abaissement des taxes, et soutint la proposition de M. Gouin sur la conversion des rentes.

Puis il voyagea en Espagne, et le séjour qu'il fit dans ce pays lui permit de recueillir des documents dont il se servit utilement au cours du débat sur l'Adresse de 1844 ; il obtint un peu plus tard le retrait de l'autorisation, que le ministère avait d'abord accordée, de coter à notre Bourse un nouveau trois pour cent espagnol.

M. Garnier-Pagès prit une part active aux discussions que souleva l'établissement des chemins de fer, et fit opérer une réduction notable sur la durée des concessions consenties par l'Etat aux compagnies. Il vota contre l'indemnité Pritchard.

Réélu député, le 1er août 1846, par 287 voix (477 votants, 602 inscrits), contre 66 voix à M. Huet et 63 voix à M. Chambay, Garnier-Pagès reprit sa place dans l'opposition, se prononça pour la réforme électorale et fut un des promoteurs de la campagne des banquets en 1847 et en 1848. Il se trouva notamment au banquet de Montpellier, et, lorsque le ministère eut interdit celui du 12e arrondissement, à Paris, Garnier-Pagès fut un des députés qui persistèrent dans l'intention de s'y rendre. Cependant, lors de la fusillade de la rue des Capucines (24 février), le peuple s'étant porté au National, Garnier-Pagès lui dit : « C'est un malentendu, restez chez vous, ne troublez pas l'ordre ; nous obtiendrons la punition du coupable, et le gouvernement: prendra soin des victimes. Renoncez à cette démonstration qui peut amener les plus grands malheurs. »

Mais, la révolution faite, il compta parmi ses partisans ; démocrate très modéré, de la nuance du National, il fut acclamé par ce parti membre du gouvernement provisoire, et d'abord désigné pour les fonctions de maire de Paris ; puis, le 5 mars 1848, il remplaça Goudchaux au ministère des finances. De graves embarras financiers lui inspirèrent des mesures nécessaires, comme le remboursement des dépôts de la Caisse d'épargne en bons du Trésor, la circulation forcée des billets de banque avec création de coupons de cent francs, la fusion des banques départementales avec la Banque de France, et surtout le fameux impôt des quarante-cinq centimes additionnels aux contributions directes, qui fut si mal accueilli dans les campagnes et attira tant d'ennemis au gouvernement de la République.

M. Garnier-Pagès ne déclina jamais la responsabilité de cet acte, qu'il a appelé un « acte sauveur ». Dans l'Histoire de la révolution de 1848, qu'il publia en 1862, il s'est exprimé ainsi à ce sujet : « C'était au ministère des finances qu'était réservée la mission pénible, mais grande, de trouver des ressources contre les maux présents, et de créer un système fécond pour l'avenir et pour les améliorations matérielles. Les hommes chargés de ce pesant ministère avaient condamné, comme inefficaces, le papier-monnaie, l'atteinte à la propriété, l'oppression, le maximum, la banqueroute. Le système qu'ils voulaient léguer à l'avenir et qu'ils destinaient à améliorer le sort matériel de la société devait reposer sur une modification radicale des impôts... » Et plus loin : « L'impérieux besoin de ressources immédiates avait fait substituer les 45 centimes à l'impôt sur le revenu. Si le dégrèvement recevait sa loyale exécution des préfets et des maires, le but était atteint de ne faire payer les 45 centimes que, par substitution, à ceux qui jouissaient d'un revenu. »

L'auteur se félicitait en outre d'avoir élaboré un projet d'impôt annuel sur le revenu, « proportionnellement progressif, » et d'avoir réalisé d'importantes modifications : suppression de trois directions, de onze sous-directions, des titres de directeur général et d'administrateur ; diminution du personnel des bureaux ; réduction d'un tiers de l'armée douanière ; réunion de la direction des tabacs aux contributions indirectes ; réforme de la cour des Comptes, etc.

Elu, le 23 avril 1848, représentant de la Seine à l'Assemblée constituante, le 4e sur 34, par 240 890 voix (267 888 votants, 339 191 inscrits), en même temps que par le département de l'Eure, il opta pour la Seine, soumit à l'Assemblée un compte rendu de sa gestion financière qui obtint alors une approbation unanime, et se vit nommer par 715 voix membre de la Commission exécutive, le second après François Arago.

Durant l'insurrection de juin, il se montra partisan décidé de la répression, insista auprès du général Cavaignac pour qu'un régiment de cavalerie et deux régiments d'infanterie vinssent protéger le Luxembourg, siège de la commission exécutive, et, dans la séance même où M. de Falloux lut son rapport tendant à la suppression des ateliers nationaux, il annonça que des mesures vigoureuses allaient être prises, et qu'il fallait en finir.

M. Garnier-Pagès quitta le pouvoir avec ses collègues de la commission, fut remplacé au ministère des finances par M. Duclerc, et borna désormais son rôle dans l'Assemblée à traiter les questions de finances et à défendre son administration, fréquemment attaquée.

Porté absent au Moniteur dans la plupart des scrutins jusqu'en septembre 1848, et même dans la période qui suivit, M. Garnier-Pagès vota avec la fraction la plus conservatrice de la gauche :

- contre l'incompatibilité des fonctions,
- contre les bons hypothécaires,
- contre l'abolition du remplacement militaire,
- pour l'ensemble de la Constitution.

Il fit une opposition discrète au président L.-N. Bonaparte, et se prononça, le 11 mai 1849, contre la mise en accusation du gouvernement.

Non réélu à l'Assemblée législative, M. Garnier-Pagès rentra dans la vie privée et se mêla à diverses opérations de finances et d'industrie. Le 22 juin 1857, sa candidature au Corps législatif fut présentée par l'opposition démocratique dans la 4e circonscription de la Seine. À cette occasion, il défendit une fois de plus, dans une lettre rendue publique, la mesure de l'impôt des quarante-cinq centimes, dont on évoquait encore le souvenir contre lui : il réunit au premier tour de scrutin 2 749 voix contre 9 633 au candidat officiel, M. Varin, et 6 741 à M. Emile Ollivier, et se désista, avant le ballottage, en faveur de ce dernier.

Le 20 mars 1864, il fut élu député de la 5e circonscription de la Seine en remplacement de Jules Favre, qui avait opté pour Lyon, par 14 444 voix (22 111 votants, 36 698 inscrits), contre 6 530 voix à M. Frédéric Lévy, candidat officiel, 409 à M. Th. Bac et 395 à M. Tolain.

Peu après, il fut impliqué dans le procès des Treize et condamné à 500 fr. d'amende. Il siégea dans le petit groupe de l'opposition démocratique, se mêla surtout aux discussions administratives et financières, et combattit assez vivement la gestion du préfet de la Seine. Il réclama le droit de coalition pour les ouvriers (29 avril 1864), la diminution des armées permanentes et l'armement de la nation entière (4 mai 1865), l'impôt sur le revenu (1er juin 1865), et exposa les dangers de la situation financière de la ville de Paris (22 février 1869).

Aux élections du 24 mai 1869, les démocrates radicaux de sa circonscription lui opposèrent F.-V. Raspail, qui obtint au premier tour de scrutin la majorité relative. Mais Raspail ayant été nommé à Lyon, un certain nombre de voix se déplacèrent au second tour, et M. Garnier-Pagès passa avec 19 481 voix (34 652 votants, 45 723 inscrits), contre 14 700 à Raspail. Il rentra alors au Corps législatif, appuya toutes les motions de l'opposition républicaine, insista sur la nécessité d'une législation commerciale uniforme, sur l'organisation de l'armée et contre la déclaration de guerre à la Prusse.

Lors de la révolution du 4 septembre 1870, M. Garnier-Pagès fit partie, comme député de Paris, du gouvernement de la Défense nationale proclamé à l'Hôtel de Ville. Le souvenir de son impopularité en 1848 empêcha ses collègues de lui confier un ministère. Il joua donc un rôle des plus effacés pendant le siège de Paris, se bornant à ajouter sa signature au bas des décrets du gouvernement ; il se trouva bloqué au 31 octobre par l'insurrection, et fut, à la suite de cette journée, sérieusement souffrant de la peur qu'il avait éprouvée.

Après la signature de l'armistice, un désaccord assez profond ayant séparé la délégation de Bordeaux et le gouvernement central, il fut d'abord chargé, avec MM. Pelletan et Emmanuel Arago, d'aller porter à Gambetta les remontrances de ses collègues, en attendant l'arrivée de M. Jules Simon.

Les élections du 8 février 1871 ne l'ayant pas renvoyé siéger à l'Assemblée nationale, M. Garnier-Pagès rentra dans la vie privée, et passa ses dernières années à Cannes.

On a de lui :

- Episode de la révolution de 1848 (1850) ;
- Histoire de la révolution de 1848 (1862) ;
- Histoire de la Commission exécutive (1872) ;
- L'Opposition et l'Empire (1872).

Retour haut de page