Ernest, Charles, Jean-Baptiste Dumas

1827 - 1890

Informations générales
  • Né le 26 février 1827 à Paris (Seine - France)
  • Décédé le 24 février 1890 à Paris (Paris - France)

Mandats à l'Assemblée nationale ou à la Chambre des députés

Régime politique
Second Empire - Corps législatif
Législature
IIIe législature
Mandat
Du 2 août 1868 au 27 avril 1869
Département
Gard
Groupe
Majorité dynastique
Régime politique
Second Empire - Corps législatif
Législature
IVe législature
Mandat
Du 23 mai 1869 au 4 septembre 1870
Département
Gard
Groupe
Majorité dynastique

Biographies

Biographie extraite du dictionnaire des parlementaires français de 1789 à 1889 (Adolphe Robert et Gaston Cougny)

Député de 1868 à 1870, né à Paris le 26 février 1827, mort à Paris le 27 février 1890, fils de Jean Baptiste qui avait été représentant en 1849, il fit ses études à Henri IV et à Charlemagne et entra à l'Ecole des Mines en 1847.

Il fut reçu essayeur du commerce en 1848, fut secrétaire particulier de son père pendant le passage de ce dernier au ministère du commerce (1850-1851), puis devint secrétaire du conseil de perfectionnement du haras de Saint-Cloud, secrétaire des Annales agronomiques, directeur de la monnaie de Rouen (août 1852), de la monnaie de Bordeaux (1860), et essayeur au bureau de la garantie de Paris (janvier 1868).

Membre du jury aux Expositions universelles de Paris (1855) et de Londres (1862), il se présenta comme candidat officiel, à l'élection du 2 août 1868 pour le Corps législatif, dans la 3e circonscription du Gard, où il s'agissait de remplacer M. Fabre, qui venait d'être nommé procureur général. Il fut élu par 13,927 voix sur 22,762 votants et 34,862 inscrits, contre 4,443 voix à M. de Larcy, légitimiste, et 4,391 à M. Cazot, républicain.

Il siégea dans la majorité dynastique, et fut réélu, aux élections générales du 24 mai 1869, par 16,698 voix sur 28,854 votants et 41,001 inscrits, contre 10,515 voix à M. Cazot et 1,513 à M. Duclaux. Il vota la déclaration de guerre à la Prusse.

La révolution du 4 septembre 1870 mit fin à sa carrière parlementaire. Il avait épousé la fille de M. Milne Edwards, et était chevalier de la Légion d'honneur depuis 1858. Il reprit ses fonctions à la Monnaie, où il devint essayeur en chef de la garantie, fonctions qu'il occupait encore à sa mort.

On a de lui : Lois et règlements relatifs au drainage en Angleterre (1854). Essai sur la fabrication des monnaies (1856). Notes sur l'émission en France des monnaies décimales de bronze (1868). Histoire générale des monnaies de cuivre et de bronze en France (1873), etc.

Date de mise à jour: octobre 2016


Retour haut de page