Félix, Victor Mauvais

1809 - 1854

Informations générales
  • Né le 7 mars 1809 à Maîche (Doubs - France)
  • Décédé le 22 mars 1854 à Paris (Paris - France)

Mandats à l'Assemblée nationale ou à la Chambre des députés

Régime politique
Deuxième République
Législature
Assemblée nationale constituante
Mandat
Du 23 avril 1848 au 26 mai 1849
Département
Doubs
Groupe
Gauche

Biographies

Biographie extraite du dictionnaire des parlementaires français de 1789 à 1889 (Adolphe Robert et Gaston Cougny)

Représentant du peuple en 1848, né à Maîche (Doubs) le 7 mars 1809, mort à Paris le 22 mars 1854, fit ses études au séminaire de Besançon, aux frais de la ville.

Il alla ensuite à Paris, où il devint répétiteur de mathématiques à l'institution Barbet, et se lia avec l'académicien Droz qui le présenta à Arago. La protection de ce dernier le fit entrer, en 1836, à l'Observatoire, comme élève-astronome, spécialement chargé des observations météorologiques. En 1843, il devint membre du Bureau des Longitudes et conserva ces fonctions jusqu'en 1854. Le 21 novembre 1843, Mauvais fut élu membre de l'Académie des sciences en remplacement de Bouvard.

Elu, le 23 avril 1848, représentant du Doubs à l'Assemblée Constituante, le 4e sur 7, par 39,073 voix (67,322 votants, 78,670 inscrits), il siégea à gauche, fit partie du comité de l'instruction publique, et vota:

- pour le bannissement de la famille d'Orléans,
- contre l'abolition de la peine de mort,
- contre l'impôt progressif,
- contre l'incompatibilité des fonctions,
- contre l'amendement Grévy,
- contre la sanction de la Constitution par le peuple,
- pour l'ensemble de la Constitution,
- contre la proposition Rateau,
- pour l'interdiction des clubs,
- pour l'expédition de Rome,
- contre la demande de mise en accusation du président et des ministres.

Non réélu à la Législative, Mauvais se consacra exclusivement à ses travaux scientifiques. Le 2 mars 1854, parut le décret qui séparait complètement l'Observatoire du Bureau des Longitudes. En conséquence il dut quitter ce dernier établissement. Il en éprouva une peine si vive qu'il fut atteint quotques jours plus tard d'une fièvre cérébrale au cours de laquelle il se donna la mort.

Il a publié quelques articles d'astronomie technique dans les Mémoires de l'Académie des sciences et dans l'Annuaire du Bureau des Longitudes.


Retour haut de page