Alexandre, Marie Tardif

1776 - 1863

Informations générales
  • Né le 19 septembre 1776 à Bayeux (Calvados - France)
  • Décédé le 23 octobre 1863 à Caen (Calvados - France)

Mandats à l'Assemblée nationale ou à la Chambre des députés

Régime politique
Seconde Restauration - Chambre des députés des départements
Législature
IIIe législature
Mandat
Du 25 février 1824 au 5 novembre 1827
Département
Calvados
Groupe
Groupe constitutionnel
Régime politique
Seconde Restauration - Chambre des députés des départements
Législature
IVe législature
Mandat
Du 17 novembre 1827 au 16 mai 1830
Département
Calvados
Groupe
Groupe constitutionnel
Régime politique
Monarchie de Juillet - Chambre des députés
Législature
Ire législature
Mandat
Du 23 juin 1830 au 31 mai 1831
Département
Calvados
Groupe
Groupe constitutionnel
Régime politique
Monarchie de Juillet - Chambre des députés
Législature
IIe législature
Mandat
Du 5 juillet 1831 au 25 mai 1834
Département
Calvados
Groupe
Majorité gouvernementale

Biographies

Biographie extraite du dictionnaire des parlementaires français de 1789 à 1889 (Adolphe Robert et Gaston Cougny)

Député de 1824 à 1834, né à Bayeux (Calvados) le 19 septembre 1776, mort à Caen (calvados) le 23 octobre 1863, négociant à Bayeux, connu et estimé pour ses idées libérales, il se présenta à la députation, le 1er octobre 1821, dans le 2e arrondissement électoral du Calvados (Bayeux), et échoua avec 189 voix contre 243 à l'élu, M. Héroult de Hottot.

Il fut ensuite successivement élu député, dans ce même arrondissement :
- le 25 février 1824, par 256 voix (492 votants, 590 inscrits) contre 233 à M. Achard de Bonvouloir ;
- le 17 novembre 1827, par 259 voix (386 votants, 503 inscrits), contre 119 à M. Huillard-Daigneaux ;
- le 23 juin 1830, par 307 voix (458 votants, 540 inscrits), contre 112 à M. Huillard-Daigneaux ;
- le 5 juillet 1831, par 344 voix (434 votants, 614 inscrits), contre 83 à M. Chauffrey.

M. Tardif siégea constamment dans le groupe constitutionnel, s'opposa aux mesures réactionnaires, combattit la politique agressive de M. de Villèle, signa l'Adresse des 221, et adhéra au gouvernement de Louis-Philippe.

Il rentra dans la vie privée aux élections générales de 1834. Le 25 août de cette même année, il avait été fait chevalier de la Légion d'honneur.

Date de mise à jour: septembre 2013



Retour haut de page